Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Michel Blanquer éducation nationale députés LREM

Education nationale

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

Mediapart et Libération avancent que le syndicat Avenir lycéen aurait été téléguidé par le ministère de l’Education nationale pour soutenir les réformes du gouvernement. De nombreux députés de la majorité LREM défendent le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, face à ces accusations.

Aurore Bergé

Aurore Bergé

Aurore Bergé, 23 ans, est chargée de mission de la fédération UMP des Yvelines.

 

Voir la bio »Claire O'Petit

Claire O'Petit

Claire O'Petit est députée La République En Marche (LREM) de la cinquième circonscription de l'Eure.

Voir la bio »Ilana  Cicurel

Ilana Cicurel

Ilana Cicurel, est députée européenne. Elle est membre du bureau exécutif de La République en marche (LREM) au sein duquel elle est déléguée chargée de l’éducation, l'enseignement supérieur et la recherche.

Voir la bio »François  Cormier-Bouligeon

François Cormier-Bouligeon

François Cormier-Bouligeon est député (LREM). 

Voir la bio »

En affirmant fin octobre que l’islamo-gauchisme gangrénait la vie intellectuelle et faisait le lit du séparatisme, le ministre de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports a déclenché les foudres de ceux qui se sont à juste titre sentis concernés, à commencer par Edwy Plenel et Jean Luc Mélenchon.

Pas une semaine depuis sans que Mediapart ne cherche à lui nuire, sans que le groupe LFI ne s’en prenne à lui lors de la séance des questions d’actualité au gouvernement de l’Assemblée nationale.

Au cœur du système, une mouvance politique bien plus organisée que ses scores électoraux ne le laissent penser. Attaquez-vous à eux et une chaîne se mobilise dans certains médias, sur les réseaux sociaux, chez des universitaires, au sein de maisons d’édition et même dans l’Hémicycle de l’Assemblée Nationale.

Le ministre Jean Michel Blanquer vient d’en faire les frais à son tour. Son crime ? Avoir dénoncé cette idéologie pernicieuse.

Depuis deux jours, ils essaient de faire croire qu’il y a une grande affaire derrière les dépenses d’une organisation lycéenne (autour de 5.000 euros). Jean-Michel Blanquer a pourtant dit que ces dépenses seraient vérifiées et que des suites seraient données s’il y avait lieu.

Mediapart et Libération n’en ont cure, bien décidés à monter cela en épingle.

Il est presque comique de les voir ainsi s’indigner d’une éventuelle proximité politique entre un mouvement de jeunesse et la majorité, eux qui se nourrissent depuis toujours des liens entre l’extrême-gauche et plusieurs organisations lycéennes et étudiantes.

On comprend en fait que le vrai reproche est de gêner l’extrême-gauche qui depuis trop longtemps voit l’école et l’université comme des terrains de jeux politiques, quitte à saboter les intérêts réels des élèves, des étudiants et de leurs enseignants.

De fait, le débat public est aujourd’hui hystérisé par cette mouvance.

Dénoncer Edwy Plenel, lui qui a trouvé des excuses aux assassins des JO de Munich comme aux frères Kouachi, entraine un déchainement, repris sans aucune nuance par certains médias comme Libération.

Dénoncer Jean-Luc Mélenchon, qui a participé à une manifestation indigéniste émaillés de slogans islamistes et joue sans cesse de l’amalgame entre musulmans et islamistes, vous vaut coups bas, intox et menaces.

Défendre les valeurs de la République, le principe de laïcité, nos institutions démocratiques est devenu insupportable aux yeux des membres de ces groupuscules.

Dès lors, tous les moyens leurs sont bons pour tenter de discréditer en agitant cette chaîne de complaisance, ces réseaux subventionnés aux méthodes entristes.

Mensonges, diffamations, menaces, harcèlement, tout est bon contre ceux qui ne pensent pas comme eux et qu’ils voient non pas comme des adversaires mais comme des ennemis.

MM. Mélenchon et Plenel utilisent les outils de la démocratie contre la démocratie. L’un a fondé un mouvement qu’il dirige tel un conducator et qui vient de le plébisciter à bas coût pour une énième candidature à la présidentielle. L’autre a créé un site internet qui fonctionne comme un parquet privé pour attaquer leurs adversaires politiques.

Nous ne nous laissons pas intimider !

Ces Gramsci aux petits pieds ont décidé de s’en prendre à ce qu’à son époque le théoricien italien défendait : l'armature idéologique de l'État (éducation, presse, culture, etc.) avec les méthodes des fascistes qu’ils combattaient alors (virulence dans leurs journaux, violences dans la rue, intimidations personnelles, discrédit, haine).

Il faut que chacun en ait conscience car leur travail de destruction est déjà allé très loin.

Nous dénonçons ces pratiques, ceux qui les emploient et ceux qui, au mépris de la vérité, les défendent, érigeant ainsi cette ultra gauche en caste sacrée intouchable.

Conscients des défis immenses du temps présent, nous sommes nombreux à être déterminés à défendre la République, la démocratie, le pluralisme, la laïcité.

Convaincus que la lutte contre les inégalités de destin est la seule vraie réponse à la menace d’archipelisation  qui pèse sur la société française, nous sommes admiratifs du volontarisme dont a fait preuve Jean-Michel Blanquer depuis son arrivée rue de Grenelle, dont la mesure emblématique est le dédoublement des classes de CP, CE1 et Grande section dans les réseaux d’éducation prioritaire qui bénéficie à plus  de 320000 enfants cette année. Le plus grand crime de Jean-Michel Blanquer ne serait-il pas d’avoir mené l’une des politiques les plus progressistes dans le domaine éducatif depuis plusieurs décennies, bousculant ainsi les certitudes de ceux dont la paresse idéologique fait perdre de vue les intérêts de ceux qu’ils prétendent défendre ?

 

François Cormier-Bouligeon, député

Aurore Bergé, députée

Ilana Cicurel,députée européenne

Sereine Mauborgne, députée

Francis Chouat, député

Jean-Baptiste Moreau, député

Sophie Beaudoin-Hubière, députée

Bruno Millienne, député

Valérie Petit, députée

Béatrice Piron, députée

Eric Poulliat, député

Sophie Beaudoin Hubière, députée

Anne Genetet, députée

Olivier Damaisin, député

Liliane Tanguy, députée

Françoise Dumas, députée

Christophe Blanchet, député

Guillaume Kasbarian, député

Stéphane Rist, député

Marion Lenne, députée

Catherine Kamowski, députée

Jean Pierre Pont, député

Sandro Gozi, député européen

Jean François Eliaou, député

Daniele Herin, députée 

Claire O'Petit, députée

Denis Masseglia, député

Alain Perea, député

Jacqueline Dubois, députée

Alexandre Freschi, député 

Blandine Brocard, députée 

Samantha Cazebonne, députée 

Stéphane Mazars, député 

Sylvain Maillard, député

Michel Lauzzana, député

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.