Mot-clé «jeune Mila» | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Contenus en rapport avec le mot-clé jeune Mila

Alexis Corbière lors d'un rassemblement de campagne avant les élections régionales, à Montreuil, le 13 juin 2021.

Revue de détails animalière

Et Alexis Corbière débusqua les « hyènes »…

Il n’en peux plus d’entendre leurs glapissements.

Mila et son avocat Richard Malka lors de l'audience, en juin 2021, où treize personnes font face à des accusations de harcèlement en ligne et de menaces de mort contre l'adolescente.

Censure

Modération biaisée : derrière le cas Mila, ces questions gênantes auxquelles refusent de répondre les réseaux sociaux

La jeune femme harcelée depuis 2 ans sur les réseaux sociaux comme dans la réalité pour s’être rebellée contre des musulmans qui l’agonisaient d’insultes homophobes peine toujours à se voir traiter de manière impartiale par nombre de géants du web.

La militante féministe et membre du Conseil de Paris, Alice Coffin, pose lors d'une séance photo à Paris le 21 septembre 2020.

Et sur Mila rien ?

Alice Coffin : « Les hommes je ne veux plus lire leurs livres, plus voir leurs films »… 

Nous, c’est elle qu’on ne veut plus voir.

Frédéric Dabi est revenu sur CNews sur le dernier sondage de l'Ifop sur la laïcité auprès des lycéens.

Sondage 

Laïcité : « Les lycéens ne parviennent pas à faire la différence entre tenir des propos discriminatoires et le droit au blasphème », selon Frédéric Dabi

L'Ifop s'est penché pour la première fois sur la façon dont les lycéens perçoivent l'un des fondements de la République française, la laïcité, notamment après l'affaire Mila et la mort de Samuel Paty.

Sondage

Laïcité et blasphème : les lycéens français ne sont ni très Mila, ni très Samuel Paty et il va nous falloir vivre avec cette génération « offensée »

Dans un sondage réalisé pour la revue « Le Droit de vivre » et la Licra, l’Ifop révèle une profonde fracture générationnelle. Plus d'un lycéen sur deux (52%) se dit favorable au port de signes religieux ostensibles dans les lycées publics, soit deux fois plus que dans l'ensemble de la population (25%).