Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La militante féministe et membre du Conseil de Paris, Alice Coffin, pose lors d'une séance photo à Paris le 21 septembre 2020.
La militante féministe et membre du Conseil de Paris, Alice Coffin, pose lors d'une séance photo à Paris le 21 septembre 2020.
©JOEL SAGET / AFP

Et sur Mila rien ?

Alice Coffin : « Les hommes je ne veux plus lire leurs livres, plus voir leurs films »… 

Nous, c’est elle qu’on ne veut plus voir.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Elle avait déjà attiré l’attention du grand public en déclarant qu’elle était heureuse de n’avoir ni compagnon, ni mari car ça lui avait évité « d’être violée, battue, tuée ». Nous sommes contents qu’elle ait échappé à ce triste sort.

Bien que nous intéressant à Alice Coffin, il nous avait échappé qu’elle avait publié un livre : pas chez un éditeur mâle on l’espère ! Son titre : « Le génie lesbien ».

Un tel titre a valeur d’évangile. Et dans l’Evangile selon Sainte-Alice on peut lire un certain nombre de maximes fortes. « Les hommes, je ne veux plus lire leurs livres. Je ne veux plus voir leurs films » etc.  

Nous y voyons une forme d’ascèse. L’abnégation d’Alice Coffin la rapproche de la sainteté.  Elle n’est pas encore béatifiée. Mais il est probable qu’au Vatican, soucieux de la pureté et de l’innocence, on y pense.

Ainsi Alice Coffin ne lira pas Victor Hugo, Balzac, Stendhal, Baudelaire, Mallarmé, Hemingway et Maupassant. On ignore combien de femmes ont été violées par l’auteur des « Misérables ».  Et combien d’entre elles ont été tuées par l’auteur de « Bel-Ami ».

Des recherches sont en cours pour répondre à ces angoissantes questions. Pour le moment donc Alice Coffin doit se contenter de George Sand et de Colette. Pour George Sand, il y a quand même un problème : elle collectionnait les amants ce qui pourrait la disqualifier. Pour Colette, ça peut aller : elle était bi.

Une autre lesbienne est très présente dans l’actualité : Mila. Elle a été menacée de viol et de mort sans qu’Alice Coffin, qui partage avec elle la même orientation sexuelle, ne s’en émeuve. Mila est belle car elle porte sur son visage la beauté de son cœur. Alice Coffin est peu avenante car son visage affiche la laideur de son âme. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !