Mobilisation partielle : le Kremlin admet des « erreurs » et n'a pas encore « pris de décisions » sur la fermeture des frontières | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Kremlin a admis lundi des « erreurs » au cours de la mobilisation de centaines de milliers de réservistes pour aller combattre en Ukraine.
Le Kremlin a admis lundi des « erreurs » au cours de la mobilisation de centaines de milliers de réservistes pour aller combattre en Ukraine.
©Mikhail METZEL / SPUTNIK / AFP

Brûler les étapes

Mobilisation partielle : le Kremlin admet des « erreurs » et n'a pas encore « pris de décisions » sur la fermeture des frontières

Après l'annonce de la mobilisation partielle de 300.000 personnes la semaine dernière dans le cadre du discours de Vladimir Poutine, des milliers de citoyens russes ont fui le pays pour éviter de devoir se battre sur le front en Ukraine.

Le Kremlin a admis lundi des « erreurs » au cours de la mobilisation de centaines de milliers de réservistes pour aller combattre en Ukraine. Des manifestations de colère ont eu lieu à travers le pays suite à cette campagne de mobilisation. De nombreux Russes ont tenté de fuir le pays après l’annonce de Vladimir Poutine mercredi dernier.

« Il y a des cas où le décret a été violé », a indiqué le porte-parole du Kremlin disant espérer que « les erreurs seront corrigées ». Il a également précisé indiqué que les autorités n'avaient pas « pris de décision » concernant la fermeture des frontières aux hommes en âge de combattre.

Après l'annonce de la mobilisation partielle de 300.000 personnes la semaine dernière, des milliers de citoyens russes ont fui le pays pour éviter de combattre en Ukraine.

Les troupes russes font face à d’importantes avancées des forces ukrainiennes dans le cadre de contre-offensives menées à Kherson et à Kharkiv.

À Lire Aussi

La Russie face à un scénario 1917 ?
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !