François Bayrou n’est pas favorable à l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution, défendue par la majorité présidentielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Bayrou n’est pas favorable à l'inscription du droit à l'avortement dans la Constitution après la décision de la Cour suprême des Etats-Unis.
François Bayrou n’est pas favorable à l'inscription du droit à l'avortement dans la Constitution après la décision de la Cour suprême des Etats-Unis.
©Ludovic MARIN / POOL / AFP

Proposition de loi

François Bayrou n’est pas favorable à l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution, défendue par la majorité présidentielle

Le président du MoDem a émis des réserves ce dimanche, à propos d'une proposition de loi portée par le groupe LREM à l'Assemblée nationale après la décision de la Cour suprême américaine. François Bayrou déplore que l'on « décalque la vie politique (française) sur celle des Etats-Unis ».

La chef de file des députés LREM-Ensemble, Aurore Bergé, a annoncé avoir déposé une proposition de loi constitutionnelle pour protéger l'accès à l'IVG. Cet acte fort intervient suite à la révocation de ce droit par la Cour suprême aux Etats-Unis.

Aurore Bergé a reçu le soutien de la Première ministre, Elisabeth Borne, et des principaux groupes d'opposition à l'Assemblée nationale, la Nupes et le Rassemblement National.

Le président du MoDem François Bayrou a exprimé certaines réserves par rapport à cette proposition.

« Je ne suis pas pour », a précisé le maire de Pau ce dimanche sur BFMTV.

Pour lui, « c'est surprenant que ce qui se passe aux Etats-Unis entraîne des réactions effervescentes dans la vie politique française. Je ne suis pas pour qu'on décalque la vie politique sur celle des Etats-Unis ».

François Bayrou avait affirmé ce mercredi que « les temps exigent que le premier ministre soit politique », ciblant ainsi Elisabeth Borne.

Le FIgaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !