Cette destruction de capital humain provoquée par la Russie en Ukraine que l’on commence à pouvoir mesurer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Des écoliers étudient dans une école de la ville ukrainienne de Marinka, le 25 novembre 2016.
Des écoliers étudient dans une école de la ville ukrainienne de Marinka, le 25 novembre 2016.
©ALEKSEY FILIPPOV / AFP

Traumatismes de la guerre

Cette destruction de capital humain provoquée par la Russie en Ukraine que l’on commence à pouvoir mesurer

Noam Angrist, directeur exécutif et co-fondateur de l’ONG Youth Impact, a publié une étude sur les pertes d’apprentissage liées à l’invasion russe pour les jeunes générations en Ukraine. Les effets économiques pourraient être considérables.

Noam Angrist

Noam Angrist

Noam Angrist est le directeur exécutif et co-fondateur de Youth Impact, l'une des plus grandes ONG dirigées par des jeunes dédiées à l'intensification des programmes de santé et d'éducation soutenus par des preuves d'essais randomisés rigoureux. Noam Angrist est également membre de l'Université d'Oxford. Il a publié dans diverses revues à comité de lecture, notamment Nature, Nature Human Behaviour et le Journal of Economic Perspectives. Noam Angrist a été consultant pour l'économiste en chef de la Banque mondiale et a dirigé des aspects clés du développement du pilier de l'éducation de l'indice du capital humain de la Banque mondiale.  Noam Angrist a reçu le prix Forbes 30 under 30: Social Entrepreneurs pour son travail avec Youth Impact.

Voir la bio »

Atlantico : Dans votre étude "La perte de capital humain en Ukraine" ("The loss of human capital in Ukraine") publiée sur VoxEU, vous analysez les perturbations liées au conflit que vont subir les générations qui étaient scolarisées. Qu'avons-nous appris des précédentes situations de ce type ? Quels risques ces situations d'urgence font-elles peser sur l'éducation des enfants ?

Noam Angrist : Les perturbations scolaires peuvent avoir des effets négatifs importants et persistants sur le capital humain. Nous disposons de preuves tirées de guerres et de conflits passés, notamment l'effondrement de la Yougoslavie dans les années 1990 et la guerre civile tadjike de 1992 à 1998. Les perturbations scolaires dues à d'autres raisons ont également des conséquences à long terme. Par exemple, lorsque les écoles ont fermé pendant la crise d'Ebola, les filles ont connu une baisse persistante de 16 points de pourcentage de leur taux de scolarisation après la crise. Autre exemple, en 2005, un important tremblement de terre a frappé le nord du Pakistan. Quatre ans plus tard, les enfants âgés de 3 à 11 ans ont obtenu des résultats nettement moins bons aux tests scolaires. La pandémie de Covid-19 a créé une autre perturbation à grande échelle qui peut être utilisée pour mesurer l'effet des fermetures d'écoles sur l'apprentissage. Dans de nombreux cas, on a constaté que les enfants n'avaient que très peu appris pendant la pandémie. Ces exemples de guerres, de catastrophes naturelles et de pandémies révèlent le coût des perturbations scolaires à court terme et des années plus tard.

L'invasion russe ayant provoqué la fuite de nombreuses familles, les enfants sont-ils les premiers à être touchés ? Pour les enfants ukrainiens, comment ces pertes d'apprentissage vont-elles se matérialiser ? Comment leur situation initiale va-t-elle se détériorer ?

À Lire Aussi

Ukraine : et si la vraie motivation de Vladimir Poutine n’était pas du tout celle que l’on croit

À court terme, les enfants ukrainiens vivant dans les zones touchées par la guerre subiront d'importantes perturbations scolaires, soit parce que les écoles sont détruites, soit parce qu'il est dangereux d'y entrer. Les familles qui fuient pourraient avoir du mal à inscrire leurs élèves ailleurs si les écoles sont à pleine capacité et débordées. Les familles qui fuient vers les pays voisins pourraient être confrontées à des difficultés similaires, aggravées par les barrières linguistiques et les conditions d'entrée rigides dans les écoles. Si les écoles n'accueillent pas pleinement les réfugiés et si les systèmes éducatifs ne proposent pas d'autres modes d'enseignement en dehors de l'école, les élèves ukrainiens pourraient prendre du retard et avoir du mal à le rattraper.

La guerre aura-t-elle des effets à long terme sur les enfants ukrainiens ? Y a-t-il un moyen d'éviter cela ?

La chose la plus importante à faire, bien sûr, est de mettre fin à la guerre. En attendant, nous pouvons prendre certaines mesures pour réduire l'impact à long terme de la guerre sur le capital humain. S'il est difficile de dispenser une éducation pendant la guerre, plusieurs politiques permettent de le faire. Tout d'abord, l'ouverture de classes pour les réfugiés ukrainiens dans certaines écoles des pays voisins peut être une solution temporaire, tout comme l'extension des écoles dans les régions d'Ukraine où de nombreuses familles déplacées à l'intérieur du pays ont déménagé. Ensuite, le tutorat en ligne, par téléphone ou en personne peut avoir lieu n'importe où et donner des résultats positifs. Pendant les fermetures d'écoles de la Covid-19, le tutorat en ligne assuré par des volontaires universitaires s'est avéré efficace en Italie, avec des résultats tout aussi positifs pour une expérience en ligne en Espagne, et aux États-Unis. Dans des contextes où l'accès à l'internet était limité pendant les perturbations scolaires, les cours particuliers par téléphone se sont avérés très rentables, avec jusqu'à une année complète d'enseignement de haute qualité pour 100 dollars dépensés. Dans certains pays voisins comme la Pologne, un tutorat en personne peut également être organisé. Cet effort serait complémentaire du système d'enseignement en ligne que l'Ukraine vient de lancer : la plateforme All-Ukrainian Online School. Troisièmement, l'adaptation des programmes scolaires - y compris l'impression de manuels en ukrainien - dans les pays accueillant des réfugiés, afin qu'un grand nombre d'enfants réfugiés puissent à nouveau avoir accès à une scolarité standard, est une solution. De tels progrès sont déjà en cours en Hongrie et en Pologne.

À Lire Aussi

Ces photos de Volodymyr Zelensky qui montrent à quel point le stress et les traumatismes peuvent avoir un impact sur nos corps

Quelles sont les conséquences pour l'avenir économique et social de l'Ukraine ?

Nous estimons que le coût de la guerre, en plus des fermetures d'écoles antérieures, entraînera une baisse des niveaux d'apprentissage en Ukraine de l'équivalent d'une année de scolarité. L'Ukraine se retrouverait ainsi en dessous des pays les moins performants en termes d'apprentissage en Europe : la Moldavie et l'Arménie. Les effets économiques pourraient être considérables, avec des pertes de revenus futurs de plus de 10 % par an et par élève. L'offre d'éducation pendant la guerre est un défi de taille, mais il est possible de trouver un moyen de dispenser un enseignement et d'éviter les pertes de capital humain qui, autrement, s'accumuleraient longtemps après la guerre.

Pour retrouver l'étude de Noam Angrist publiée avec Siméon Djankov, Pinelopi Goldberg et Harry Patrinos sur VoxEU, cliquez ICI

À Lire Aussi

Guerre en Ukraine : les sanctions occidentales commencent à impacter sérieusement la production de pétrole russe

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !