Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Un homme passe devant un logo des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 à Tokyo le 15 juillet 2021.
Un homme passe devant un logo des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 à Tokyo le 15 juillet 2021.
©BEHROUZ MEHRI / AFP

Musicien japonais

JO 2020 de Tokyo : visé par une polémique, Keigo Oyamada, un des compositeurs de la cérémonie d'ouverture, a démissionné

Le musicien japonais Keigo Oyamada, qui a composé l'un des thèmes de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, programmée ce vendredi, a présenté lundi sa démission pour avoir harcelé des handicapés lorsqu'il était étudiant.

Alors que l’inquiétude grandit face aux cas de Covid-19 au Japon et au sein du village olympique avant le début de la compétition, le musicien japonais Keigo Oyamada (Cornelius), a présenté lundi sa démission au comité d’organisation. Il est accusé d’avoir harcelé des handicapés lorsqu'il était étudiant.

Keigo Oyamada a composé l'un des thèmes de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, programmée ce vendredi 23 juillet.

Le musicien a publié un message sur Twitter :

« J'ai présenté ma démission au comité d'organisation. J'ai pris en compte les observations et les opinions des personnes qui se sont exprimées (...) je présente mes sincères excuses ».

Depuis le début de la semaine, des passages d'un entretien de Keigo Oyamada - datant des années 1990 - avaient refait surface. Le musicien reconnaissait dans cette interview avoir harcelé des élèves handicapés lorsqu'il était étudiant, sans éprouver des remords à l'époque de ses propos.

En mars, le directeur artistique des cérémonies d'ouverture et de clôture, Hiroshi Sasaki, avait également présenté sa démission après la publication de commentaires offensants sur le physique d'une célébrité japonaise participant à la cérémonie d'ouverture.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !