Brexit : les pêcheurs français quittent les eaux de Jersey, après une rencontre infructueuse avec un ministre de l'île | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Les bateaux de pêche français manifestent au large de l'île britannique de Jersey pour attirer l'attention sur ce qu'ils considèrent comme des restrictions injustes sur leur capacité à pêcher dans les eaux britanniques, le 6 mai 2021.
Les bateaux de pêche français manifestent au large de l'île britannique de Jersey pour attirer l'attention sur ce qu'ils considèrent comme des restrictions injustes sur leur capacité à pêcher dans les eaux britanniques, le 6 mai 2021.
©SAMEER AL-DOUMY / AFP

Zone de pêche

Brexit : les pêcheurs français quittent les eaux de Jersey, après une rencontre infructueuse avec un ministre de l'île

Une cinquantaine de bateaux français s'étaient réunis au large de l’île anglo-normande de Jersey ce jeudi pour protester contre les conditions de pêche depuis la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

La cinquantaine de bateaux de pêche français qui étaient au large de Jersey depuis ce matin pour protester contre les conditions de pêche imposées aux marins français après le Brexit ont commencé à quitter les eaux de l'île anglo-normande en début d’après-midi en ce jeudi 6 mai.

Les responsables de Jersey « restent sur leur position », selon les précisions de Ludovic Lazaro, pêcheur de Granville, qui s’est confié auprès de l'AFP, après une rencontre entre les pêcheurs français et un ministre de Jersey.

Selon Ludovic Lazaro, « maintenant, c'est aux ministres de s'arranger. Nous, on ne va plus pouvoir faire grand-chose ».

Dans un communiqué envoyé à l'AFP, Annick Girardin, la ministre de la Mer, a appelé les autorités britanniques à revenir sur les restrictions d'accès aux eaux de Jersey imposées aux pêcheurs français à la suite du Brexit. Elle a rappelé que l'accord entre l'Union européenne et le Royaume-Uni « prévoit des mesures de rétorsion en cas de non-respect par l'une des parties. Avant que la Commission européenne (...) n'en arrive à une telle extrémité, je souhaite que les autorités britanniques reviennent sur leur décision ».

Avec la présence d’une cinquantaine de pêcheurs sur zone, deux patrouilleurs français ont été déployés. Le gouvernement britannique a également envoyé deux bateaux de la Royal Navy pour « surveiller la situation », selon un porte-parole du ministère de la Défense britannique.

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !