Les 10 mesures qui sauveraient la France (mais qui ne seront jamais appliquées) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le blogueur H16 publie un florilège de ses chroniques désabusées d'un pays en lente décomposition.
Le blogueur H16 publie un florilège de ses chroniques désabusées d'un pays en lente décomposition.
©Reuters

Bonnes feuilles

Les 10 mesures qui sauveraient la France (mais qui ne seront jamais appliquées)

Le blogueur H16 publie un florilège de ses chroniques désabusées d'un pays en lente décomposition. Extrait de "Egalité, taxes, bisous" (2/2).

Hash H16

Hash H16

H16 tient le blog Hashtable.

Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".

Voir la bio »

Les 10 mesures qui sauveraient la France (mais qui ne seront jamais appliquées)

On pourrait, pour commencer, imprimer plusieurs centaines de milliards de billets de 100 € et les distribuer aux pauvres, directement. Cela n’enrichira pas tellement les pauvres (il y en a beaucoup), alors on trouvera plus simple de distribuer ces billets d’abord à nos amis banquiers, politiciens, syndicalistes autres corporations subventionnées. À la fin, ça appauvrirait tout le monde, mais on s’en ficherait parce qu’on serait cynique.

Mmmoui… Bizarrement, cela a été tenté plusieurs fois dans le passé, avec un échec cuisant à chaque fois. C’est à nouveau en cours de test, actuellement, au niveau européen. On peut présager l’échec. Mais je suis mauvaise langue, passons donc. Ou alors, on déciderait – soyons fous, vous dis-je – de lâcher complètement les bretelles et de péter les élastiques et on mettrait en place les idées suivantes.

1. Dans un premier temps, on demanderait aux entreprises de donner leur salaire complet aux salariés, c’est-à-dire ce que ces salariés coûtent effectivement à l’entreprise, en totalité (charges salariales et patronales incluses). L’intégralité du salaire atterrirait alors sur le compte bancaire des intéressés. Charge alors à ces derniers de reverser aux différents organismes les sommes convenues pour les différentes couvertures. On passerait ensuite quelques mois à expliquer aux Français que : oui, ils n’ont pas le choix, et oui, ils sont obligés de cotiser à ces organismes qui leur paieront une retraite de misère, indemniseront leur chômage avec un lance-pierre et ne leur rembourseront qu’une partie humoristique de leurs frais de santé. Enfin, on proposerait l’ouverture à la concurrence de l’ensemble de ces branches (Ici, les collectivistes, arrivés en bande, commencent à baver en agitant leurs gros bras lourds : les malades vont tous mourir sur les trottoirs et c’est la mort des pauvres que vous voulez ! Salaud de libéral !).


2. Parallèlement à ces mesures didactiques sur les salaires, on en profiterait pour faire sauter les monopoles de droits divers et variés (courrier, énergie, taxis, transports interurbains ou régionaux, tout, jusqu’aux licences téléphoniques mobiles, par exemple) ainsi que les protections et privilèges minutieusement enkystés dans la vie sociale française depuis des décennies, à commencer par le numerus clausus des pharmaciens,
des notaires, des médecins… (Ici, les collectivistes, dont la bave bulle à gros bouillons putrides, enragent à l’idée qu’un nombre suffisant de médecins, de taxis et de notaires envahirait le pays. Ce serait horrible, tout comme la concurrence qui réduit les prix et donc, provoque le chômage… comme Free.)

3. Évidemment, tout ceci ne peut s’entendre qu’avec un code des impôts légèrement éclairci. Pour cela, on peut le réduire à quelques articles simples : l’impôt serait dû par tous (entités physiques ou morales), sur tous les types de revenus possibles, et limité à 10 % de ce revenu (flat tax), ni plus, ni moins. La TVA, de fait, serait unique, et limitée à 10 %. Et 10 %, c’est très simple puisqu’un gamin de 6e est censé savoir faire une division par dix… Enfin, de nos jours, mettons un gamin de terminale. Par exemple, le litron d’essence sans plomb, actuellement autour de 1,5 €, dégringolerait
à 0,64 € (cela fait plus de 40 € d’économie sur un plein de 50 litres). En conséquence de quoi, le gouvernement serait dans l’obligation, rapidement constitutionnelle, de ne dépenser en année N+1 que l’argent récolté en année N, avec interdiction du moindre déficit, et sanctions personnelles et financières non symboliques aux membres du Parlement pour tout dépassement de budget de l’État (Ici, les collectivistes, apoplectiques et les yeux hagards, se tortillent en criant à la misère de l’État qui ne pourra plus garantir à la France son rang international, faute de moyens. Et tout le monde sait que l’impôt proportionnel tue les pauvres et les chatons).

[...]

9. Il devient à présent indispensable de nettoyer aussi quelque peu la vie politique française, par exemple en imposant la transparence sur les comptes des syndicats et de toutes les entités publiques ou qui reçoivent de l’argent public (institutions, municipalités, régions, etc.)

10. Enfin, pour bien marquer le coup, on imposerait un non-cumul strict des mandats, tous renouvelables une seule fois. Renouveler le corps politique n’est pas la garantie d’une démocratie parfaite mais permettra d’éviter les situations de rentes dont le pays a si longtemps souffert.

________________________________________________________

Extrait de Égalité, taxes, bisous, aux éditions Les Belles Lettres, pp.264-266

Précédemment paru sur le blog de H16 : H16free.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !