Voilà ce que devraient être les gros titres de 2012 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La crise rampante autour de l’Iran devrait persister.
La crise rampante autour de l’Iran devrait persister.
©Reuters

Chère Madame Irma

Voilà ce que devraient être les gros titres de 2012

Après les nombreuses rétrospectives de la fin 2011, il est maintenant temps de nous projeter vers 2012. Pour ne rien manquer, petit tour d'horizon des sujets qui feront l'actualité au cours des prochains mois avec trois de nos experts.

Les prédictions en économie de Jean-Marc Daniel, professeur à l'ESCP-Europe

  • Croissance ou récession ?

Nous devrions être entre -0.5 et +0.5% de croissance. Il y a normalement une dynamique de redressement économique avec des temps d’austérité. Ce temps dépendra de l’austérité qui sera mise en place. Nous sommes plutôt dans une situation similaire à celle de 1995-1996 après le plan Juppé : un ralentissement de croissance avec une dynamique cyclique qui elle est plutôt porteuse.

  • Qui gagnera la bataille des taux de change ?

Il va falloir surveiller le taux de change euro / dollar. Les Allemands ont intérêt à avoir un taux élevé et les Français sont persuadés qu’ils ont intérêt à en avoir un faible. Le bras de fer va continuer.

Autres enjeux au niveau mondial : est-ce que le yuan va être convertible et comment l’inflation va-t-elle se traduire sur les biens de première nécessité ? Malgré le ralentissement économique, les prix du pétrole et du charbon vont continuer à augmenter. Plus grave, ceux des produits alimentaires vont partir à la hausse, conséquence des révoltes dans des pays où le niveau de vie des populations est très dépendant de ces variations.

  • La zone euro survivra … avec une pointe de Grande-Bretagne

La zone euro va survivre. Des gens à l’extérieur voulaient sa mort mais je pense qu’ils s’aperçoivent que c’est plus compliqué à obtenir qu’ils ne le pensaient. Aucun homme politique européen ne peut se permettre d’être à l’origine de la mort de la zone euro. Mario Draghi joue très bien son rôle de gouverneur de la Banque centrale européenne : il court après la confiance mais fait preuve d’une grande détermination.

Côté britannique, David Cameron sait qu’il faut être eurosceptique mais pas europhobe. S’il va trop loin, il va perdre une partie de ses soutiens, y compris chez les conservateurs. Certains commencent à estimer que la Grande-Bretagne ne peut pas se permettre de s’isoler. Ils vont revenir dans le jeu européen. Ce qui est positif pour les Français qui aimeraient voir contrebalancer l’influence allemande.

  • Les États-Unis vont-ils continuer de sombrer dans la faillite ?

Aux États-Unis, l’investissement repart. Nous sommes dans une phase où normalement, la reprise devrait se faire grâce aux investissements privés et permettre une réduction des dépenses et du déficit budgétaire.

Normalement, sur le papier, Barack Obama a perdu les élections. Mais ça dépendra surtout de son adversaire. Il y a un fort discrédit du Président, notamment chez les Démocrates qui sont très déçus. Ils sont susceptibles de faire la politique du pire.

Les prévisions politiques de Alain Renaudin, président fondateur de "NewCorp Conseil"

  • Présidentielle 2012 : NON à la vieille génération

A nouveau, une Une de Libération barrée d’un grand NON sur un nouveau 21 avril avec une Marine Le Pen au second tour face à François Hollande. L’autre hypothèse possible étant un duel Sarkozy / Hollande.

Pour les socialistes, si François Hollande gagne, la vieille génération PS va disparaître, s’il perd, une nouvelle génération va apparaître. Dans tous les cas, il ne pourra pas composer un gouvernement avec les fameux éléphants du parti. Côté UMP, Nicolas Sarkozy risque de ne pas changer grand-chose s’il gagne. S’il perd, c’est toute la génération Copé qui commencera à se préparer pour la prochaine échéance.

  • Vert le nucléaire

L’énergie va être l’un des grands sujets de l’année 2012. Après Fukushima et dans le cadre de la présidentielle, nous parlons beaucoup d’arrêter le nucléaire mais sans avoir de remplacement. L’inflation énergétique assez galopante, liée aux problématiques de pouvoir d’achat, nous occupera largement l’esprit.

  • L’Etat européen

Au-delà de l’euro ou de la taille, c’est la question de la gouvernance européenne qui se posera. Toutes les problématiques économiques dont on parle aujourd’hui nous prouvent que la situation aurait été parfaitement différente s’il y avait eu, avant tous ces projets, la mise en place d’un gouvernement européen. Peu importe la grève, peu importe l’euro, nous voulons un État européen.

  • L’oscar ou la médaille !

Un Jean Dujardin oscarisé ! Moi j’y crois ! The Artist est incroyable de talent, de culot, de rafraichissement, de prestation. En plus, c’est un film très révérencieux pour les Américains dans le bon sens du terme : dans l’admiration sympathique et sincère plutôt que dans le léchage de bottes.

Mais aussi : qu’est ce qui peut nous arriver de beau aux Jeux olympiques de Londres ? Des médailles pour le sprinteur Christophe Lemaitre ou pourquoi pas l’arrivée de Teddy Riner sur les traces de David Douillet.

Mais je crois plus à un Dujardin oscarisé qu’à un Lemaitre médaillé !

  • La fin du monde en 2012 ? Par pitié non !

Il y a un enseignement à tirer de tout ce fantasme de la fin du monde, c’est qu’il faudrait comprendre que l’avenir dépend de nous. Plutôt que d’attendre une hypothétique météorite géante, nous devons être les maîtres de notre sort. Tout ce buzz est assez troublant mais c’est à nous de ne pas rester spectateurs de tout ça.

Les prévisions géopolitiques de Jean-Sylvestre Mongrenier, docteur en géopolitique

  • Iran explosif

La crise rampante autour de l’Iran devrait persister. Après les révélations du début des années 2000 sur le programme nucléaire militaire, enquêtes, menaces et mensonges se succèdent. Les échéances se rapprochent forcément et il est difficile de savoir comment ça va évoluer : on ne pourra pas temporiser indéfiniment.

La question syrienne est directement liée à cette problématique. Le régime baasiste devrait s’effondrer, ce n’est plus qu’une question de temps.

  • Les printemps arabes laisseront la place aux printemps islamistes

Nous avons voulu voir dans les mouvements de révolte qui ont secoué le monde arabe une espèce de phénomène internet, Twitter, pro-démocratique. Pourtant, derrière, il y a une vraie lame de fond islamiste dans la région. L'Égypte et la Tunisie voient une montée en force des islamismes sunnites liés aux Frères musulmans. On nous expliquait pourtant il y a quelques mois que ces derniers ne feraient pas le poids face aux démocrates.

  • Méditerranée(s) asiatique(s)

Si l’on regarde ce qui s’est passé cette année et les dynamiques qui sont en cours, un certain nombre de choses devraient se nouer en Asie pacifique. Il y a une volonté d’affirmation de Pékin sur le plan naval. En mer de Chine orientale et en mer de Chine méridionale, la Chine se retrouve en porte-à-faux avec les pays de la région : Japon, Corée du Sud, Indonésie.

Les États-Unis réinvestissent aussi la zone après s’être légèrement désintéressé de cette région. En liaison avec les pays alliés, la diplomatie américaine cherche à contrebalancer l’hégémonie chinoise dans cette partie du monde.

  • Le géant brésilien

La montée en puissance du Brésil va continuer. Il y a quelques années, on y voyait un phénomène régional avec, au travers du Mercosur, la naissance d’une Union européenne d’Amérique du Sud. Finalement, on se rend compte que les échanges intracommunautaires au sein du Mercosur sont très limités et que le Brésil continue de progresser grâce à d’importantes ressources, aussi bien en Amazonie que dans les mers. Avec cette croissance, nous voyons aussi naître une forme de protectionnisme.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !