France Relance : un plan conceptuellement unijambiste, temporellement tardif | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
France Jean Castex Premier ministre
France Jean Castex Premier ministre
©ludovic MARIN / POOL / AFP

Sauvetage de l'économie

France Relance : un plan conceptuellement unijambiste, temporellement tardif

Alors que le gouvernement a dévoilé les contours du plan de relance pour tenter de limiter les effets de la crise du Covid-19 sur l'économie française, Jean-Yves Archer décrypte les enjeux du plan annoncé par Jean Castex.

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer

Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research.
 
Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'un doctorat en Economie de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne.
Voir la bio »

Le vecteur majeur de la politique économique du gouvernement de Jean Castex est enfin paru après une semaine de retard qui demeure une énigme, au moins officiellement.

Clairement, c'est un plan unijambiste qui repose sur la seule politique de l'offre.

Une fois n'est pas coutume, je reprends bien volontiers l'expression de l'économiste " atterré " et marxisant Benjamin Coriat : " Ce plan donne les clefs du camion aux patrons ".

C'est une décision qui peut se concevoir voire se respecter mais à condition que la cohérence marque le plan nommé France Relance et que la technocratie ne le submerge pas et n'anéantisse pas les efforts patronaux.

Or c'est loin d'être le cas.

Tout d'abord, depuis la crise induite par le confinement issu de la Covid-19, l'État joue les pompiers avec des méthodes typiquement keynésiennes. A la recherche d'un effet contra-cyclique face à la récession qui se profile, la sphère publique a dépensé des milliards d'euros qui nous garantissent des lendemains amers en matière de trajectoire des Finances publiques et de la dette explicite. Après-demain, après 2022 viendra le temps de l'impôt conformément à la loi ricardienne qui énonce, à raison, que la dette du jour prépare l'impôt de demain. Quant aux résultats de la politique engagée, on voit bien que la médiocrité est au rendez-vous si l'on songe à l'essor vertigineux du chômage et aux faillites d'entreprises que l'année 2020 va porter. Il serait temps de comprendre que l'argent public ne peut pas tout.

A cet égard, le plan de relance consacre près de 7 Mds afin de promouvoir l'emploi des jeunes ce qui revient à déployer une politique d'aides pour les entreprises sans garantie de bonne fin. Depuis le CICE ou la baisse de la TVA dans la restauration ( survenue il y a plus de 10 ans ) chacun sait qu'une politique de l'offre peut masquer une politique habile de restauration des marges voire des investissements numériques effectués au détriment quantitatif de l'emploi.

La majorité des entreprises jouera franc jeu mais il y aura des entités qui sauront profiter d'effets d'aubaine. Quel étonnement face à l'absence de contreparties qui auraient dû figurer dans France Relance.

France Relance est une suite d'habiletés technocratiques qui ne garantira pas l'émergence dense et durable de la reprise. Au demeurant, il est fondé sur des hypothèses de croissance pour 2021 ( +7% ) qui laissent songeurs plus d'un expert.

D'autant que ce plan doit recevoir l'aval du Parlement à l'Automne ce qui revient à dire qu'il ne sera efficace ( on l'espère ? ) qu'à la moitié du premier semestre 2021. Au demeurant, nul ne doit oublier que les 40 Mds apportés par l'Union européenne suite à l'initiative franco-allemande dépendent du vote favorable des 27 Parlements nationaux ce qui laisse la place pour d'éventuels rebondissements politico-diplomatiques.

France Relance est conceptuellement unijambiste et temporellement tardif tout en étant chimiquement impur puisque faussement keynésien.

De surcroît, certains décideurs publics, dont ministériels, mélangent un peu tout. Nous sommes face à une récession du format de 1929 et d'aucuns osent affirmer que France Relance n'est pas curatif.

Il suffit d'écouter les propos répétés de Nicolas Dufourcq ( BPI France ) : " La philosophie du plan de relance n'est pas du tout curative, c'est une philosophie de projection vers le futur. Nous préparons France 2030. " Il me semblait que nous étions dans un marasme inconnu et que la vitesse s'imposait à l'action publique.

Autre point sensible, les 100 Mds sont de l'affichage. En effet, seuls 80 Mds viendront de crédits nouveaux ce qui change l'analyse de France Relance.

Depuis les apports de J.M Keynes, il a été établi – répétons-le - que l'État devait, en cas de dépression, endosser un rôle contra-cyclique au moyen d'une politique budgétaire expansive. Le gouvernement d'Édouard Philippe l'a effectivement accompli avec méthode via des plans sectoriels et via des prêts ( PGE ). Dans le cas présent, France Relance se focalise sur l'offre de manière excessive et gomme un soutien à la demande. 10% du plan aurait été bienvenu pour cette variable d'autant que les derniers signaux de la conjoncture ne sont pas fameux. Une reprise semblait voir le jour par la consommation des ménages en juin et juillet mais août vient confirmer que les craintes sociales se traduisent par un abondement des flux d'épargne privée à l'opposé de ce qu'il faudrait pour éviter le cycle récessif. 

Il faut être admiratif de la lucidité économique du peuple français qui sent que la crise est devant nous et qui a, dans de nombreux cas, torpillé son budget dédié aux vacances estivales dans la perspective d'épargner davantage voire le plus possible.

L'épargne de précaution est à inscrire à l'actif de la lucidité économique des citoyens même si elle constitue une anticipation qui nuit à la dynamique de la reprise. Reprise qui ne viendra pas du plan Castex qui a oublié de cultiver la notion de confiance au profit d'un empilement de mesures trop classiques. Bien des agents économiques vont s'agiter autour de ce plan dont il sera intéressant ou déceptif, d'ici 3 à 4 ans, de voir l'efficacité notamment mesurable via le multiplicateur keynésien. Oui, l'effet d'entraînement devra être quantifié en gardant en mémoire l'échec du plan de relance Fourcade – Chirac de 1975 qui présente des similitudes de construction avec France Relance.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !