Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
fitness activité physique coronavirus covid-19
©AL BELLO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Activité physique

2020, l’année du boom du fitness digital

La pratique du fitness s'est réinventée face au confinement et à la fermeture des salles de sport. Comment expliquer cet engouement pour le sport à la maison ? La présence physique d’un coach peut-elle vraiment être remplacée par une application ?

Jean-Cyrille  Lecoq

Jean-Cyrille Lecoq

Jean-Cyrille Lecoq est psychologue du sport, coach et préparateur mental. 

Voir la bio »

Atlantico.fr : Paradoxalement, nous sommes restés enfermés pendant une bonne partie de l’année mais le fitness a réussi à se réinventer grâce aux applications. La pratique du fitness digital diffère-t-elle de celle pratiquée en salle ? 

Jean-Cyrille Lecoq : Tout d’abord l’effet de groupe qui fournit la motivation d’affiliation (besoin de relation avec autrui) est peu présente à la maison. Le plaisir de retrouver différentes personnes est peu présent chez soi. Néanmoins, la vidéo peut permettre cela mais ce n’est pas du tout la même source de motivation.

Qu’est-ce qui peut expliquer cet engouement pour le sport à la maison ? Est-ce ses bienfaits sur la santé mentale en ces temps stressants ? 

C’est bien évidemment la pandémie. On a isolé la planète pendant à peu près six mois, on a voulu retrouver une activité normale et un contexte avec ce que l’on a pu faire avant. Ainsi, nombreux sont ceux à s’être connecté sur des applications et des vidéos pour garder ce lien. Même s’il n’est pas équivalent à la réalité, il est quelque peu présent.

Les bienfaits à la pratique du sport sont là car il y a de l’activité physique (secretion des endorphines, entre autre). Il suffit de voir les effets de l’isolement complet avec le manque d’activité sportive dans les EHPAD,  a augmenté le taux de mortalité de façon indépendant au taux de contamination.

La présence physique d’un coach est-elle remplaçable par une application ?  

Rien ne remplace le coach et le contact direct mais cela peut le suppléer un certain temps. C’est un complément car cela donne une idée des exercices que l’on peut faire avec une vidéo ou une application. Il faut tout de même signaler que lorsque l’on débute ce n’est pas aisé avec une vidéo au niveau de la posture. Il y a des petits réglages ou des encouragements de l’entraineurs qui sont irremplaçables. Il ne faut pas oublier que c’est une pseudo-réalité, notre cerveau lui va percevoir ce décalage et cela se traduit par de la fatigue.

L’idéal ce serait ce que l’on voit dans certains films de S-F : un avatar en hologramme à ses côtés qui fasse l’exercice et corrige ses positions. On serait dans le côté digital alors qu’aujourd’hui cela ne remplace rien.

Quelles sont les précautions à prendre quand on se lance seul dans une activité sportive à l’aide d'applications ?

Avant tout, il faut faire un bilan médical, on ne peut pas se lancer comme ça car cela peut être dangereux. Rien ne remplace une visite chez un généraliste ou chez un médecin du sport. L’un des problèmes majeur serait la blessure grave à la maison sans possibilité d’appeler les secours.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !