Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Des piétons passent devant un magasin de préservatifs Condomania dans le quartier de Harajuku à Tokyo en février 2018.
Des piétons passent devant un magasin de préservatifs Condomania dans le quartier de Harajuku à Tokyo en février 2018.
©BEHROUZ PLUS / AFP

Village olympique

Jeux Olympiques de Tokyo : 160.000 préservatifs seront distribués aux athlètes même si les rapports sexuels sont déconseillés face à la pandémie de Covid-19

160.000 préservatifs seront distribués aux athlètes à l’occasion des Jeux Olympiques cet été. Avec les risques de contaminations à la Covid-19, les organisateurs des Jeux Olympiques n'encouragent pas les rapports sexuels.

Comme chaque édition des Jeux Olympiques depuis 1988, les organisateurs prévoient toujours un nombre important de préservatifs pour les athlètes. 160.000 sont prévus pour les JO de Tokyo au Japon prévus cet été, selon des informations du Dauphiné. Les autorités japonaises recommandent néanmoins de limiter et d'éviter les rapports sexuels face à la menace des contaminations à la Covid-19.

Depuis les Jeux Olympiques de Séoul en 1988, les organisateurs distribuent dans le village olympique des préservatifs. Cette année, d'après le média japonais Tokyo-Sports, il y aura 160.000 préservatifs à disposition des 11.000 participants soit 14 par personne pour 16 jours. Rio, en 2016, avait distribué 42 préservatifs par sportif. 

L'organisation des Jeux assure que ces préservatifs ne sont pas destinés à être tous utilisés durant la quinzaine de jours de la compétition mais qu'ils doivent servir à titre de prévention. Les médias japonais rapportent même que l'organisation « n'encourage pas » ces rapports sexuels à cause de la pandémie de Covid-19.

Les Jeux Olympiques vont se dérouler du 23 juillet au 8 août 2021 au Japon.

La Dépêche du Midi

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !