En cas de rachat de Twitter, Elon Musk prévoit de licencier les trois quarts des salariés, selon le Washington Post | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Elon Musk a confirmé son souhait de racheter Twitter.
Elon Musk a confirmé son souhait de racheter Twitter.
©SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Réseaux sociaux

En cas de rachat de Twitter, Elon Musk prévoit de licencier les trois quarts des salariés, selon le Washington Post

L’homme à la tête de Tesla et SpaceX avait fait une offre d'acquisition à 44 milliards de dollars pour le réseau social.

Elon Musk envisage toujours de racheter Twitter. S'il y parvient, le dirigeant de Tesla a prévu de licencier près de 75% des 7.500 employés du réseau social, a révélé le Washington Post

Le patron de SpaceX a fait savoir à des investisseurs potentiels qu'il entend réduire l'entreprise à quelque 2 000 salariés, selon le quotidien américain. Même si Elon Musk ne parvenait pas à acquérir Twitter, la plateforme aurait néanmoins l’intention de remercier près d'un quart du personnel d'ici la fin 2023. 

Elon Musk avait fait une offre d'acquisition à 44 milliards de dollars, acceptée par le conseil d'administration du groupe, fin avril. Il avait affirmé que sa priorité n'était pas la rentabilité, mais la défense de la liberté d'expression.

Il avait ensuite tenté d’échapper à cet accord, accusant l'entreprise de lui avoir menti sur sa lutte contre les faux comptes. Twitter a décidé de porter plainte début juillet contre Elon Musk.

Début octobre, Elon Musk a finalement assuré que la transaction allait bien avoir lieu. La juge a ajourné le procès qui aurait dû avoir lieu cette semaine, et donné aux deux parties jusqu'au 28 octobre pour conclure un nouvel accord.

France Info - Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !