Une société invente un distributeur de gel hydroalcoolique sans contact | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran Dailymotion / CNews

Protection et gestes barrières

Une société invente un distributeur de gel hydroalcoolique sans contact

Alors que le déconfinement approche et que de nombreux citoyens tentent de se procurer des masques, une société vient d’inventer un dispositif qui pourrait s’avérer très efficace dans les commerces ou pour les entreprises dans les prochaines semaines. 

Dans la Sarthe, une société (Bobet Matériel) a conçu un distributeur de gel, de solution hydroalcoolique sans contact. Cet objet est donc révolutionnaire et permet d’éviter de se contaminer en voulant se mettre du gel sur les mains en touchant des flacons dans les lieux publics.

Il suffit d’appuyer sur une partie au sol avec son pied et grâce à la pression exercée, une dose d'environ 3 millilitres de gel hydroalcoolique est automatiquement donnée sans que la personne n’utilise ses mains (potentiellement porteuses de germes) pour appuyer sur le traditionnel flacon de gel hydroalcoolique. L’appareil fonctionne sans électricité. 

Ce produit est commercialisé depuis le 17 avril. D’après des informations de CNews, 700 commandes ont déjà été passées par la grande distribution ou par certaines collectivités. Ce distributeur révolutionnaire pourrait donc être déployé massivement en France après le 11 mai lors du déconfinement. Cet objet et cette solution révolutionnaire sans contact pourrait permettre de limiter et de briser la chaîne de contamination tout en garantissant un accès à du gel hydroalcoolique qui a été frappé par une pénurie dans certaines pharmacies il y a encore quelques semaines. 

Cnews - Dailymotion - JeanMarcMorandini.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !