Déconfinement : retrouvez l’intégralité du discours d’Edouard Philippe à l’Assemblée nationale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: David NIVIERE / POOL / AFP

Etape par étape

Déconfinement : retrouvez l’intégralité du discours d’Edouard Philippe à l’Assemblée nationale

Le Premier ministre Edouard Philippe s’est exprimé à l’Assemblée nationale à l’occasion d'un discours consacré à la crise du coronavirus.  Le Premier ministre a détaillé la stratégie de l'exécutif pour les semaines à venir sur le plan de la santé, de l’Education nationale, sur le front de l’emploi, pour les commerces, les transports ainsi que sur la question sensible des rassemblements, des masques, des tests ou du déconfinement par régions.

A deux semaines de la date fixé au 11 mai pour le début du déconfinement, Edouard Philippe a détaillé la stratégie de l'exécutif. Le Premier ministre a évoqué la nécessité du déconfinement face au risque d'écroulement de l'économie en cas de confinement trop long.

Le projet StopCovid fera finalement l'objet d'un débat distinct ultérieurement. L'application pourrait ne pas être accesible le 11 mai prochain.  

Le "télétravail doit être maintenu partout où c'est possible, au moins dans les 3 prochaines semaines".

La date du déconfinement pourrait être remise en cause si les conditions optimales n’étaient pas réunies lors du 11 mai : 

"Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai". 

Edouard Philippe est notamment inquiet du "risque d'une seconde vague" qui viendrait frapper un tissu hospitalier "fragilisé" et qui imposerait un "reconfinement". Edouard Philippe a demandé que cette menace soit prise "au sérieux". L'exécutif souhaite donc agir avec "prudence", "progressivement", et en "vérifiant que nous maîtrisons le rythme de circulation du virus". 

Lesmasques seront accessibles pour la phase de déconfinement lors du 11 mai. Le port du masque sera obligatoire dans les transports publics.

"Les Français pourront, sans risque de pénurie, se procurer des masques grand public dans tous les commerces". 

Ils seront accessibles dans les pharmacies et également distribués par La Poste, via une "plateforme de e-commerce", à partir du 30 avril.

Le Premier ministre a indiqué que les tests seront beaucoup plus importants. L'objectif fixé est de réaliser au "moins 700.000 tests virologiques" par semaine au 11 mai. Les laboratoires de recherches et les laboratoires vétérinaires seront autorisés à pratiquer les tests. Ils seront pris en charge à 100% par l'Assurance maladie.

Le gouvernement a décidé d’opter pour un déconfinement par départements. Il sera plus ou moins "strict", selon la circulation du virus : les départements seront classés en "vert" ou en "rouge", chaque soir à partir du 7 mai. Les "autorités locales" - "notamment" les "maires" et les "préfets" - pourront "adapter" le plan de déconfinement "aux réalités du terrain".

Lorsqu'une personne sera testée positive, "tous ceux, symptomatiques ou non" qui auront "eu un contact rapproché avec elle", seront testés. Des "brigades" seront constituées pour identifier les cas-contacts, et ces derniers seront "invités" à s'isoler, "compte tenu des incertitudes sur la durée d'incubation".

Le Premier ministre a annoncé une "réouverture très progressive des maternelles et de l'école élémentaire à compter du 11 mai, partout sur le territoire, et sur la base du volontariat". Il n’y aura pas plus de 15 élèves par classe. Les gestes barrières seront appliqués, et des gels hydroalcooliques seront distribués dans les établissements. Les enseignants recevront des masques qu'ils devront porter quand ils ne pourront pas respecter les règles de distanciation. 

A la différence des écoles primaires et maternelles, les collèges ne rouvriront qu'"à compter du 18 mai". Seules les classes de 6ème et de 5ème seront concernées dans un premier temps, et cela ne concernera que les départements où la circulation du virus est très faible. 

Les lycéens ne reprendront finalement pas les cours le 18 mai, comme l'avait anticipé la semaine dernière Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale. Les lycées resteront fermés jusqu'au mois de juin au moins. 

Les déplacements interrégionaux et interdépartementaux seront réduits au maximum. La capacité des transports publics sera réduite pour respecter les distances.

Les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés seront limités à 10 personnes.

Les cinémas et les musées ne pourront pas rouvrir dans l’immédiat. 

Edouard Philippe a annoncé que la saison 2019-2020 de sports professionnels, notamment celle de football, ne pourra pas reprendre. Par ailleurs, "les grandes manifestations sportives, culturelles, notamment les festivals, les grands salons professionnels, tous les événements qui regroupent plus de 5000 participants" et font à ce titre l'objet d'une déclaration en préfecture, ne pourront se tenir avant le mois de septembre.

Tous les marchés alimentaires pourront rouvrir après le 11 mai, sauf exception.

Tous les commercesrouvriront le 11 mai, sauf les cafés-restaurants. Une décision sur les bars, cafés et restaurants sera prise fin mai, pour décider s'ils peuvent ouvrir après le 2 juin.

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !