Norvège : la femelle morse Freya a élu domicile dans le fjord d’Oslo après avoir sillonné les ports européens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Crédits Photo: Capture d'écran DR / Youtube
Freya, une jeune femelle morse, sème le désordre dans plusieurs ports européens en se prélassant au soleil sur les bateaux et en les faisant couler.

Adepte de la sieste

Norvège : la femelle morse Freya a élu domicile dans le fjord d’Oslo après avoir sillonné les ports européens

Une jeune femelle morse baptisée Freya grimpe à l'arrière des bateaux dans le fjord d'Oslo, la capitale de la Norvège, et suscite l'intérêt de la presse et des locaux.

Freya, une jeune femelle morse de 600kg, sème le désordre dans plusieurs ports européens en se prélassant au soleil sur les bateaux et en les faisant couler.

Déjà observé au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, au Danemark et en Suède, l'animal a choisi de passer une partie de l'été en Norvège. Habituellement, les morses vivent pourtant sous les latitudes encore plus septentrionales de l'Arctique.

Le mammifère, qui se prélasse dans le fjord de la capitale norvégienne, est devenu une star des réseaux sociaux.

Entre deux siestes (un morse peut dormir jusqu’à 20 heures par jour), elle s’amuse à chasser les canards, s’attaquer aux cygnes où à somnoler sur les embarcations qui ne résistent parfois pas à son poids.

Après avoir un temps envisagé de déplacer Freya, voire de l’euthanasier si elle venait à représenter un danger pour la population, les autorités norvégiennes ont décidé de laisser la nature suivre son cours.

Espèce protégée, elle ne s’attaque généralement pas aux humains et se nourrit essentiellement d’invertébrés comme les mollusques, crevettes, crabes et petits poissons.

Cette jeune femelle morse est la sensation de l’été en Norvège.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !