Covid-19 : le ministre de la Santé, Olivier Véran, appelle à la vigilance en cette période de déconfinement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: capture d'écran Youtbe / Huffington Post

"N’allons pas trop vite"

Covid-19 : le ministre de la Santé, Olivier Véran, appelle à la vigilance en cette période de déconfinement

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, souhaite que les Français restent vigilants face à l’épidémie de Covid-19 en cette période de confinement avant l'été. Le ministre effectuait un déplacement à Argenteuil dans un centre de tests de dépistage en ce lundi 8 juin, comme l’a précisé la rédaction du Huffington Post.

Olivier Véran a donc indiqué qu’il ne fallait pas "aller trop vite" pour assouplir les mesures de contrôle de l’épidémie de Covid-19, même si "la situation continue de s’améliorer" :

"La situation s’est améliorée et continue de s’améliorer (mais) il est trop tôt pour relâcher en aucune manière notre vigilance. Je comprends évidemment les demandes, les attentes, l’impatience qui peut s’exprimer d’avoir la capacité de reprendre notre vie normale au plus vite. Entre le moment où on prend une décision de levée du confinement et le moment où on peut avoir un impact sur l’épidémie, il faut 10 à 15 jours. Il faut avancer prudemment, de façon déterminée, en mettant toutes les chances de notre côté, pour permettre aux Français de retrouver toute leur liberté, toute leur joie de vivre comme avant, mais sans laisser aucune chance au virus de repartir. N’allons pas trop vite, on a réussi à gagner une bataille par l’effort de tous, une bataille qu’il a été très difficile de gagner, on n’a pas encore gagné la guerre, donc vigilance".

Selon Olivier Véran, le nombre de tests hebdomadaires "fluctue d’une semaine sur l’autre", avec "environ 300.000 sur cette semaine", suite au recul de l’épidémie. D’après le ministre, "moins de 2%" des personnes testées actuellement sont positives, contre "20 à 25% en période épidémique".

Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !