Ukraine : les séparatistes pro-russes acceptent le cessez-le-feu provisoire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : les séparatistes pro-russes acceptent le cessez-le-feu provisoire
©

Accord

Ukraine : les séparatistes pro-russes acceptent le cessez-le-feu provisoire

Le cessez-le-feu proposé par Kiev invite les rebelles à déposer les armes, à cesser leur occupation illégale des bâtiments de l'administration régionale à Donetsk et à Lougansk et à libérer les otages.

La situation s'améliorerait-elle en Ukraine ? "En réponse au cessez-le-feu décrété par Kiev, nous nous engageons aussi à un cessez-le-feu de notre côté", a déclaré ce lundi 23 juin Oleksandr Borodaï, principal leader de la république autoproclamée séparatiste de Donetsk, l'un des bastions insurgés, cité par l'agence Itar-Tass à Donetsk : "Ce cessez-le-feu durera jusqu'au 27 juin". Plus tôt dans la journée de ce lundi, l'Union européenne avait exhorté la Russie à soutenir immédiatement le plan de paix proposé par le président ukrainien, Petro Porochenko, vendredi 20 juin, afin de mettre fin à l'insurrection pro-russe dans l'Est de l'Ukraine, où les combats se poursuivaient malgré le cessez-le-feu unilatéral.

Le plan ukrainien invite les rebelles à déposer les armes, à cesser leur occupation illégale des bâtiments de l'administration régionale à Donetsk et à Lougansk et à libérer les otages. En échange, les séparatistes seront amnistiés et pourront quitter les lieux grâce à des "couloirs de sortie" vers la Russie. Le président russe, Vladimir Poutine, avait approuvé samedi 21 juin ce cessez-le-feu, mais avait toutefois estimé que le plan de paix proposé par Kiev ne serait pas viable sans "mesures concrètes" pour entamer un processus de dialogue.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !