Salah Abdeslam sort de son silence et justifie les attentats en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Salah Abdeslam sort de son silence et justifie les attentats en France
©Benoit PEYRUCQ / AFP

Prise de parole

Salah Abdeslam sort de son silence et justifie les attentats en France

"Nous ne vous attaquons pas parce que vous mangez du porc, mais les musulmans se défendent contre ceux qui les attaquent" aurait-il lancé.

La chose est rare : Salah Abdeslam est sorti de son mutisme. Ce jeudi, devant un juge antiterroriste, le suspect clé des attentats qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis a pour la première fois justifié les attaques ayant ensanglanté la France en novembre 2105. Le site Internet de RTL a rapporté ses paroles.

Après avoir confirmé qu’il ne souhaitait pas être défendu par un avocat, mais qu’il s’en "remettait à Allah", le détenu le plus surveillé de France aurait déclaré : "Nous ne vous attaquons pas parce que vous mangez du porc, vous buvez du vin ou vous écoutez de la musique, mais les musulmans se défendent contre ceux qui les attaquent". Et d’ajouter : "Mettez votre colère de côté et raisonnez quelques instants, vous ne subissez que les erreurs de vos dirigeants".

Salah Abdeslam - qui est incarcéré  dans une cellule ultra-sécurisée de la prison de Fleury-Mérogis - aurait également interpellé le président Emmanuel Macron, "dont la soif de puissance et de renommée appelle à faire couler le sang des musulmans. La sécurité ne régnera pas sur notre territoire tant que cela continuera". Après en avoir de nouveau appelé à Allah, Abdeslam est redevenu silencieux. "Le juge lit alors 20 pages de questions dans le vide. Et le terroriste du 13 novembre repart vers sa cellule" conclut RTL.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !