Remaniement : l’historien Pap Ndiaye est nommé ministre de l’Education nationale et succède à Jean-Michel Blanquer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
Pap Ndiaye et Jean-Michel Blanquer lors de la passation de pouvoir au ministère de l'Education nationale, le vendredi 20 mai.
Pap Ndiaye et Jean-Michel Blanquer lors de la passation de pouvoir au ministère de l'Education nationale, le vendredi 20 mai.
©EMMANUEL DUNAND / AFP

Nouveau gouvernement

Remaniement : l’historien Pap Ndiaye est nommé ministre de l’Education nationale et succède à Jean-Michel Blanquer

L'historien Pap Ndiaye a été nommé ministre de l'Education nationale. Il succède à Jean-Michel Blanquer.

Son arrivée au gouvernement a été une des "surprises" des annonces du secrétaire général de l'Elysée, Alexis Kohler. Ce vendredi 20 mai, Pap Ndiaye a été nommé ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse. Il remplace Jean-Michel Blanquer. Cet historien spécialiste des minorités et de l’histoire sociale des Etats-Unis fait ses premiers pas au sein du gouvernement. Il est le frère de la romancière Marie NDiaye.

L'année dernière, l'universitaire agrégé d'histoire avait été nommé à la tête du Palais de la Porte Dorée, et dirige notamment le Musée national de l'immigration.

A cette occasion, il avait expliqué au Monde que sa préoccupation « est de ne plus mettre des pans de notre histoire sous le tapis ». Dans une interview accordée à Ouest-France mardi dernier, il regrettait que l'histoire migratoire était « mise de côté » en France :

« Les questions d’immigrations n’ont pas leur place dans le récit national. Or, c’est pourtant essentiel si l’on veut comprendre notre histoire ».

Il a également enseigné à Sciences Po Paris et à l'EHESS.

En 2020, il rédige un rapport sur la diversité à l’Opéra de Paris, avec Constance Rivière, secrétaire générale du Défenseur des droits. Ce rapport préconisait de faire la promotion de l’Ecole de danse de l’Opéra et des conservatoires de musique auprès des personnes issus de la diversité. Selon lui, s’il n’y a pas de musiciens noirs dans les orchestres classiques, ce n’est pas parce qu’ils sont recalés aux concours de recrutement, mais plutôt qu’il n’y en pas qui se présentent.

Dans une interview donnée au Monde en 2017, l’auteur de La Condition noire affirme que les « associations spécifiques », qui organisent des réunions en non-mixité raciale « peuvent contribuer utilement à la vie démocratique ». Il dénonce aussi « un racisme structurel en France ». En 2018, Pap Ndiaye fait parler de lui en déclarant dans un article du Monde : « Gommer le mot « race » de la Constitution française est un recul ». Sur France Inter, le 4 juin 2020, il a affirmé « l’attitude de déni sur les violences policières en France est classique ».

Emmanuel Macron avait assuré que l'école était l'un de ses trois grands chantiers pour son deuxième mandat.

Ces prochains jours, Pap Ndiaye devra se pencher sur plusieurs dossiers, notamment le retour des mathématiques dans le tronc commun du programme de première et terminale au lycée, comme promis par Emmanuel Macron et son prédécesseur, Jean-Michel Blanquer. 

La nomination de Pap Ndiaye semble marquer une rupture philosophique et idéologique avec les réformes et les positions de Jean-Michel Blanquer lors du dernier quinquennat. La nomination de Pap Ndiaye est aussi le symbole de la méritocratie républicaine.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !