Ouragan Mathews : lourd bilan en Haïti, les Etats-Unis se préparent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ouragan Mathews : lourd bilan en Haïti, les Etats-Unis se préparent
©

Tragédie

Ouragan Mathews : lourd bilan en Haïti, les Etats-Unis se préparent

Au moins 23 personnes ont perdu la vie et trois sont portées disparues selon le bilan encore partiel fourni par les autorités mercredi soir.

Le bilan des personnes tuées par l'ouragan Mathews en Haïti s'alourdit. Au moins 23 personnes ont perdu la vie et trois sont portées disparues selon le bilan encore partiel fourni par les autorités mercredi soir. Plusieurs régions n'ont pas encore pu fournir de bilan. Ce dernier risque donc de s'alourdir encore plus. "Ces chiffres de 23 morts et 3 disparus ne comptabilisent pas encore les données pour le département de la Grande Anse», a indiqué Edgar Célestin, le porte-parole de la protection civile haïtienne. "Nous avons pu brièvement entrer en contact avec la ville de Jérémie (chef-lieu du département) mais nous n'avons pas encore de nouvelles des autres communes".

Haïti, toujours fortement marquée par le terrible tremblement de terre de 2010 et très sensible aux aléas climatiques, a été pour le moment le pays le plus touché par Matthews, ouragan exceptionnel par sa longévité.

L'ourgan se déplace désormais vers les Etats-Unis, qui se préparent à la menace. En Floride, où l’impact devrait être "dévastateur" selon les mots du gouverneur Rick Scott, des sacs de sable étaient distribués gratuitement, les péages levés afin de facilité l'évacuation et divers refuges ouverts. "Si vous pouvez partir, faites-le maintenant», a lancé le gouverneur ordonnant mercredi d'évacuer, volontairement ou obligatoirement selon les comtés. Le président américain Barack Obama a averti qu'il s'agissait d'une «tempête sérieuse", appelant les Américains à la vigilance

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !