Mulhouse : l'hôpital de campagne a réduit sa capacité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mulhouse : l'hôpital de campagne a réduit sa capacité
©SEBASTIEN BOZON / AFP

Covid-19

Mulhouse : l'hôpital de campagne a réduit sa capacité

Cet hôpital de campagne d'une capacité initiale de 30 lits avait accueilli son premier patient le 24 mars.

C'est une bonne nouvelle, symbole d'une situation qui s'améliore sur le plan épidémique : l'hôpital de campagne des armées installé sur un parking de l'hôpital civil de Mulhouse a commencé à être démonté vendredi 18 avril, a annoncé l'armée samedi. "Nous avons déséquipé la travée 1, qui correspond à un module de 10 lits de réanimation de l'Equipement Militaire de Réanimation (EMR) du Service de santé des armées, le démontage est encore en cours", a indiqué à l'AFP le lieutenant Lucie. A plein régime, il mobilisait 90 membres du Service de Santé des Armées et 30 autres militaires chargés de la logistique.

Cet hôpital de campagne, d'une capacité initiale de 30 lits de réanimation, avait accueilli son premier patient le 24 mars. 43 patients ont été soignés dans cet hôpital de campagne depuis son déploiement. La situation était alors critique dans le Groupe hospitalier régional de Mulhouse Sud Alsace (GHRMSA), complètement saturé. Depuis le début de l'épidémie, le groupe hospitalier a pris en charge plus de 1800 patients en lien avec le Covid-19 et 465 d'entre eux sont décédés. 

Même si la situation s'est améliorée à l'hôpital et dans le Haut-Rhin en général, la bataille contre le virus n'est pas terminée. En outre, l'hôpital souligne qu'il continue à avoir de gros besoins de renforts, essentiellement d'infirmiers et d'aides-soignants, alors que son personnel est épuisé et que les arrêts maladie se multiplient.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !