Loi Travail : dans un livre, un ancien conseiller de Myriam El Khomri raconte tout (et ce n'est pas joli) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Loi Travail : dans un livre, un ancien conseiller de Myriam El Khomri raconte tout (et ce n'est pas joli)
©REUTERS/Vincent Kessler

Ça dézingue

Loi Travail : dans un livre, un ancien conseiller de Myriam El Khomri raconte tout (et ce n'est pas joli)

Pierre Jacquemain dépeint notamment une ministre impuissante et résignée devant un projet de loi façonné par Matignon.

Un texte au vitriol. Dans Ils ont tué la gauche, paru chez Fayard, Pierre Jacquemain, ancien conseiller de Myriam El Khomri qui a démissionné du cabinet du ministre du Travail en février, raconte les coulisses de la genèse de la loi Travail. Il dépeint une ministre impuissante et résignée devant un projet de loi façonné par Matignon, avec l'aval d'Emmanuel Macron. Il sous-entend que l'actuelle ministre n'était finalement que de la chair à canon dans la composition de cette réforme, une figure mise en première ligne, afin d'encaisser les coups des médias et des syndicats.

"En coulisse, la ministre du Travail n'adhérait pas aux arbitrages de Matignon, qu'il s'agisse de l'inversion de la hiérarchie des normes, du licenciement économique ou même du plafonnement des indemnités prud'homales", juge-t-il, avant de poursuivre : "Ces mesures sont l'oeuvre d'Emmanuel Macron".

Pour l'ancien conseiller, c'est Pierre-André Imbert, directeur de cabinet jusqu'en septembre prochain, date à laquelle il rejoindra l'Inspection générale des finances (IGF), qui est le "véritable ministre du Travail".  Vexée, Myriam El Khomri aurait "progressivement tourné le dos" au chef de l'État, "le taxant d''amateur' en privé". Elle aurait même songé à démissionner avant de se raviser.

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !