Les djihadistes de l'EIIL proclament un "califat islamique" entre l'Irak et la Syrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les djihadistes de l'EIIL proclament un "califat islamique" entre l'Irak et la Syrie
©

Tensions

Les djihadistes de l'EIIL proclament un "califat islamique" entre l'Irak et la Syrie

Le groupe a désigné son chef, Abou Bakr Al-Baghdadi, comme "calife" et donc "chef des musulmans partout" dans le monde.

 

Les djihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), engagés dans les combats en Syrie et en Irak, ont annoncé dimanche 29 juin le rétablissement du califat et le changement de nom de l'organisation en "l'Etat islamique". Le califat est un régime politique islamique disparu il y a près d'un siècle. L’EIIL compte l’imposer sur les régions qu’il a conquises en Syrie et en Irak. ll a désigné son chef, Abou Bakr Al-Baghdadi, comme "calife" et donc "chef des musulmans partout" dans le monde.

Dans un enregistrement diffusé sur internet, le porte-parole du groupe a notamment estimé que le califat était "le rêve de tout musulman" et "le souhait de tout djihadiste", prévenant les musulmans, "qu'avec l'annonce du califat, il est désormais de leur devoir de prêter allégeance au calife Ibrahim". Aux autres groupes djihadistes et islamistes, il a déclaré : "Vous n'avez aucune excuse religieuse pour ne pas soutenir cet Etat. Sachez qu'avec l'établissement du califat, vos groupes ont perdu leur légitimité. Personne ne peut ne pas prêter allégeance au califat."

Au cours de son avancée fulgurante depuis le 9 juin en Irak, le groupe djihadiste a mis la main sur Mossoul et sur une grande partie de sa province Ninive (dans le nord), ainsi que sur des secteurs des provinces de Diyala (à l’est), Salaheddine, Kirkouk et Al-Anbar (à l’ouest). Il se trouve désormais à une centaine de kilomètres de Bagdad. Par ailleurs, l’EILL bénéficie du soutien d'ex-officiers de Saddam Hussein, de groupes salafistes et de certaines tribus. En Syrie, il contrôle en grande majorité la province de Raqa (dans le nord) et de larges parts de la province pétrolière de Deir Ezzor (à l’est), frontalière de l'Irak. Enfin, il dirige même certaines positions dans la province d'Alep (dans le nord).

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !