Le téléphone de l'épouse de Jamal Kashoggi, Hatice Cengiz, aurait été piraté par le logiciel Pegasus avant l’assassinat du journaliste, selon le Washington Post | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une agence gouvernementale des Emirats arabes unis aurait installé le logiciel Pegasus sur le téléphone portable de l'épouse de Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz, avant l’assassinat du journaliste.
Une agence gouvernementale des Emirats arabes unis aurait installé le logiciel Pegasus sur le téléphone portable de l'épouse de Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz, avant l’assassinat du journaliste.
©SAUL LOEB / AFP

Emirats arabes unis

Le téléphone de l'épouse de Jamal Kashoggi, Hatice Cengiz, aurait été piraté par le logiciel Pegasus avant l’assassinat du journaliste, selon le Washington Post

Une agence gouvernementale des Emirats arabes unis aurait téléchargé le logiciel Pegasus de NSO Group sur le téléphone portable de l'épouse de Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz, avant l’assassinat du journaliste selon une information du Washington Post. NSO continue de nier que ses clients aient été impliqués dans l'affaire Kashoggi.

Une agence gouvernementale des Emirats arabes unis aurait installé le logiciel Pegasus de NSO Group sur le téléphone portable de l'épouse de Jamal Khashoggi, l’écrivaine turque Hatice Cengiz, plusieurs mois avant l’assassinat du journaliste selon une information du Washington Post, relayée par la rédaction de i24 News.

Le 2 octobre 2018, Jamal Khashoggi a été assassiné dans les locaux du consulat d’Arabie saoudite en Turquie. 

L'administration Biden accuse le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed Ben Salmane, d'avoir commandité le meurtre.

Le Washington Post se base sur une étude du Citizen Lab, un laboratoire interdisciplinaire situé au sein de l’Université de Toronto au Canada, qui étudie les technologies de communication et de sécurité impliquant les droits humains.

Citizen Lab est parvenu à retracer les cyber-données circulant entre l'épouse de Jamal Khashoggi et un site web d'une agence gouvernementale des Emirats arabes unis, cliente de NSO.

Le rapport précise que peu de temps avant que les premiers signaux liés au portable de la femme de Jamal Kashoggi ne soient enregistrés, elle avait été arrêtée par des responsables des Emirats arabes unis qui lui avaient confisqué son téléphone, selon i24 News. 

NSO continue de nier que ses clients aient été impliqués de quelque manière que ce soit dans l'affaire Khashoggi, affirmant que la technologie Pegasus pirate les téléphones portables sans avoir besoin d'un accès physique aux appareils.

Le Washington Post mentionne des documents antérieurs de NSO qui inclueraient plusieurs options pour pirater les téléphones portables, à la fois à distance et par accès physique.

NSO affirme que la grande majorité des activités de son logiciel ont consisté à déjouer des attaques terroristes en Europe et ailleurs au nom de gouvernements ayant des relations positives avec Israël.

i24 News - Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !