Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Liban Beyrouth nitrate d'ammonium Toulouse AZF
Liban Beyrouth nitrate d'ammonium Toulouse AZF
©STR / AFP

Port de Beyrouth

Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse

Le nitrate d'ammonium a déjà causé de nombreuses explosions accidentelles dans le monde, dont celle d'AZF à Toulouse en 2001. Selon le Premier ministre libanais, environ 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium étaient stockées dans un entrepôt du port de Beyrouth qui a explosé.

Selon le Premier ministre libanais, environ 2750 tonnes de nitrate d’ammonium étaient stockées dans l’entrepôt du port de Beyrouth qui a explosé, causant des centaines de morts, des milliers de blessés et des dégâts sans précédent dans la capitale libanaise. La journée de mercredi était marquée par un deuil national au Liban. Selon un nouveau bilan, 21 Français ont été blessés lors de la catastrophe, selon le parquet de Paris qui ouvre une enquête. Les investigations sont confiées à la direction générale de la gendarmerie nationale. 

Le gouvernement libanais a décrété "un état d'urgence dans la ville de Beyrouth pendant deux semaines", a annoncé en conférence de presse la ministre de l'Information, Manal Abdel Samad, précisant qu'"un pouvoir militaire suprême sera immédiatement chargé des prérogatives en matière de sécurité". Trois jours de deuil national ont été décrétés. Les autorités ont proclamé Beyrouth "ville sinistrée" et appelé à l'aide.

Le nitrate d’ammonium à l’origine des explosions sur le site du port de Beyrouth est un sel blanc et inodore utilisé comme base de nombreux engrais azotés sous forme de granulés. La détonation n’est possible qu’avec une contamination par une substance incompatible ou une source intense de chaleur. Le stockage doit donc suivre des règles strictes pour isoler le nitrate d’ammonium de liquides inflammables, de liquides corrosifs, de solides inflammables ou encore de substances qui dégagent une chaleur importante, parmi d’autres interdits, selon une fiche technique du ministère français de l’Agriculture.

Le gouvernement libanais a demandé "l'assignation à résidence de toute personne impliquée dans le stockage de l'ammonium" depuis l'arrivée de la cargaison à Beyrouth en 2014 jusqu'à l'explosion de mardi, a annoncé en conférence de presse la ministre de l'Information, Manal Abdel Samad.

De nombreuses tragédies dans le monde, accidentelles et criminelles, ont comme source le nitrate d’ammonium.

En 1947, Brest fut secouée par l’explosion du cargo norvégien Ocean Liberty qui transportait cette substance.

A Toulouse, empilées en vrac dans un hangar de l’usine chimique AZF, 300 tonnes de nitrates d’ammonium ont subitement explosé et provoqué des dégâts considérables le 21 septembre 2001 (31 personnes sont mortes lors de cette tragédie).

Le nitrate d’ammonium peut aussi être utilisé dans des engins explosifs. Le 19 avril 1995, Timothy McVeigh avait fait exploser une bombe fabriquée à partir de deux tonnes de l’engrais devant un bâtiment fédéral à Oklahoma City, tuant 168 personnes.

A lire aussi : Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth

A lire aussi : Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !