Le député Jérôme Lambert est épinglé pour son logement social dans la capitale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jérôme Lambert, député de Charente, occupe un logement social de 95m2 pour 971 euros par mois, hors charges, selon des révélations de L’Obs et de Mediapart.
Jérôme Lambert, député de Charente, occupe un logement social de 95m2 pour 971 euros par mois, hors charges, selon des révélations de L’Obs et de Mediapart.
©Philippe LOPEZ / AFP

Prix de l'immobilier

Le député Jérôme Lambert est épinglé pour son logement social dans la capitale

Le député de Charente Jérôme Lambert, vit dans un appartement parisien de 95m2 qu’il paye 971 euros par mois, selon des révélations de L’Obs et de Mediapart. L’élu perçoit chaque mois 7 239,91 euros brut.

Jérôme Lambert, député de Charente, occupe seul un logement social de 95m2 pour 971 euros par mois, hors charges, selon des révélations de L’Obs et de Mediapart. L’élu est rémunéré 7 239 brut par mois,

Une déclaration de co-occupant sur le logement à loyer intermédiaire de son ancienne compagne lui permet depuis plus de 10 ans de payer 971 euros un 95m2 dans le XVIIIe arrondissement. Cela représente environ 10 euros le mètre carré.

Cet appartement du parc social Paris Habitat, qu'il habite désormais seul depuis qu’il est en instance de divorce, est normalement attribué sous plafond de ressources depuis 2001. Mais cette déclaration n'a jamais été faite par l'élu aux 67.478 euros annuels -par conséquent non éligible pour ressources trop élevées, selon les révélations de Mediapart dévoilées ce jeudi.

"Mon loyer a peu bougé depuis 30 ans et quand il va repartir dans le parc normal de la ville, le loyer mensuel va dépasser les 2000 euros (...) Je pourrais avoir du mal à le payer. Vous savez, le prix des loyers à Paris, c’est quand même quelque chose", s'est-il défendu auprès de la rédaction de Mediapart. Il est également propriétaire d'une résidence secondaire dans sa circonscription.

Si légalement rien n'oblige le député à quitter son logement ni à actualiser sa situation financière, "s’il avait déclaré sa situation après 2001, on lui aurait immédiatement demandé de quitter ce logement car il dépasse les plafonds", a confirmé à Mediapart un responsable de Paris Habitat.

Le député n'y voit "rien de moralement choquant". Il a précisé à Mediapart qu’il allait quitter son logement "fin juin", après les législatives.

"Vous savez, le prix des loyers à Paris, c’est quand même quelque chose. La rémunération des députés est importante mais pas suffisante pour se loger au-delà de ce loyer-là, sauf à résider à l’Assemblée ou à l’hôtel".

Non investi par le PS après ses positions sur le mariage pour tous en 2013, le candidat très bien implanté en Charente compte maintenir sa candidature.

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !