L'Etat islamique va "au-delà" de toute autre menace terroriste, assure le Pentagone | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'Etat islamique va "au-delà" de toute autre menace terroriste, assure le Pentagone
©

Craintes

L'Etat islamique va "au-delà" de toute autre menace terroriste, assure le Pentagone

Selon le chef d'état-major interarmées Martin Dempsey, pour venir à bout de l'EI, il faudra s'y attaquer "aussi en Syrie" : là où les djihadistes sont les plus armés et les plus forts.

Le Pentagone a reconnu pour la première fois, jeudi 22 août, que l'Etat Islamique (EI) allait "bien au-delà" de toute autre menace terroriste connue jusqu'à maintenant, y compris Al-Qaida. Selon le secrétaire à la défense américain, Chuck Hagel, le groupe terroriste qui contrôle actuellement une grande partie du nord de la Syrie et de l''Irak est "plus sophistiqué et mieux financé que tout autre groupe que nous ayons connu. Il va au-delà de tout autre groupe terroriste". Interrogé sur les capacités de l'EI à commettre une attaque contre les Etats-Unis comparable à celles du 11 septembre 2001, Chuck Hagel a répondu que ce groupe djihadiste était : "Aussi bien organisé et financé que toute autre organisation dont nous ayons eu connaissance. Ils sont plus qu'un simple groupe terroriste. Ils allient idéologie et sophistication militaire. Ils sont incroyablement bien financés. Cela va au-delà de tout ce qu'il nous a été donné de voir".

Le chef d'état-major interarmées Martin Dempsey s'est, quant à lui, inquiété sur le retour dans leurs pays de ressortissants occidentaux qui ont combattu avec l'EI. Selon le département d'Etat, le groupe compte quelque 12 000 étrangers venant de 50 pays, dont un "petit nombre d'Américains". Par ailleurs, pour venir à bout de ces djihadistes il faudra s'y attaquer "aussi en Syrie" : là où ils sont les plus armés et les plus forts, a déclaré Martin Dempsey, ajoutant : "L'EI sera véritablement défait lorsqu'il sera rejeté par les quelque 20 millions de sunnites privés de droit qui habitent entre Damas et Bagdad".

L'assassinat du journaliste américain James Foley et la diffusion de la vidéo de sa décapitation a visiblement poussé les Etats-Unis à s'exprimer sur ce sujet. "Je pense que lorsque des millions d'Américains ont vu cela, ils ont décidé de s'attaquer à ces mecs", a résumé Chris Hill, l'ambassadeur américain en Irak, à la BBC. Auparavant, l'intervention aérienne américaine, en soutien des forces kurdes irakiennes par les pays européens, avait amorcé une contre-offensive. Cette dernière a permis d'interrompre la progression des djihadistes en Irak. L'aviation américaine a effectué près de 90 bombardements depuis le 8 août. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !