Eric Zemmour: ouverture de son procès suite à ses propos sur les mineurs isolés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Eric Zemmour dans les studios de BFMTV à Paris, le 23 septembre 2021
Eric Zemmour dans les studios de BFMTV à Paris, le 23 septembre 2021
©BERTRAND GUAY / POOL / AFP

Procès

Eric Zemmour: ouverture de son procès suite à ses propos sur les mineurs isolés

Le polémiste est cité à comparaître pour « complicité de provocation à la haine raciale et d’injure raciale ». Il avait qualifié les mineurs isolés de « voleurs, violeurs et assassins » lors d’un débat sur la chaîne CNews, en septembre 2020

Le procès d’Eric Zemmour pour ses propos tenus sur le plateau de la chaîne CNews, le 29 septembre 2020, s’est ouvert ce mercredi 17 novembre. 

Le polémiste a décidé de ne pas se présenter devant le tribunal correctionnel, « afin d’éviter que l’enceinte judiciaire ne se transforme en studio de télé d’information en continu », a déclaré son avocat, Olivier Pardo.

La présidente, Delphine Chauchis, a prévenu dès l’ouverture du procès que son tribunal serait « particulièrement vigilant [quant à] la sérénité des débats »

37 parties civiles se sont constituées, dont de nombreuses associations. Le ton est vite monté sur la question de la recevabilité de certaines parties civiles. « Les trois quarts sont irrecevables et ils le savent très bien, ils ne sont là que pour faire nombre, pour faire masse », s’est insurgé à son tour Me Olivier Baratelli, qui défend le directeur de publication de CNews, jugé aux côtés d’Eric Zemmour, comme c’est l’usage dans les procès de presse.

Les deux avocats ont longuement plaidé pour le renvoi de l’audience, arguant que les conclusions de nombreuses parties civiles ne leur avaient pas été transmises à temps. Demande rejetée par la présidente. 

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a d'ores et déjà sanctionné en mars la chaîne d'information d'une amende de 200.000 euros, pour « incitation а la haine » et « а la violence ».

En cas de condamnation, Éric Zemmour encourt 45 000 euros d'amende et un an d'emprisonnement.

À Lire Aussi

Eric Zemmour: ouverture de son procès suite à ses propos sur les mineurs isolés

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !