Covid-19 : la France est devenue "une nation de 66 millions de procureurs", selon Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Covid-19 : la France est devenue "une nation de 66 millions de procureurs", selon Emmanuel Macron
©Yoan VALAT / POOL / AFP

Gouvernement face aux critiques

Covid-19 : la France est devenue "une nation de 66 millions de procureurs", selon Emmanuel Macron

A l'occasion d'un déplacement dans l'Essonne, Emmanuel Macron a évoqué les nombreuses critiques contre le gouvernement et sur les dossiers de la crise du Covid-19. 

En déplacement à Saclay ce jeudi, Emmanuel Macron a profité de la présentation de son plan d'investissement national dans les technologies quantiques pour se confier sur les critiques et sur la "traque incessante de l'erreur" en France.
 
Dans une allusion aux nombreuses critiques sur la gestion de l'épidémie par le gouvernement, le chef de l'Etat a également estimé que "celui qui ne fait pas d'erreur, c'est celui qui ne cherche pas, qui ne fait rien ou qui mécaniquement fait la même chose que la veille". 
 
Il a notamment évoqué le plan d'investissement national de 1,8 milliard d'euros dans les technologies quantiques. 
 
Le chef de l'Etat a estimé que "cette stratégie assume la part de risques et d'erreurs. Et je le dis parce que ce qui va avec la défiance française c'est aussi cette espèce de traque incessante de l'erreur. C'est-à-dire nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs. Ce n'est pas comme ça qu'on fait face à la crise ou qu'on avance (...) Nous avons besoin d'avoir des femmes et des hommes qui cherchent, qui ont la capacité à inventer ce qui n'est pas encore perceptible et à se tromper pour pouvoir corriger le plus vite possible et s'améliorer. C'est ça ce qui fait une grande nation. (...) Nos erreurs sont ce qui nous apprend le plus".
 
Emmanuel Macron a estimé que "l'un des problèmes de la France c'est la défiance", qu'il juge "largement documentée par beaucoup de chercheurs":
 
"Moi je crois qu'on y arrive par la confiance", insistant également sur la nécessité de "toujours continuer à regarder l'horizon et préparer le lendemain" car "sinon nous subirons les crises à venir".
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !