Algérie : arrestation de Saïd Bouteflika, le frère d’Abdelaziz Bouteflika | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Algérie : arrestation de Saïd Bouteflika, le frère d’Abdelaziz Bouteflika
©FAROUK BATICHE / AFP

Homme de l'ombre

Algérie : arrestation de Saïd Bouteflika, le frère d’Abdelaziz Bouteflika

La police algérienne a arrêté Saïd Bouteflika, le frère cadet de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, ainsi que deux anciens chefs des services de renseignements.

Nouveau rebondissement dans la crise politique en Algérie. La police algérienne a procédé à l'arrestation du plus jeune frère de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika. Le général Bachir Athmane et Mohamed Mediene, deux anciens chefs des services de renseignements, ont aussi été interpellé. 

Ces informations ont été communiquées par plusieurs médias algériens dont la chaîne de télévision Ennahar TV.

Le frère et conseiller de l'ancien président algérien est âgé de 61 ans. Selon la rédaction du Point, Saïd Bouteflika aurait construit en vingt ans un vaste réseau dans le pays et à l'étranger.

La nouvelle de son arrestation a été confirmée ce samedi par un responsable de la sécurité, sous couvert d'anonymat auprès de multiples sources dont l'AFP. Les raisons des arrestations de Saïd Bouteflika, du général Mohamed Mediene (patron des services secrets d'Algérie durant 25 ans) et de Athmane Tartag (l'ex-coordinateur des services de renseignements) n’ont pas été communiquées. 

Saïd Bouteflika, qui a longtemps conseillé le chef de l'État, était considéré comme le véritable numéro un de l'exécutif depuis l'accident vasculaire cérébral de son frère, en 2013. Cet ancien syndicaliste et ancien professeur à l'Université des sciences et de la technologie d'Alger a rejoint la présidence, comme conseiller spécial du chef de l'État, à l'élection de son frère aîné en 1999.

Abdelaziz Bouteflika a démissionné le 2 avril dernier. 

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !