Un tournant ? Même les Allemands et les Luxembourgeois s'inquiètent maintenant d'un euro trop fort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'euro a pris 0,7% face au dollar et 3% face au yen depuis le début de l'année.
L'euro a pris 0,7% face au dollar et 3% face au yen depuis le début de l'année.
©Reuters

Seuls les idiots ne changent pas d'avis

Un tournant ? Même les Allemands et les Luxembourgeois s'inquiètent maintenant d'un euro trop fort

Jean-Claude Juncker, le président de l'Eurogroupe, s'est inquiété cette semaine "des niveaux dangereusement élevés" de l'euro. En effet, ce dernier a pris 0,7% face au dollar et 3% face au yen depuis le début de l'année.

Marc Touati

Marc Touati

Marc Touati est économiste et président fondateur du cabinet ACDEFI (aux commandes de l'économie et de la finance). Il s'agit du premier cabinet de conseil économique et financier indépendant au service des entreprises et des professionnels.

Il a lancé en avril 2013 la pétition en ligne Sauvez La France.com pour diminuer "les impôts", les "dépenses publiques superflues" et "retrouver le chemin de la croissance" afin de "sortir par le haut de cette crise".

Il est également l'auteur de Quand la zone euro explosera, paru en mars 2012 aux Editions du Moment. Son dernier livre est Le dictionnaire terrifiant de la dette (Editions du moment, mars 2013).
 

 

Voir la bio »

Jean-Claude Juncker vient enfin de le reconnaître : l’euro est "dangereusement élevé". Ce n’est pas trop. En effet, cet "euro killer" a des conséquences dramatiques pour l’économie et l’emploi dans l’Union économique monétaire (UEM). C’est en partie à cause de lui que les pays eurolandais ont connu leur plus grave récession en 2009. C’est aussi  "grâce" à lui que la dépression est en train de s’installer dans de nombreux pays du Sud de l’Europe.

La vraie difficulté n’est effectivement pas de subir une récession, mais de devoir en affronter deux en trois ans. Soyons clairs : la Grèce, le Portugal, l’Espagne, voire l’Italie et la France ne s’en remettront pas.

Ne l’oublions jamais : la dernière fois que la croissance a été forte dans la zone euro c’était en 2000, lorsque l’euro valait moins de 0,90 dollar. A l’inverse, à chaque fois que l’euro a dépassé les 1,20 dollar, la croissance s’est effondrée.

Les vecteurs de transmissions d’un euro trop fort sur l’économie sont triples. Primo, ce dernier renchérit la valeur des exportations, qui deviennent donc trop chères et finissent par reculer. Les entreprises exportatrices sont alors contraintes de réduire leur production, avec souvent destructions d’emplois et de revenus à la clé.

Secundo, un euro trop fort signifie que les prix des produits importés reculent. Si cette évolution peut être perçue comme un avantage, notamment pour les consommateurs nationaux, elle se traduit également par un effet pervers bien plus négatif. En effet, si les produits importés sont moins chers, cela signifie que le producteur national voit sa compétitivité-prix se réduire à vue d’œil. Il perd donc des parts de marchés, réduit la voilure et licencient. Les revenus sont abaissés et la consommation avec.

Tertio, lorsque l’euro est trop cher, investir dans la zone euro depuis l’étranger devient plus onéreux, tandis qu’investir à l’étranger devient de plus en plus bon marché pour un Eurolandais. Dès lors, les flux d’investissements étrangers vers l’UEM se tarissent et les flux d’investissements eurolandais à l’étranger augmentent, réduisant mécaniquement la croissance et l’emploi dans la zone euro, qui voit alors ses déficits publics et sa dette s’accroître…

Pour faire simple, à chaque fois que l’euro s’apprécie de 10 %, la croissance perd environ 0,5 point. Dès que la barre des 1,35 dollar pour un euro est franchie, cette déperdition de croissance pour 10 % d’appréciation est doublée. A l’inverse, lorsque l’euro se déprécie de 10 %, la progression de l’activité gagne 0,5 point. Et lorsque celui-ci passe sous les 1,15 dollar, ce gain de croissance pour 10 % de dépréciation est également doublé.

Que l’on soit également rassuré : l’impact de la baisse de l’euro sur les cours des matières premières, qui deviendraient donc plus chères, sera limité. En effet, lorsque l’euro recule, le dollar s’apprécie et généralement cette appréciation du billet vert se traduit par une désaffection des investisseurs pour les matières premières et notamment le pétrole, qui voient donc leurs cours baisser.

Au total, si l’on veut sortir de la récession et plus globalement de la crise de la dette, l’euro est condamné à repartir à la baisse, soit dans la douceur, via une meilleure gouvernance économique et monétaire, soit dans la douleur avec une aggravation de la récession qui deviendra alors dévastatrice. C’est là tout le paradoxe de l’euro : plus il est cher, plus l’économie eurolandaise souffre et plus l’UEM est menacée d’explosion.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !