Suspension des visites en Ehpad : une fausse bonne idée pour le bien-être des personnes âgées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
ehpad patients visites proches covid-19
ehpad patients visites proches covid-19
©SEBASTIEN BOZON / AFP

Ravages de la solitude

Suspension des visites en Ehpad : une fausse bonne idée pour le bien-être des personnes âgées

La hausse du nombre de personnes contaminées par le Covid a poussé plusieurs Ehpad à renforcer les mesures de précautions pour leurs patients… au point de revenir à une situation de quasi-confinement dans bon nombre d'établissements. Certaines de ces mesures s'apparentent à des privations de liberté.

Olivier  de Ladoucette

Olivier de Ladoucette

Olivier de Ladoucette est psychiatre et gériatre attaché à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et président de la Fondation Ifrad pour la recherche sur la maladie d’Alzheimer. 

Voir la bio »

Atlantico.fr : Les données actuelles sur l'évolution de l'épidémie justifient-elles encore les mesures toujours en vigueur dans les Ehpad ?

Olivier de Ladoucette : Oui tout à fait parce qu'on a depuis le déconfinement des établissements qui n'avaient aucun cas de Covid recensé et qui se retrouvent subitement avec des patients, parfois plusieurs voir une dizaine contaminés en quelques jours tout simplement parce qu'on a autorisé les familles à rendre visite ou permis aux patients de sortir pour se rendre dans leurs familles et qui reviennent positifs au Covid-19 et sont à leur tour contagieux. Donc on peut clairement parler de nouvelle vague… et qui impacte également les Ehpad. Il faut donc rester très vigilant.

Certaines mesures peuvent s'apparenter à des privations de liberté. C'est un peu la double peine?

Bien sûr que c'est une double peine mais on est dans une situation où on n'a malheureusement pas tellement le choix. Alors après on peut, comme le font maintenant les établissements, ne plus contenir systématiquement les patients dans leurs chambres comme on l'a fait au tout début de l'épidémie. Les patients étaient vraiment reclus dans leurs chambres et ne participaient pas du tout à la vie de l'établissement. Maintenant ce que font les directeurs d'établissements est un assouplissement de ces mesures…mais ils limitent effectivement les visites. Donc les patients ont une vie interne qui est à minima mais qui existe. Et sans être interdites, les visites demeurent restreintes. Mais on n'a pas le choix. Sans ces mesures, le risque de voir apparaitre dans des établissements de nouveaux cas en quelques jours avec des patients devant être hôspitalisés et risquant de mourir est grand. Les maisons de retraite sont dans le même cas que les bateaux de croisière : des gens qui vivent les uns avec les autres et il suffit de la présence d'un ou deux cas contacts pour que toute la population puisse être infectée en quelques jours. On est vraiment dans une situation délicate avec des gens à hauts risques. Ils sont très âgés, ils sont poly pathologiques donc il faut être extrêmement vigilant par rapport à cela.

Les directeurs d'EHPAD disposent-ils de l'autonomie nécessaire pour adapter les mesures au cas par cas des établissements ?

Je le crois. D'un Ehpad à l'autre j'ai constaté que les mesures ne sont pas les mêmes. Elles dépendent vraiment de la décision du directeur. C'est dans leur intérêt de faire en sorte qu'il y ait un bon compromis entre la liberté d'une part, le bien être  de leurs patients d'autre part et la protection contre une infection qui est extrêmement dangereuse pour leurs résidents.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !