Saviez-vous que Marianne était une allumeuse ? Un site féministe le dit et le prouve ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Saviez-vous que Marianne était une allumeuse ? Un site féministe le dit et le prouve !
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Hypersexuée

Saviez-vous que Marianne était une allumeuse ? Un site féministe le dit et le prouve !

On n'en peut plus : pitié pour nous, pauvres mâles fragiles...

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le site s'appelle Les Glorieuses. Des glorieuses féministes prêtes à se sacrifier pour combattre l'oppression masculine. Elles ont entamé une nouvelle bataille contre le logo de Paris pour les JO de 2024. Leur œil exercé a décelé une horreur que nous autres, obsédés sexuels, n'avons pas voulu voir. Ou plutôt – soyons honnêtes – que nous avons vue en salivant de désir.

La Marianne du logo est – nous apprennent-elles - « hypersexuée ». En effet, elle a « des lèvres parfaitement dessinées, une chevelure qui rappelle les personnages féminins des mangas ». Vous savez, les petites Japonaises court-vêtues et en chaussettes blanches pour réveiller les ardeurs des samouraïs fatigués...

Ce logo, graveleux, grivois et sexué est donc à proscrire : c'est ce que Les Glorieuses exigent dans une pétition. Car, selon elles, cette Marianne fait de la femme un « objet de désir ». Nous sommes en effet très nombreux à trouver Marianne désirable. Car la République qu'elle incarne est en effet désirable.

Nous comprenons que ce logo peut, à coup sûr, donner une image désastreuse des filles de notre pays. Des centaines de milliers de visiteurs étrangers seront enclins à voir dans la Française, une créature facile et provocante. Et que dire des sportifs que cette image mettra en émoi, ce qui sera très dommageable pour leurs exploits en compétition.

N'oublions pas non plus les sportives. Comment ne seraient-elles pas jalouses, confrontées à ce symbole de luxure et de dépravation ? Dans ce cas, leurs performances en souffriront également. Nous souhaitons aussi attirer l'attention des Glorieuses sur un insupportable, et hélas célèbre, tableau de Delacroix : « La Liberté guidant le peuple ». La femme qui incarne la France révoltée a un sein à l'air ! Et nous ne nous trompons pas en demandant que L'Origine du monde de Courbet soit retirée du musée d'Orsay où elle déchaîne les passions les plus libidineuses.

Il faut donc, et d'urgence, trouver une solution pour que ce logo érotisé soit changé. Pour la chevelure, scandaleusement évocatrice, un hijab devrait suffire. Pour les lèvres tentatrices, c'est plus compliqué : le voile intégral s'impose. Sinon, peut-être qu'une des Glorieuses se dévouera en posant pour une Marianne asexuée. Mais là, on a un peu peur...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !