Rendre publiques les turpitudes de Fillon est essentiel, s'inquiéter d'une instrumentalisation de la presse l'est tout autant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Rendre publiques les turpitudes de Fillon est essentiel, s'inquiéter d'une instrumentalisation de la presse l'est tout autant
©Thomas SAMSON / AFP

RillettesGate

Rendre publiques les turpitudes de Fillon est essentiel, s'inquiéter d'une instrumentalisation de la presse l'est tout autant

Fillon mérite son sort, mais la "presse d'investigation" s'honorerait de ne pas jouer les simples boites aux lettres en passant l'identité et les motivations de ses informateurs par profits et pertes.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

François Fillon a beau crier au complot, il n'a que ce qu'il mérite et Le Canard est parfaitement dans son rôle en publiant les documents et informations qui lui parviennent.

 

Pour autant, le journalisme d'investigation à la française est essentiellement un "journalisme de boîte aux lettres" et l'on ne peut pas ne pas s'intéresser, dans un contexte démocratique, parce que cette histoire affecte directement l'élection présidentielle, aux circonstances et au timing des révélations.

 

De fait, une presse véritablement indépendante ne saurait se contenter d'être instrumentalisée par telle ou telle faction et considérer que le boulot est fait... Dans la plupart des grandes affaires, lorsqu'un dossier compromettant se retrouve sur le bureau d'un journaliste, c'est que quelqu'un, quelque part, a choisi de le lui faire parvenir. Que quelqu'un, quelque part, a sélectionné une date, un média et même une plume spécifique comme outils d'une campagne de communication dont personne n'a vraiment idée du but ultime.

 

On imagine mal, évidemment, Le Canard se tirer une balle dans la palme en livrant lui-même le nom de ses sources. L'enquête qui devrait suivre chez les confrères, toutefois, c'est celle qui nous dirait qui est à la manœuvre et pourquoi. C'est aussi important que d'apprendre qu'un Fillon (et une Le Pen, rappelons-le) s'empiffre d'argent public depuis des années tout en jouant les gardiens de l'ordre et de la morale.

 

>>>> À lire aussi : "Penelopegate" : les grandes manœuvres de l'ombre s'accélèrent pour trouver un remplaçant à François Fillon

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !