Pour éviter d’être expulsé, il s’est converti au christianisme ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Un officier de police en service, Sutcliffe Street, Liverpool, le 17 novembre 2021.
Un officier de police en service, Sutcliffe Street, Liverpool, le 17 novembre 2021.
©OLI SCARFF / AFP

Ingénieux

Pour éviter d’être expulsé, il s’est converti au christianisme !

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

L’auteur de l’attentat de Liverpool était un clandestin qui venait de Syrie ou d’Irak. On nous dit qu’il avait fait l’objet de soins psychiatriques. C’est banalement classique et convenu. 

Mais ses supposés troubles mentaux ne l’ont pas empêché de minutieusement préparer sa bombe pendant 7 mois. Peut-être le faisait-il pendant ses rares moments de lucidité ! 

Il séjournait au Royaume-Uni depuis des années. S’il a pu rester aussi longtemps, bien qu’expulsable, c’est grâce au concours d’avocats militants spécialistes en chicanes et en contournement du droit d’asile. Les avocats ne lui ont rien coûté: il bénéficiait de l’aide juridique gratuite. 

Craignant que ses multiples recours s’épuisent, il a, sur les conseils de ses avocats, décidé de se convertir au christianisme ! Ainsi il devenait inexpulsable, arguant du fait qu’en Syrie et en Irak les chrétiens sont menaces de mort. 

L’église anglicane, bonne fille, s’est réjouie de l’arrivée de cette nouvelle brebis. Plus il y a de brebis et mieux elle se porte. Après l’attentat, elle a esquissé un très timide mea culpa: « nous accueillons tout le monde mais à l’avenir il nous faudra faire preuve de discernement ».

C’est ce qu’on lui souhaite. Quoique des attentats où l’on crierait « Jésus est grand » au lieu de « Allah Akbar » aurait le chic et l’attirance de la nouveauté. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !