Penser positif : comment identifier ses mécanismes de défense | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Penser positif : comment identifier ses mécanismes de défense
©YouTube

Bonnes feuilles

Penser positif : comment identifier ses mécanismes de défense

Parmi les propositions ci-dessous, cochez celles qui vous correspondent. Vous avez tendance à voir le verre à moitié vide. Vous manquez parfois d'énergie pour affronter les difficultés de la vie. Vos rêves de jeunesse vous semblent aujourd'hui inaccessibles. Pour ne pas être déçu, vous vous attendez toujours au pire. Vous vous levez souvent du mauvais pied. Vous avez du mal à faire confiance aux autres. Vous jugez naïfs ceux qui voient "la vie en rose". Le mois dernier, vous avez pensé plus de trois fois : «je ne suis pas à la hauteur». Vous voyez facilement les défauts des gens. Pour vous, tout est écrit à l'avance. Extrait de "50 exercices pour penser positif", de Philippe Auriol et Marie-Odile Vervisch, aux éditions Eyrolles 2/2

Marie-Odile Vervisch et Philippe Auriol

Marie-Odile Vervisch et Philippe Auriol

Marie-Odile Vervisch est docteur en ethnologie. Philippe Auriol est diplômé d'une ESC.

Voir la bio »

Pour éviter d’être confronté à des situations difficiles, peut-être avez-vous, au cours des années, développé des mécanismes de défense. Ces stratégies inconscientes tiennent à distance la souffrance que vous pourriez ressentir dans des situations mettant en cause votre estime de vous-même. Découvrez quelles sont les vôtres. 

Cochez, pour chacune des situations ci-dessous, la proposition qui correspond le plus à votre réaction spontanée.

Extrait de "50 exercices pour penser positif"de Philippe Auriol et Marie-Odile Vervisch, publié aux éditions EyrollesPour acheter ce livre, cliquez ici

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !