Les Talibans sont bienveillants avec les femmes ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des Talibans ont violemment dispersé, samedi à Kaboul, un rassemblement de femmes qui manifestaient pour le droit au travail et à l'éducation, près d'un an après le retour au pouvoir des Talibans en Afghanistan
Des Talibans ont violemment dispersé, samedi à Kaboul, un rassemblement de femmes qui manifestaient pour le droit au travail et à l'éducation, près d'un an après le retour au pouvoir des Talibans en Afghanistan
©Wakil KOHSAR / AFP

Un grand progrès pour l’humanité ?

Les Talibans sont bienveillants avec les femmes !

Ils les ménagent…

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le 15 août dernier, la nuit s’est abattue sur l’Afghanistan. Les Talibans victorieux ont appliqué la charia dans ce pays qui était en passe de devenir mécréant. Le sort des femmes en a été particulièrement affecté. Interdiction de travailler. Pas de scolarité après 13 ans : elles auraient pu apprendre des choses néfastes. Obligation de porter le voile intégral.

Elles en souffrent à telle enseigne que certaines d’entre elles sont allées jusqu’à se rebeller. Ce qui n’est pas bien et qui n’est pas conforme à l’enseignement du coran. Elles étaient une soixantaine à manifester dans les rues de Kaboul, réclamant le droit de travailler et d’étudier. Alors que leur vocation est de rester à la maison et de faire des enfants. Les Talibans armés sont arrivés pour les disperser. D’humeur pacifique, ils se sont contentés de tirer en l’air.

Les Afghanes déchaînées ont refusé d’obtempérer. Mais un refus d’obtempérer, c’est comme chez nous, punissable. Alors les talibans les ont frappées à coups de crosse. Ce qui était bien le moins compte-tenu de leurs forfaits. Cet événement n’a suscité aucune dénonciation chez nos féministes. Où étaient Sandrine Rousseau, Caroline de Haas, Danièle Obono et les autres ?

Elles attendent sans doute que des Afghanes soient tuées pour donner de la voix.

À Lire Aussi

15 août, commémoration de la mise à mort du peuple afghan

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !