Le diable dans les détails ? Là où François Hollande a été convaincant, là où il s'est contenté d'une simple intention, là où il a brassé du vent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
François Hollande lors de sa troisième conférence présidentielle.
François Hollande lors de sa troisième conférence présidentielle.
©

Episode III

Le diable dans les détails ? Là où François Hollande a été convaincant, là où il s'est contenté d'une simple intention, là où il a brassé du vent

François Hollande s'est livré à l'exercice de sa troisième conférence de presse dans un contexte politique, économique et personnel particulièrement glissant, le tout pour un résultat plutôt mitigé tant dans le fond que dans la forme. Tour d'horizon et analyse qualitative des projets présidentiels.

Si cette troisième conférence de presse présidentielle était très attendue pour la clarification de la vie amoureuse de François Hollande qu'elle était supposée contenir, le président a finalement éludé la question avec habileté. Toutefois, si la question - posée avec élégance à propos du statut de première dame du pays de Valérie Trierweiler plutôt que sur une éventuelle relation amoureuse - n'est évidemment pas réglée et a simplement été reportée à une nouvelle échéance, François Hollande n'a rien laissé paraitre de ses intentions à ce propos. Des proches de madame Trierweiler auraient d'ailleurs fait savoir qu'elle n'a aucune intention de quitter son rôle actuel.


>>> A lire : >>%20A%20lire%20:%20Les%20temps%20forts%20de%20la%20conférence%20de%20François%20Hollande%20<<<%20%20Patricia%20Chapelotte,%20spécialiste%20de%20la%20communication%20de%20crise%20décrypte%20pour%20Atlantico%20cette%20partie%20de%20l'intervention.%20%20Patricia%20Chapelotte%20:%20La%20surprise%20est%20de%20mise%20car%20d'une%20manière%20générale,%20l'exercice%20auquel%20s'est%20livré%20François%20Hollande%20est%20plutôt%20réussi.%20On%20l'attendait%20sur%20l'affaire%20privée%20Gayet-Trierweiler%20;%20on%20a%20le%20sentiment%20que%20la%20question%20du%20journaliste%20était%20très%20préparée,%20et%20que%20l'Elysée%20disposait%20déjà%20des%20termes%20de%20la%20question.%20%20La%20réponse,%20qui%20s'est%20faite%20en%20deux%20temps,%20est%20très%20"sarkozienne".%20Comme%20l'ancien%20président%20sur%20France%203,%20il%20dit%20être%20comme%20tous%20les%20Français,%20traverser%20une%20période%20douloureuse%20de%20sa%20vie%20personnelle.%20Il%20avoue%20son%20problème%20de%20couple%20avec%20Valérie%20Trierweiler,%20et%20parallèlement%20il%20rappelle%20le%20caractère%20intime%20de%20l'affaire,%20et%20qu'il%20ne%20rapportera%20donc%20aucun%20détail.%20La%20deuxième%20partie%20de%20la%20réponse%20est%20plus%20intéressante.%20On%20est%20tenté%20de%20penser%20que%20la%20question%20sur%20la%20manière%20dont%20il%20allait%20gérer%20son%20voyage%20aux%20Etats-Unis%20le%2011%20février,%20avec%20ou%20sans%20la%20première%20dame,%20était%20bien%20préparée%20:%20en%20substance%20il%20déclare%20que%20le%20problème%20sera%20réglé%20avant%20ce%20voyage.%20Sachant%20qu'on%20l'accuse%20toujours%20d'indécision,%20cette%20information%20est%20importante.%20On%20sait%20que%20les%20histoires%20d'adultère,%20voire%20de%20double%20vie%20sont%20pléthoriques%20en%20France,%20et%20même%20chez%20les%20présidents%20français,%20mais%20lui%20décide%20par%20contraste%20de%20ne%20pas%20rester%20dans%20l'ambigüité.%20Reste%20à%20voir%20s'il%20tient%20ses%20engagements.%20%20On%20peut%20en%20revanche%20le%20trouver%20moins%20bon%20sur%20la%20question%20de%20sa%20sécurité.%20Ses%20sorties%20posent%20problème,%20et%20pourtant%20il%20répond%20que%20sa%20sécurité%20est%20assurée.%20Ce%20n'est%20pas%20très%20convaincant,%20car%20les%20choses%20ne%20fonctionnent%20pas%20aussi%20simplement,%20un%20scooter%20et%202%20policiers,%20c'est%20léger.%20Et%20même%20si%20on%20admet%20que%20sa%20sécurité%20physique%20est%20assurée,%20celle%20de%20sa%20réputation%20ne%20l'est%20pas,%20puisqu'on%20a%20pu%20le%20prendre%20en%20photo%20dans%20des%20conditions%20trop%20faciles%20pour%20un%20paparazzi.%20Si%20les%20services%20de%20sécurité%20avaient%20été%20plus%20importants,%20le%20paparazzi%20n'aurait%20pas%20pu%20s'installer%20dans%20l'appartement%20juste%20en%20face.%20Il%20est%20difficile%20d'imaginer%20que%20le%20fait%20qu'il%20a%20une%20maîtresse%20(supposée%20jusque%20là)%20n'a%20pas%20été%20pris%20en%20compte%20dans%20le%20dispositif%20de%20sécurité.%20On%20a%20l'impression%20de%20"Tintin%20à%20l'Elysée",%20qui%20insouciant%20prendrait%20sa%20moto%20la%20nuit%20venue.%20On%20ne%20fait%20pas%20cela%20quand%20on%20est%20président%20de%20la%20République.%20Il%20y%20a%20incontestablement%20une%20faille,%20car%20sous%20Mitterrand,%20ou%20même%20Sarkozy,%20ce%20genre%20de%20photo%20ne%20serait%20pas%20sorti%20dans%20la%20presse.%20Il%20n'a%20donc%20pas%20pris%20pleinement%20la%20mesure%20de%20ce%20qu'était%20un%20chef%20d'Etat%20et%20la%20nécessité%20de%20protéger%20son%20image%20en%20tant%20que%20tel.%20%20Nicolas%20Domenach%20a%20par%20la%20suite%20reposé%20une%20question%20sur%20cette%20affaire,%20demandant%20comment%20se%20portait%20Valérie%20Trierweiler.%20Le%20moment%20n'était%20pas%20choisi%20innocemment,%20le%20journaliste%20a%20attendu%20environ%20une%20heure,%20le%20temps%20que%20François%20Hollande%20baisse%20un%20peu%20la%20garde,%20la%20fatigue%20aidant.%20Le%20président%20n'a%20pourtant%20pas%20dérapé,%20il%20a%20répondu%20très%20froidement%20qu'elle%20se%20reposait%20et%20qu'il%20n'avait%20pas%20d'aitre%20commentaire%20à%20faire.%20On%20peut%20espérer%20pour%20elle%20que%20la%20télé%20de%20sa%20chambre%20d'hôpital%20n'était%20pas%20allumée,%20car%20le%20ton%20était%20dénué%20de%20toute%20chaleur.%20Cela%20montre%20l'ambivalence%20du%20personnage,%20qui%20est%20capable%20de%20traits%20d'humours%20comme%20d'attitudes%20extrêmement%20froides,%20et%20en%20l'occurrence%20violente%20à%20son%20égard.%20On%20a%20alors%20senti%20que%20l'on%20touchait%20à%20la%20limite%20de%20ce%20qu'il%20avait%20préparé.%20%20A%20la%20dernière%20question%20d'un%20journaliste%20étranger,%20qui%20lui%20demande%20si%20son%20image%20de%20chef%20d'Etat%20en%20visite%20à%20l'étranger%20n'en%20sera%20pas%20écornée,%20sa%20réponse%20ne%20passe%20pas%20très%20bien%20auprès%20des%20journalistes%20:%20selon%20lui%20la%20liberté%20de%20la%20presse%20doit%20aussi%20composer%20avec%20le%20respect%20de%20la%20vie%20privée.%20Il%20est%20dans%20un%20mélange%20de%20froideur%20et%20de%20condescendance%20dès%20lors%20qu'il%20ne%20se%20trouve%20plus%20dans%20le%20cadre%20de%20ce%20qu'il%20a%20préparé%20avant%20la%20conférence…%20%20Atlantico%20:%20Une%20fois%20la%20question%20de%20sa%20vie%20privée%20éliminée,%20le%20bilan%20de%20la%20conférence%20de%20presse%20apparait%20assez%20mitigé.%20Ainsi,%20Atlantico%20a%20séparé%20en%20trois%20grandes%20catégories%20les%20propos%20du%20président%20en%20fonction%20du%20niveau%20de%20pertinence%20et%20de%20crédibilité%20des%20principales%20annonces%20faites%20:%20%20Là%20ou%20il%20a%20été%20convaincant...%20%20Pacte%20de%20responsabilité%20:%20Le%20président%20Hollande%20est%20revenu%20sur%20son%20pacte%20de%20responsabilité%20pour%20les%20entreprises%20dont%20l'objectif%20est%20de%20troquer%20une%20baisse%20du%20coût%20du%20travail%20contre%20des%20embauches%20:%20«%20Donner%20de%20la%20visibilité%20aux%20entreprises.%20Nous%20fixerons%20un%20horizon%20–%202017%20–%20avec%20une%20trajectoire%20de%20prélèvements%20obligatoires%20pour%20les%20entreprises.%20Mon%20objectif%20est%20aussi%20une%20diminution%20de%20taxes%20–%20qui%20parfois%20coûtent%20plus%20cher%20à%20recouvrer%20que%20ce%20qu'elles%20rapportent.%20»%20%20Michel%20Guénaire%20:%20François%20Hollande%20est%20apparu%20habité%20d'une%20intention%20louable%20:%20il%20veut%20capter%20le%20vent%20de%20la%20croissance%20qui%20se%20lève.%20Il%20voit%20les%20signes%20qui%20l'annoncent,%20et%20désire%20que%20celle-ci%20soit%20vigoureuse.%20Qui%20pourrait%20l'en%20blâmer%20?%20%20Son%20principe%20est%20le%20donnant%20donnant%20avec%20les%20entreprises,%20qu'il%20reconnaît%20être%20les%20seules%20capables%20de%20donner%20un%20élan%20à%20cette%20croissance%20par%20leur%20création%20de%20richesses.%20Le%20nom%20qu'il%20attribue%20à%20ce%20"donnant-donnant"%20est%20le%20pacte%20de%20responsabilité.%20D'un%20côté,%20l'Etat%20allègerait%20les%20charges%20sociales%20des%20entreprises%20et%20desserrerait%20les%20contraintes%20qui%20pèsent%20sur%20elles%20;%20de%20l'autre,%20les%20entreprises%20s'engageraient%20à%20des%20créations%20d'emplois%20et%20s'ouvriraient%20au%20dialogue%20social.%20Qui%20jugerait%20contestable%20un%20tel%20partage%20de%20rôles%20entre%20le%20secteur%20public%20et%20le%20secteur%20privé%20?%20%20La%20fin%20des%20cotisations%20familiales%20:%20«%20Je%20fixe%20un%20nouvel%20objectif%20:%20que%20d'ici%202017,%20pour%20les%20entreprises%20et%20les%20travailleurs%20indépendants,%20ce%20soit%20la%20fin%20des%20cotisations%20familiales,%20ce%20qui%20représente%2030%20milliards%20d'euros%20de%20charges,%20a%20annoncé%20le%20chef%20de%20l’État.%20C'est%20la%20condition%20pour%20que%20les%20entreprises%20retrouvent%20de%20la%20marge%20–%20non%20pas%20pour%20leur%20faire%20plaisir,%20pour%20leur%20faire%20quelque%20cadeau.%20»%20%20Eric%20Verhaeghe%20:%20Hollande%20ressort%20des%20cartons%20la%20TVA%20sociale%20prévue%20par%20Sarkozy,%20et%20annulée...%20par%20Hollande%20lui-même%20dès%20son%20arrivée%20au%20pouvoir.%20Pour%20préserver%20les%20apparences,%20il%20demande%20un%20nouveau%20rapport%20sur%20le%20sujet,%20histoire%20de%20dire%20qu'il%20a%20laissé%20sa%20griffe%20sur%20le%20projet.%20Reste%20que,%20sur%20le%20fond,%20Hollande%20met%20aussi%20le%20doigt%20dans%20un%20engrenage%20dont%20il%20sera%20intéressant%20de%20voir%20s'il%20le%20suit%20jusqu'au%20bout%20:%20l'étatisation%20de%20la%20politique%20familiale.%20Aura-t-il%20le%20courage%20d'en%20tirer%20toutes%20les%20conséquences%20:%20la%20disparition%20de%20la%20branche%20famille%20de%20la%20sécurité%20sociale%20?%20%20%20%20%20...mais%20qu'il%20faut%20espérer%20qu'il%20n'en%20fera%20rien%20%20La%20fin%20de%20vie%20:%20«%20il%20s'agit%20de%20permettre%20à%20toute%20personne%20majeure%20atteinte%20d'une%20maladie%20incurable,%20provoquant%20une%20souffrance%20psychologique%20ou%20physique%20insupportable,%20de%20pouvoir%20demander%20dans%20des%20conditions%20strictes%20une%20assistance%20médicalisée%20pour%20terminer%20sa%20vie%20dans%20la%20dignité%20».%20%20%20Damien%20Le%20Guay%20:%20De%20toute%20évidence,%20le%20président%20Hollande%20a%20un%20plan.%20Il%20n’est%20pas%20neuf.%20Il%20se%20confirme.%20Il%20vient%20de%20le%20confirmer%20durant%20cette%20conférence%20de%20presse.%20Il%20remet%20sa%20décision%20à%20un%20nouvel%20avis%20du%20Comité%20Consultatif%20National%20d’Ethique%20-%20CCNE.%20Et%20comme%20celui-ci,%20le%202%20juillet%202013,%20avait%20rendu%20un%20avis%20défavorable%20à%20l’idée%20de%20l’euthanasie,%20il%20a%20été%20décidé,%20en%202013,%20d’une%20part%20de%20changer%20une%20grande%20partie%20des%20membres%20du%20CCNE%20et%20d’autre%20part%20de%20demander,%20via%20le%20CCNE,%20à%20une%20«%20conférence%20de%20citoyens%20»%20mi-décembre%20dernier%20de%20rendre%20un%20rapport%20favorable%20aux%20solutions%20d’euthanasie.%20Le%20CCNE%20doit%20désormais%20rendre%20un%20rapport%20sur%20cette%20conférence%20citoyenne.%20Il%20avait%20le%20choix%20entre%20deux%20solutions%20:%20soit%20rendre%20un%20rapport%20succinct%20sans%20se%20déjuger%20;%20soit%20rendre%20un%20rapport%20plus%20conséquent,%20plus%20important%20et%20qui%20prendrait%20le%20contre-pied%20de%20son%20propre%20avis%20du%202%20juillet%202013.%20Implicitement,%20le%20président%20Hollande%20à%20indiqué%20que%20la%20seconde%20solution%20a%20été%20décidée%20et%20que%20le%20prochain%20rapport%20du%20CCNE,%20sur%20le%20rapport%20de%20la%20«%20conférence%20de%20citoyens%20»,%20viendrait%20proposer%20des%20solutions%20d’euthanasie%20ou%20de%20suicide%20assisté.%20Le%20CCNE%20va%20donc%20se%20déjuger%20pour%20faire%20plaisir%20au%20président%20Hollande.%20%20%20%20%20De%20toute%20évidence,%20par%20l’entremise%20de%20Jean-Claude%20Ameisen,%20président%20du%20CCNE,%20homme%20de%20gauche,%20nommé%20par%20le%20président%20Hollande,%20le%20CCNE%20va%20rouvrir%20une%20solution%20d’euthanasie%20ou%20d’assistance%20médicale%20à%20mourir.%20Tout%20cela%20semble%20désormais%20cousu%20de%20fil%20blanc.%20Ainsi,%20sur%20les%20sujets%20dits%20«%20sociétaux%20»%20(qui%20sont%20sans%20doute%20les%20derniers%20«%20marqueurs%20de%20gauche%20»),%20le%20président%20Hollande%20souhaite%20montrer%20qu’il%20ne%20manque%20pas%20de%20courage.%20Durant%20cette%20même%20conférence%20de%20presse,%20n’a-t-il%20pas%20indiqué%20qu’il%20n’a%20pas%20manqué%20de%20courage%20pour%20faire%20adopter%20le%20mariage%20homosexuel.%20Or,%20tout%20le%20monde%20sait%20qu’ouvrir%20la%20porte%20à%20l’euthanasie,%20pour%20faire%20plaisir%20à%20de%20puissants%20groupes%20de%20pression%20(l’ADMD%20pour%20ne%20pas%20en%20parler),%20ne%20rencontrera%20l’assentiment%20ni%20du%20corps%20médical,%20ni%20des%20infirmiers,%20ni%20des%20équipes%20de%20soins%20palliatifs,%20ni%20même%20de%20la%20majorité%20des%20Français%20–%20loin%20des%20questions%20biaisées%20posées%20par%20des%20sondages%20complaisants.%20Le%20vrai%20courage%20consisterait,%20justement,%20à%20ne%20pas%20perturber%20le%20consensus%20trouvé%20à%20l’unanimité%20du%20parlement,%20après%20un%20long%20travail,%20et%20qui%20donna%20naissance%20à%20la%20loi%20Léonetti.%20Mais%20ce%20vrai%20courage-là%20n’était%20pas%20à%20l’ordre%20du%20jour%20du%2014%20janvier%202014.%20Il%20est%20de%20petits%20courages%20qui%20ressemble%20à%20de%20vraies%20lâchetés.%20%20%20%20%20%20Les%20emplois%20pour%20la%20jeunesse%20:%20«%20Nous%20ajouterons%2050%20000%20emplois%20d'avenir%20sur%202014%20»,%20%20et%20«%20Nous%20augmenterons%20le%20nombre%20de%20jeunes%20accueillis%20dans%20le%20service%20civique%20de%2015%20%%20»%20%20Eric%20Verhaeghe%20:%20L'idée%20consiste%20essentiellement%20à%20créer%20des%20emplois%20publics%20ou%20subventionnés%20pour%20les%20jeunes.%20Personne%20n'a%20de%20doute%20sur%20la%20faisabilité%20de%20cette%20mesure.%20Règle-t-elle%20pour%20autant%20le%20problème%20du%20chômage%20des%20jeunes?%20Rien%20n'est%20moins%20sûr...%20%20Là%20où%20il%20a%20été%20dans%20l'intention%20:%20%20Pacte%20de%20responsabilité%20%20Michel%20Guénaire%20:%20La%20méthode%20qu'il%20retient%20est%20un%20vaste%20programme%20étendu%20sur%20plusieurs%20mois%20de%20conférences%20sociales%20mêlant%20tous%20les%20acteurs,%20jusques%20et%20y%20compris%20le%20Parlement%20devant%20lequel%20serait%20responsable%20le%20gouvernement%20de%20la%20mise%20en%20œuvre%20d'un%20pacte%20de%20responsabilité%20qui%20ne%20dépendrait%20pas%20que%20de%20lui,%20présenté%20avantageusement%20par%20lui%20sous%20le%20vocable%20de%20"négociation".%20%20On%20est%20désarmé.%20C'est%20la%20grande%20alchimie%20du%20donnant%20donnant%20et%20du%20bonus-malus%20!%20Qu'est-ce%20qui%20serait%20donné%20?%20Qu'est-ce%20qui%20serait%20acquis%20?%20Quand%20?%20Comment%20?%20Pour%20combien%20de%20temps%20?%20Jusques%20à%20quand%20?%20La%20négociation%20n'est%20pas%20une%20perspective.%20La%20négociation%20n'est%20pas%20la%20décision%20qu'attendent%20les%20PME%20et%20les%20grandes%20entreprises%20françaises%20et%20étrangères%20qui%20souhaitent%20investir%20dans%20notre%20pays.%20%20Baisse%20des%20dépenses%20publiques%20:%20"Il%20faut%20faire%20baisser%20la%20dépense%20publique.%20Elle%20a%20été%20maîtrisée%20en%202013%20mais%20il%20faut%20poursuivre%20cet%20effort.%20Entre%202015%20et%202017,%20nous%20devrons%20dégager%2050%20milliards%20de%20plus.%20C'est%204%%20de%20l'ensemble%20des%20dépenses%20collectives.%20Pour%20y%20parvenir,%20j'ai%20décidé%20à%20une%20nouvelle%20méthode.%20Je%20propose%20de%20mener%20des%20réformes%20structurelles%20et%20rendre%20les%20mécanismes%20plus%20justes%20et%20plus%20efficaces.%20Je%20vais%20constituer%20un%20conseil%20stratégique%20de%20la%20dépense.%20En%20avril,%20le%20Premier%20ministre%20fixera%20le%20volume%20des%20économies%20à%20faire%20par%20chaque%20ministre.%20L'Etat%20montrera%20l'exemple%20mais%20il%20ne%20peut%20être%20seul".%20%20Eric%20Verhaeghe%20:%20La%20baisse%20des%20dépenses%20publiques%20est%20maintenant%20un%20serpent%20de%20mer%20du%20discours%20politique,%20tout%20particulièrement%20depuis%20l'arrivée%20de%20François%20Hollande%20au%20pouvoir.%20Le%20président%20s'est%20avancé%20sur%20une%20diminution%20de%2050%20milliards,%20soit%204%%20de%20la%20dépense%20publique.%20L'ambition%20est%20nécessaire%20sur%20ce%20sujet,%20simplement,%20on%20voit%20mal%20comment%20elle%20va%20se%20mettre%20en%20place.%20Dès%20son%20arrivée%20au%20pouvoir,%20la%20gauche%20a%20remplacé%20la%20RGPP%20par%20la%20MAP,%20la%20modernisation%20de%20l'action%20publique,%20qui%20n'a%20produit%20aucun%20effet%20budgétaire%20concret%20à%20ce%20stade.%20Le%20président%20propose%20mettre%20une%20autre%20méthode,%20ce%20qui%20sonne%20comme%20un%20désaveu%20de%20ce%20qui%20a%20été%20pratiqué%20depuis%20près%20de%202%20ans%20maintenant.%20Il%20propose,%20pour%20ce%20faire,%20un%20énième%20comité%20qui%20se%20réunira%20tous%20les%20mois.%20Sur%20ce%20sujet,%20il%20est%20urgent%20de%20ne%20plus%20analyser,%20mais%20d'agir.%20Et%20l'action%20paraît%20bien%20éloignée...%20%20Michel%20Guénaire%20:%20François%20Hollande%20a%20promis%20un%20effort%20supplémentaire%20de%20maîtrise%20de%20la%20dépense%20publique,%20qui,%20aux%2014%20milliards%20d'euros%20d'économies%20programmés%20dans%20la%20loi%20de%20finances%20de%202014,%20viendrait%20ajouter%2050%20milliards%20d'euros%20d'économies%20pour%20les%20trois%20années%20restantes%20du%20quinquennat,%202015,%202016%20et%202017.%20Cet%20effort%20serait%20suivi%20par%20lui-même%20à%20la%20tête%20d'un%20conseil%20stratégique%20de%20la%20dépense.%20Il%20a%20associé%20à%20cet%20effort%20les%20collectivités%20locales,%20par%20un%20système%20de%20bonus-malus%20qui%20sanctionnerait%20celles%20parmi%20elles%20qui%20ne%20joueraient%20pas%20le%20jeu.%20Qui%20prétendrait%20trouver%20meilleure%20mobilisation%20du%20secteur%20public%20en%20faveur%20du%20secteur%20privé%20?%20%20La%20transition%20énergétique%20:%20Au%20cours%20de%20son%20allocution,%20le%20président%20Hollande,%20bien%20que%20reconnaissant%20l'avance%20de%20l'Allemagne%20en%20la%20matière,%20a%20appelé%20à%20mettre%20en%20place%20une%20plus%20grande%20"une%20coordination%20sur%20la%20transition%20énergétique".%20%20%20Stéphan%20Silvestre%20:%20Depuis%20la%20réussite%20d’Airbus,%20l’Europe%20recherche%20désespérément%20un%20nouveau%20projet%20industriel%20d’envergure%20susceptible%20de%20la%20replacer%20sur%20le%20podium%20mondial%20des%20industries%20de%20pointes.%20Et%20singulièrement,%20les%20politiques%20français%20qui%20voudraient%20bien%20trouver%20un%20moyen%20miraculeux%20d’enrayer%20le%20déclin%20industriel%20du%20pays%20sans%20avoir%20à%20toucher%20à%20son%20modèle%20social.%20%20La%20transition%20énergétique,%20porteuse%20de%20promesses%20de%20renouveau%20technologique,%20n’échappe%20pas%20à%20ce%20fantasme.%20Malheureusement,%20le%20problème%20est%20éminemment%20épineux%20pour%20deux%20raisons.%20La%20première%20est%20liée%20à%20la%20définition%20même%20de%20ce%20concept.%20Tout%20le%20monde%20n’a%20pas%20la%20même%20lecture%20de%20ces%20termes,%20que%20ce%20soit%20entre%20les%20nations%20ou%20entre%20les%20différents%20agents%20économiques%20(pouvoirs%20publics,%20entreprises,%20associations,%20consommateurs).%20Cela%20rend%20la%20stratégie%20difficile%20à%20fixer%20(faut-il%20baisser%20la%20consommation%20d’énergie,%20améliorer%20l’indépendance%20énergétique,%20s’en%20prendre%20aux%20transports,%20au%20bâtiment%20ou%20aux%20industries%20?)%20et%20sa%20mise%20en%20œuvre%20chimérique.%20%20La%20seconde%20raison%20tient%20%20à%20la%20diversité%20des%20usages%20des%20énergies.%20Prenons%20les%20transports.%20L’Europe%20dispose%20de%20plusieurs%20acteurs%20majeurs%20dans%20le%20secteur%20automobile,%20mais%20ils%20sont%20davantage%20concurrents%20que%20partenaires%20et%20ils%20préfèrent%20se%20trouver%20des%20alliés%20hors%20d’Europe%20qu’à%20l’intérieur,%20comme%20en%20témoigne%20l’alliance%20de%20Peugeot%20avec%20Dongfeng%20plutôt%20qu’avec%20Opel.%20Il%20en%20va%20de%20même%20pour%20les%20grands%20producteurs%20d’énergie,%20dont%20les%20États%20d’origine%20font%20tout%20pour%20les%20empêcher%20de%20fusionner.%20Pour%20le%20chauffage,%20on%20se%20heurte%20au%20même%20problème%20:%20peut%20d’États,%20et%20surtout%20pas%20la%20France,%20acceptent%20que%20leurs%20producteurs%20et%20distributeurs%20de%20gaz%20ou%20d’électricité%20soient%20absorbés%20par%20des%20groupes%20étrangers.%20Dans%20le%20secteur%20du%20bâtiment,%20la%20question%20est%20toutefois%20moins%20sensible.%20%20Il%20reste%20la%20possibilité%20de%20mener%20certains%20projets%20au%20niveau%20européen.%20Mais%20même%20là,%20les%20divergences%20de%20vues%20peuvent%20venir%20à%20bout%20des%20meilleures%20volontés.%20C’est%20ainsi%20que%20le%20projet%20Desertec,%20plus%20ou%20moins%20associé%20au%20français%20Medgrid,%20a%20fini%20par%20capoter,%20sous%20le%20poids%20des%20divergences%20industrielles%20et%20d’un%20financement%20insoutenable.%20Sur%20le%20papier,%20il%20avait%20pourtant%20tout%20pour%20plaire%20:%20des%20énergies%20renouvelables,%20des%20nouvelles%20technologies,%20de%20l’architecture%20de%20réseau%20au%20niveau%20européen%20et%20même%20de%20la%20coopération%20Nord-Sud.%20Mais%20on%20avait%20perdu%20de%20vue%20certains%20fondements%20économiques%20:%20pour%20investir,%20il%20faut%20qu’il%20y%20ait%20un%20retour.%20%20Là%20où%20il%20a%20brassé%20du%20vent%20:%20%20Pacte%20de%20responsabilité%20%20Michel%20Guénaire%20:%20L'investissement%20ne%20vient%20malheureusement%20pas%20d'une%20négociation,%20voire%20d'un%20marchandage,%20encore%20moins%20d'un%20chantage.%20Les%20entreprises%20qui%20choisissent%20d'investir%20dans%20un%20pays%20étudient%20les%20conditions%20objectives%20d'accueil%20de%20leur%20investissement.%20L'investissement%20n'est%20pas%20le%20préalable%20à%20des%20engagements%20de%20contrepartie,%20comme%20dans%20le%20cas%20d'une%20subvention%20ou%20d'une%20aide%20publique%20donnée%20sous%20conditions.%20La%20méthode%20recherché%20par%20François%20Hollande%20n'a%20pas%20de%20sens.%20%20Le%20voilà%20alors%20révélé%20tel%20qu'il%20est,%20et%20tel%20qu'est%20son%20entourage,%20mais%20encore%20telle%20qu'est%20une%20certaine%20technostructure%20à%20la%20tête%20de%20notre%20État%20depuis%20trente%20ans.%20La%20solution%20aux%20problèmes%20de%20l'économie%20est%20un%20surcroît%20de%20règles%20et%20de%20balances%20entre%20les%20intérêts.%20Elle%20ne%20vient%20pas%20trouver%20les%20véritables%20ressorts%20de%20la%20décision%20d'investir.%20L'investissement%20vient%20de%20la%20confiance.%20La%20négociation%20ne%20crée%20pas%20la%20confiance."%20%20Relance%20européenne%202014%20:%20François%20Hollande%20veut%20que%20l'on%20puisse%20«%20harmoniser%20les%20règles%20fiscales,%20notamment%20pour%20les%20entreprises,%20entre%20la%20France%20et%20l'Allemagne%20».%20%20Nicolas%20Goetzmann%20:%20Cette%20conférence%20de%20presse%20a%20été%20consternante%20sur%20le%20plan%20économique.%20François%20Hollande%20calibre%20sa%20politique%20sur%20l’offre,%20en%20favorisant%20une%20baisse%20des%20charges%20patronales%20qui%20serait%20financée%20par%20une%20baisse%20des%20dépenses%20publiques.%20Tout%20cela%20pourrait%20être%20alléchant%20si%20nous%20n’avions%20pas%20de%20problème%20de%20demande.%20%20Mais,%20selon%20le%20président,%20la%20relance%20de%20la%20demande%20est%20impossible%20car%20elle%20ne%20pourrait%20qu’être%20le%20résultat%20de%20dépenses%20publiques%20supplémentaires.%20Et%20c’est%20bien%20là%20que%20le%20raisonnement%20est%20dramatique.%20Car%20il%20serait%20tout%20de%20même%20bon%20de%20rappeler%20que%20:%20d’une,%20la%20relance%20budgétaire%20est%20neutre%20sur%20la%20demande%20dans%20notre%20système%20monétaire%20ce%20qui%20invalide%20déjà%20son%20argumentaire,%20et%20deux%20;%20que%20la%20demande%20est%20sous%20total%20contrôle%20de%20la%20Banque%20centrale%20européenne.%20Donc,%20si%20François%20Hollande%20voulait%20agir%20sur%20la%20demande%20il%20n’aurait%20d’autre%20choix%20que%20de%20s’adresser%20à%20la%20BCE.%20%20Alors%20cette%20conférence%20de%20presse%20agit%20un%20peu%20comme%20une%20sorte%20d’aveu,%20l’aveu%20de%20l’incompréhension%20totale%20du%20phénomène%20macroéconomique%20que%20nous%20traversons%20depuis%205%20ans.%20Lorsque%20les%20entreprises%20souffrent%20de%20ne%20pas%20vendre%20assez,%20c’est%20que%20le%20problème%20vient%20de%20la%20demande.%20François%20Hollande%20a%20choisi%20l’offre.%20C’est%20consternant.%20%20J’aurais%20applaudi%20des%20deux%20mains%20si%20le%20président%20avait%20tenu%20le%20même%20discours%20de%20baisse%20des%20charges%20tout%20en%20indiquant%20que%20la%20France%20allait%20s’engager%20dans%20un%20projet%20de%20réforme%20des%20statuts%20de%20la%20BCE,%20et%20lui%20ordonner%20de%20se%20fixer%20le%20plein%20emploi%20comme%20objectif.%20Mais%20en%20oubliant%20cela,%20François%20Hollande%20a%20simplement%20oublié%20l’essentiel.%20Il%20appuie%20sur%20l’interrupteur%20mais%20ne%20branche%20pas%20le%20courant.%20Il%20risque%20d’attendre%20la%20lumière%20longtemps.%20%20Europe%20de%20la%20défense%20:%20%20%20Jean-Bernard%20Pinatel%20:%20M.%20Hollande%20a%20fait%20part%20de%20son%20souhait%20"d'un%20couple%20franco-allemand%20qui%20agisse%20pour%20l'Europe%20de%20la%20défense"%20,%20un%20souhait%20qui%20peut%20étonner%20quand%20on%20sait%20les%20difficultés%20qu'une%20telle%20entreprise,%20souvent%20évoquée,%20jamais%20réalisée,%20impliquent.%20Au-delà%20du%20fait%20que%20l'Angleterre%20n'en%20veuille%20pas,%20les%20récents%20conflits%20au%20Mali%20et%20en%20Centrafrique%20ont%20démontré%20l'inexistence%20d'une%20coopération%20militaire%20européenne%20digne%20de%20ce%20nom.%20Enfin,%20si%20le%20président%20a%20évoqué%20la%20fameuse%20"brigade%20franco-allemande",%20il%20a%20visiblement%20omis%20de%20préciser%20que%20l'un%20des%20régiments%20qui%20la%20composait%20(le%20110e%20régiment%20d'Infanterie)%20avait%20été%20dissous%20fin%202013.%20Nous%20sommes%20donc%20dans%20un%20pur%20effet%20d'annonce%20qui%20va%20a%20contre-sens%20des%20récents%20événements%20dans%20ce%20domaine.%20%20Simplification%20de%20la%20vie%20des%20entreprises%20:%20le%20président%20Hollande%20a%20dit%20vouloir%20«%20réduire%20le%20nombre%20de%20normes,%20les%20procédures%20parfois%20inutiles,%20trop%20coûteuses,%20et%20de%20faciliter%20la%20prise%20de%20décision%20».%20%20Eric%20Verhaeghe%20:%20La%20complexité%20est%20inhérente%20à%20l'administration%20française,%20et%20constitue%20une%20galaxie%20en%20pleine%20expansion.%20La%20conférence%20de%20presse%20en%20a%20d'ailleurs%20rajouté%20une%20couche.%20En%20parlant%20de%20l'observatoire%20des%20contreparties,%20on%20voit%20bien%20que,%20pour%20justifier%20les%20baisses%20de%20charge,%20le%20président%20veut%20inventer%20des%20règles%20compliquées%20auxquelles%20les%20entreprises%20devront%20satisfaire%20avec%20force%20paperasses%20et%20formulaires%20obscurs.%20En%20réalité,%20le%20premier%20obstacle%20à%20la%20simplification%20risque%20bien%20d'être%20la%20politique%20définie%20aujourd'hui%20par%20François%20Hollande.%20%20%20La%20liberté%20d'expression%20:%20«%20L'antisémitisme%20et%20le%20racisme%20seront%20pourchassés.%20La%20loi%20sera%20appliquée%20partout%20et%20sans%20faiblesse.%20Mais%20les%20libertés%20ne%20peuvent%20s'en%20trouver%20menacées.%20»%20%20Benoît%20Rayski%20:%20Tout%20ce%20que%20dit%20Hollande%20est%20toujours,%20constamment%20flou.%20Conforme%20au%20personnage.%20Il%20suit%20Valls,%20sans%20le%20dire%20clairement.%20Hollande%20est%20tellement%20faible%20qu'il%20ne%20peut%20pas%20ne%20pas%20suivre%20son%20ministre%20de%20l'Intérieur,%20le%20seul%20ministre%20de%20son%20gouvernement%20à%20avoir%20des%20c...%20Il%20n'a%20pas%20le%20choix.%20%20%20Le%20calendrier%20budgétaire%20:%20%20%20Eric%20Verhaeghe%20:%20L'année%20en%20cours%20a%20à%20peine%20commencé...%20et%20il%20faut%20déjà%20définir%20la%20règle%20du%20jeu%20pour%20l'année%20suivante.%20Le%20débat%20budgétaire%20est%20à%20peine%20clos,%20parfois%20avec%20des%20surprises,%20qu'il%20faut%20déjà%20préparer%20le%20suivant,%20sans%20aucun%20recul%20sur%20l'application%20de%20la%20loi%20en%20cours.%20En%20réalité,%20le%20président%20cherche%20à%20reprendre%20la%20main%20sur%20le%20fonctionnement%20d'un%20Etat%20devenu%20incontrôlable.%20Les%20services%20vont%20évidemment%20tourner%20à%20vide:%20ils%20vont%20passer%20leur%20temps%20à%20produire%20des%20documents%20infirmés%20par%20la%20réalité%20concrète.%20Le%20budget%20sera%20encore%20moins%20sincère%20qu'aujourd'hui.%20%20La%20lutte%20contre%20les%20fraudes%20et%20les%20abus%20concernant%20la%20sécurité%20sociale%20:%20François%20Hollande%20s'est%20voulu%20ferme%20sur%20la%20question%20en%20déclarant%20que%20«%20au%20cœur%20de%20notre%20pacte%20républicain%20et%20que%20j'entends%20préserver%20parce%20que%20c'est%20le%20bien%20commun%20de%20ceux%20qui%20n'ont%20pas%20d'autres%20bien%20(...),%20nous%20devons%20lutter%20contre%20les%20fraudes%20et%20les%20abus.%20Il%20y%20en%20a%20toujours%20»%20et%20que%20«%20Ce%20qu'il%20faut%20c'est%20réduire%20la%20multiplication%20des%20prescriptions,%20des%20actes%20médicaux%20redondants,%20des%20médicaments%20qui%20en%20France%20nous%20font%20connaître%20des%20records%20de%20consommation%20».%20%20Eric%20Verhaeghe%20:%20Par%20définition,%20la%20fraude%20est%20invisible.%20Il%20est%20donc%20très%20difficile%20de%20la%20mesurer.%20Et%20dans%20une%20très%20large%20mesure,%20c'est%20aux%20entreprises%20de%20lutter,%20par%20exemple%20en%20ordonnant%20des%20contrôles%20médicaux%20pour%20tous%20les%20arrêts%20de%20travail,%20ou%20en%20demandant%20des%20contre-expertises%20dans%20les%20cas%20d'invalidité.%20Le%20coût%20des%20arrêts%20de%20travail%20a%20explosé%20durant%20ces%20dix%20dernières%20années,%20et%20personne%20ne%20s'en%20est%20ému." target="_blank">Les temps forts de la conférence de François Hollande <<<

Patricia Chapelotte, spécialiste de la communication de crise décrypte pour Atlantico cette partie de l'intervention.

Patricia Chapelotte: La surprise est de mise car d'une manière générale, l'exercice auquel s'est livré François Hollande est plutôt réussi. On l'attendait sur l'affaire privée Gayet-Trierweiler ; on a le sentiment que la question du journaliste était très préparée, et que l'Elysée disposait déjà des termes de la question.

La réponse, qui s'est faite en deux temps, est très "sarkozienne". Comme l'ancien président sur France 3, il dit être comme tous les Français, traverser une période douloureuse de sa vie personnelle. Il avoue son problème de couple avec Valérie Trierweiler, et parallèlement il rappelle le caractère intime de l'affaire, et qu'il ne rapportera donc aucun détail. La deuxième partie de la réponse est plus intéressante. On est tenté de penser que la question sur la manière dont il allait gérer son voyage aux Etats-Unis le 11 février, avec ou sans la première dame, était bien préparée : en substance il déclare que le problème sera réglé avant ce voyage. Sachant qu'on l'accuse toujours d'indécision, cette information est importante. On sait que les histoires d'adultère, voire de double vie sont pléthoriques en France, et même chez les présidents français, mais lui décide par contraste de ne pas rester dans l'ambigüité. Reste à voir s'il tient ses engagements.

On peut en revanche le trouver moins bon sur la question de sa sécurité. Ses sorties posent problème, et pourtant il répond que sa sécurité est assurée. Ce n'est pas très convaincant, car les choses ne fonctionnent pas aussi simplement, un scooter et 2 policiers, c'est léger. Et même si on admet que sa sécurité physique est assurée, celle de sa réputation ne l'est pas, puisqu'on a pu le prendre en photo dans des conditions trop faciles pour un paparazzi. Si les services de sécurité avaient été plus importants, le paparazzi n'aurait pas pu s'installer dans l'appartement juste en face. Il est difficile d'imaginer que le fait qu'il a une maîtresse (supposée jusque là) n'a pas été pris en compte dans le dispositif de sécurité. On a l'impression de "Tintin à l'Elysée", qui insouciant prendrait sa moto la nuit venue. On ne fait pas cela quand on est président de la République. Il y a incontestablement une faille, car sous Mitterrand, ou même Sarkozy, ce genre de photo ne serait pas sorti dans la presse. Il n'a donc pas pris pleinement la mesure de ce qu'était un chef d'Etat et la nécessité de protéger son image en tant que tel.

Nicolas Domenach a par la suite reposé une question sur cette affaire, demandant comment se portait Valérie Trierweiler. Le moment n'était pas choisi innocemment, le journaliste a attendu environ une heure, le temps que François Hollande baisse un peu la garde, la fatigue aidant. Le président n'a pourtant pas dérapé, il a répondu très froidement qu'elle se reposait et qu'il n'avait pas d'autre commentaire à faire. On peut espérer pour elle que la télé de sa chambre d'hôpital n'était pas allumée, car le ton était dénué de toute chaleur. Cela montre l'ambivalence du personnage, qui est capable de traits d'humours comme d'attitudes extrêmement froides, et en l'occurrence violentes à son égard. On a alors senti que l'on touchait à la limite de ce qu'il avait préparé.

A la dernière question d'un journaliste étranger, qui lui demande si son image de chef d'Etat en visite à l'étranger n'en sera pas écornée, sa réponse ne passe pas très bien auprès des journalistes : selon lui, la liberté de la presse doit aussi composer avec le respect de la vie privée. Il est dans un mélange de froideur et de condescendance dès lors qu'il ne se trouve plus dans le cadre de ce qu'il a préparé avant la conférence…

Atlantico : Une fois la question de sa vie privée éliminée, le bilan de la conférence de presse apparait assez mitigé. Ainsi, Atlantico a séparé en trois grandes catégories les propos du président en fonction du niveau de pertinence et de crédibilité des principales annonces faites :

Là ou il a été convaincant...

Pacte de responsabilité : Le président Hollande est revenu sur son pacte de responsabilité pour les entreprises dont l'objectif est de troquer une baisse du coût du travail contre des embauches : « Donner de la visibilité aux entreprises. Nous fixerons un horizon – 2017 – avec une trajectoire de prélèvements obligatoires pour les entreprises. Mon objectif est aussi une diminution de taxes – qui parfois coûtent plus cher à recouvrer que ce qu'elles rapportent. »

Michel Guénaire : François Hollande est apparu habité d'une intention louable : il veut capter le vent de la croissance qui se lève. Il voit les signes qui l'annoncent, et désire que celle-ci soit vigoureuse. Qui pourrait l'en blâmer ?

Son principe est le donnant donnant avec les entreprises, qu'il reconnaît être les seules capables de donner un élan à cette croissance par leur création de richesses. Le nom qu'il attribue à ce "donnant-donnant" est le pacte de responsabilité. D'un côté, l'Etat allègerait les charges sociales des entreprises et desserrerait les contraintes qui pèsent sur elles ; de l'autre, les entreprises s'engageraient à des créations d'emplois et s'ouvriraient au dialogue social. Qui jugerait contestable un tel partage de rôles entre le secteur public et le secteur privé ?

La fin des cotisations familiales : « Je fixe un nouvel objectif : que d'ici 2017, pour les entreprises et les travailleurs indépendants, ce soit la fin des cotisations familiales, ce qui représente 30 milliards d'euros de charges, a annoncé le chef de l’État. C'est la condition pour que les entreprises retrouvent de la marge – non pas pour leur faire plaisir, pour leur faire quelque cadeau. »

Eric Verhaeghe : Hollande ressort des cartons la TVA sociale prévue par Sarkozy, et annulée... par Hollande lui-même dès son arrivée au pouvoir. Pour préserver les apparences, il demande un nouveau rapport sur le sujet, histoire de dire qu'il a laissé sa griffe sur le projet. Reste que, sur le fond, Hollande met aussi le doigt dans un engrenage dont il sera intéressant de voir s'il le suit jusqu'au bout : l'étatisation de la politique familiale. Aura-t-il le courage d'en tirer toutes les conséquences : la disparition de la branche famille de la sécurité sociale ?

...mais qu'il faut espérer qu'il n'en fera rien

La fin de vie : « il s'agit de permettre à toute personne majeure atteinte d'une maladie incurable, provoquant une souffrance psychologique ou physique insupportable, de pouvoir demander dans des conditions strictes une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ».


Damien Le Guay : 
De toute évidence, le président Hollande a un plan. Il n’est pas neuf. Il se confirme. Il vient de le confirmer durant cette conférence de presse. Il remet sa décision à un nouvel avis du Comité Consultatif National d’Ethique - CCNE. Et comme celui-ci, le 2 juillet 2013, avait rendu un avis défavorable à l’idée de l’euthanasie, il a été décidé, en 2013, d’une part de changer une grande partie des membres du CCNE et d’autre part de demander, via le CCNE, à une « conférence de citoyens » mi-décembre dernier de rendre un rapport favorable aux solutions d’euthanasie. Le CCNE doit désormais rendre un rapport sur cette conférence citoyenne. Il avait le choix entre deux solutions : soit rendre un rapport succinct sans se déjuger ; soit rendre un rapport plus conséquent, plus important et qui prendrait le contre-pied de son propre avis du 2 juillet 2013. Implicitement, le président Hollande à indiqué que la seconde solution a été décidée et que le prochain rapport du CCNE, sur le rapport de la « conférence de citoyens », viendrait proposer des solutions d’euthanasie ou de suicide assisté. Le CCNE va donc se déjuger pour faire plaisir au président Hollande.   

De toute évidence, par l’entremise de Jean-Claude Ameisen, président du CCNE, homme de gauche, nommé par le président Hollande, le CCNE va rouvrir une solution d’euthanasie ou d’assistance médicale à mourir. Tout cela semble désormais cousu de fil blanc. Ainsi, sur les sujets dits « sociétaux » (qui sont sans doute les derniers « marqueurs de gauche »), le président Hollande souhaite montrer qu’il ne manque pas de courage. Durant cette même conférence de presse, n’a-t-il pas indiqué qu’il n’a pas manqué de courage pour faire adopter le mariage homosexuel. Or, tout le monde sait qu’ouvrir la porte à l’euthanasie, pour faire plaisir à de puissants groupes de pression (l’ADMD pour ne pas en parler), ne rencontrera l’assentiment ni du corps médical, ni des infirmiers, ni des équipes de soins palliatifs, ni même de la majorité des Français – loin des questions biaisées posées par des sondages complaisants. Le vrai courage consisterait, justement, à ne pas perturber le consensus trouvé à l’unanimité du parlement, après un long travail, et qui donna naissance à la loi Léonetti. Mais ce vrai courage-là n’était pas à l’ordre du jour du 14 janvier 2014. Il est de petits courages qui ressemble à de vraies lâchetés.    

Les emplois pour la jeunesse :« Nous ajouterons 50 000 emplois d'avenir sur 2014 »,  et « Nous augmenterons le nombre de jeunes accueillis dans le service civique de 15 % »

Eric Verhaeghe : L'idée consiste essentiellement à créer des emplois publics ou subventionnés pour les jeunes. Personne n'a de doute sur la faisabilité de cette mesure. Règle-t-elle pour autant le problème du chômage des jeunes? Rien n'est moins sûr...

Là où il a été dans l'intention :

Pacte de responsabilité

Michel Guénaire : La méthode qu'il retient est un vaste programme étendu sur plusieurs mois de conférences sociales mêlant tous les acteurs, jusques et y compris le Parlement devant lequel serait responsable le gouvernement de la mise en œuvre d'un pacte de responsabilité qui ne dépendrait pas que de lui, présenté avantageusement par lui sous le vocable de "négociation".

On est désarmé. C'est la grande alchimie du donnant donnant et du bonus-malus ! Qu'est-ce qui serait donné ? Qu'est-ce qui serait acquis ? Quand ? Comment ? Pour combien de temps ? Jusques à quand ? La négociation n'est pas une perspective. La négociation n'est pas la décision qu'attendent les PME et les grandes entreprises françaises et étrangères qui souhaitent investir dans notre pays.

Baisse des dépenses publiques : "Il faut faire baisser la dépense publique. Elle a été maîtrisée en 2013 mais il faut poursuivre cet effort. Entre 2015 et 2017, nous devrons dégager 50 milliards de plus. C'est 4% de l'ensemble des dépenses collectives. Pour y parvenir, j'ai décidé à une nouvelle méthode. Je propose de mener des réformes structurelles et rendre les mécanismes plus justes et plus efficaces. Je vais constituer un conseil stratégique de la dépense. En avril, le Premier ministre fixera le volume des économies à faire par chaque ministre. L'Etat montrera l'exemple mais il ne peut être seul".

Eric Verhaeghe : La baisse des dépenses publiques est maintenant un serpent de mer du discours politique, tout particulièrement depuis l'arrivée de François Hollande au pouvoir. Le président s'est avancé sur une diminution de 50 milliards, soit 4% de la dépense publique. L'ambition est nécessaire sur ce sujet, simplement, on voit mal comment elle va se mettre en place. Dès son arrivée au pouvoir, la gauche a remplacé la RGPP par la MAP, la modernisation de l'action publique, qui n'a produit aucun effet budgétaire concret à ce stade. Le président propose mettre une autre méthode, ce qui sonne comme un désaveu de ce qui a été pratiqué depuis près de 2 ans maintenant. Il propose, pour ce faire, un énième comité qui se réunira tous les mois. Sur ce sujet, il est urgent de ne plus analyser, mais d'agir. Et l'action paraît bien éloignée...

Michel Guénaire : François Hollande a promis un effort supplémentaire de maîtrise de la dépense publique, qui, aux 14 milliards d'euros d'économies programmés dans la loi de finances de 2014, viendrait ajouter 50 milliards d'euros d'économies pour les trois années restantes du quinquennat, 2015, 2016 et 2017. Cet effort serait suivi par lui-même à la tête d'un conseil stratégique de la dépense. Il a associé à cet effort les collectivités locales, par un système de bonus-malus qui sanctionnerait celles parmi elles qui ne joueraient pas le jeu. Qui prétendrait trouver meilleure mobilisation du secteur public en faveur du secteur privé ?

La transition énergétique : Au cours de son allocution, le président Hollande, bien que reconnaissant l'avance de l'Allemagne en la matière, a appelé à mettre en place une plus grande "une coordination sur la transition énergétique".


Stéphan Silvestre : 
Depuis la réussite d’Airbus, l’Europe recherche désespérément un nouveau projet industriel d’envergure susceptible de la replacer sur le podium mondial des industries de pointes. Et singulièrement, les politiques français qui voudraient bien trouver un moyen miraculeux d’enrayer le déclin industriel du pays sans avoir à toucher à son modèle social.

La transition énergétique, porteuse de promesses de renouveau technologique, n’échappe pas à ce fantasme. Malheureusement, le problème est éminemment épineux pour deux raisons. La première est liée à la définition même de ce concept. Tout le monde n’a pas la même lecture de ces termes, que ce soit entre les nations ou entre les différents agents économiques (pouvoirs publics, entreprises, associations, consommateurs). Cela rend la stratégie difficile à fixer (faut-il baisser la consommation d’énergie, améliorer l’indépendance énergétique, s’en prendre aux transports, au bâtiment ou aux industries ?) et sa mise en œuvre chimérique.

La seconde raison tient  à la diversité des usages des énergies. Prenons les transports. L’Europe dispose de plusieurs acteurs majeurs dans le secteur automobile, mais ils sont davantage concurrents que partenaires et ils préfèrent se trouver des alliés hors d’Europe qu’à l’intérieur, comme en témoigne l’alliance de Peugeot avec Dongfeng plutôt qu’avec Opel. Il en va de même pour les grands producteurs d’énergie, dont les États d’origine font tout pour les empêcher de fusionner. Pour le chauffage, on se heurte au même problème : peut d’États, et surtout pas la France, acceptent que leurs producteurs et distributeurs de gaz ou d’électricité soient absorbés par des groupes étrangers. Dans le secteur du bâtiment, la question est toutefois moins sensible.

Il reste la possibilité de mener certains projets au niveau européen. Mais même là, les divergences de vues peuvent venir à bout des meilleures volontés. C’est ainsi que le projet Desertec, plus ou moins associé au français Medgrid, a fini par capoter, sous le poids des divergences industrielles et d’un financement insoutenable. Sur le papier, il avait pourtant tout pour plaire : des énergies renouvelables, des nouvelles technologies, de l’architecture de réseau au niveau européen et même de la coopération Nord-Sud. Mais on avait perdu de vue certains fondements économiques : pour investir, il faut qu’il y ait un retour.

Là où il a brassé du vent :

Pacte de responsabilité

Michel Guénaire : L'investissement ne vient malheureusement pas d'une négociation, voire d'un marchandage, encore moins d'un chantage. Les entreprises qui choisissent d'investir dans un pays étudient les conditions objectives d'accueil de leur investissement. L'investissement n'est pas le préalable à des engagements de contrepartie, comme dans le cas d'une subvention ou d'une aide publique donnée sous conditions. La méthode recherché par François Hollande n'a pas de sens.

Le voilà alors révélé tel qu'il est, et tel qu'est son entourage, mais encore telle qu'est une certaine technostructure à la tête de notre État depuis trente ans. La solution aux problèmes de l'économie est un surcroît de règles et de balances entre les intérêts. Elle ne vient pas trouver les véritables ressorts de la décision d'investir. L'investissement vient de la confiance. La négociation ne crée pas la confiance."

Relance européenne 2014 : François Hollande veut que l'on puisse « harmoniser les règles fiscales, notamment pour les entreprises, entre la France et l'Allemagne ».

Nicolas Goetzmann : Cette conférence de presse a été consternante sur le plan économique. François Hollande calibre sa politique sur l’offre, en favorisant une baisse des charges patronales qui serait financée par une baisse des dépenses publiques. Tout cela pourrait être alléchant si nous n’avions pas de problème de demande.

Mais, selon le président, la relance de la demande est impossible car elle ne pourrait qu’être le résultat de dépenses publiques supplémentaires. Et c’est bien là que le raisonnement est dramatique. Car il serait tout de même bon de rappeler que : d’une, la relance budgétaire est neutre sur la demande dans notre système monétaire ce qui invalide déjà son argumentaire, et deux ; que la demande est sous total contrôle de la Banque centrale européenne. Donc, si François Hollande voulait agir sur la demande il n’aurait d’autre choix que de s’adresser à la BCE.

Alors cette conférence de presse agit un peu comme une sorte d’aveu, l’aveu de l’incompréhension totale du phénomène macroéconomique que nous traversons depuis 5 ans. Lorsque les entreprises souffrent de ne pas vendre assez, c’est que le problème vient de la demande. François Hollande a choisi l’offre. C’est consternant.

J’aurais applaudi des deux mains si le président avait tenu le même discours de baisse des charges tout en indiquant que la France allait s’engager dans un projet de réforme des statuts de la BCE, et lui ordonner de se fixer le plein emploi comme objectif. Mais en oubliant cela, François Hollande a simplement oublié l’essentiel. Il appuie sur l’interrupteur mais ne branche pas le courant. Il risque d’attendre la lumière longtemps.

Europe de la défense :

Jean-Bernard Pinatel : M. Hollande a fait part de son souhait "d'un couple franco-allemand qui agisse pour l'Europe de la défense" , un souhait qui peut étonner quand on sait les difficultés qu'une telle entreprise, souvent évoquée, jamais réalisée, impliquent. Au-delà du fait que l'Angleterre n'en veuille pas, les récents conflits au Mali et en Centrafrique ont démontré l'inexistence d'une coopération militaire européenne digne de ce nom. Enfin, si le président a évoqué la fameuse "brigade franco-allemande", il a visiblement omis de préciser que l'un des régiments qui la composait (le 110e régiment d'Infanterie) avait été dissous fin 2013. Nous sommes donc dans un pur effet d'annonce qui va a contre-sens des récents événements dans ce domaine.

Simplification de la vie des entreprises : le président Hollande a dit vouloir « réduire le nombre de normes, les procédures parfois inutiles, trop coûteuses, et de faciliter la prise de décision ».

Eric Verhaeghe : La complexité est inhérente à l'administration française, et constitue une galaxie en pleine expansion. La conférence de presse en a d'ailleurs rajouté une couche. En parlant de l'observatoire des contreparties, on voit bien que, pour justifier les baisses de charge, le président veut inventer des règles compliquées auxquelles les entreprises devront satisfaire avec force paperasses et formulaires obscurs. En réalité, le premier obstacle à la simplification risque bien d'être la politique définie aujourd'hui par François Hollande.


La liberté d'expression :« L'antisémitisme et le racisme seront pourchassés. La loi sera appliquée partout et sans faiblesse. Mais les libertés ne peuvent s'en trouver menacées. »

Benoît Rayski : Tout ce que dit Hollande est toujours, constamment flou. Conforme au personnage. Il suit Valls, sans le dire clairement. Hollande est tellement faible qu'il ne peut pas ne pas suivre son ministre de l'Intérieur, le seul ministre de son gouvernement à avoir des c... Il n'a pas le choix.

Le calendrier budgétaire

Eric Verhaeghe : L'année en cours a à peine commencé... et il faut déjà définir la règle du jeu pour l'année suivante. Le débat budgétaire est à peine clos, parfois avec des surprises, qu'il faut déjà préparer le suivant, sans aucun recul sur l'application de la loi en cours. En réalité, le président cherche à reprendre la main sur le fonctionnement d'un Etat devenu incontrôlable. Les services vont évidemment tourner à vide: ils vont passer leur temps à produire des documents infirmés par la réalité concrète. Le budget sera encore moins sincère qu'aujourd'hui.

La lutte contre les fraudes et les abus concernant la sécurité sociale : François Hollande s'est voulu ferme sur la question en déclarant que « au cœur de notre pacte républicain et que j'entends préserver parce que c'est le bien commun de ceux qui n'ont pas d'autres bien (...), nous devons lutter contre les fraudes et les abus. Il y en a toujours » et que « Ce qu'il faut c'est réduire la multiplication des prescriptions, des actes médicaux redondants, des médicaments qui en France nous font connaître des records de consommation ».

Eric Verhaeghe : Par définition, la fraude est invisible. Il est donc très difficile de la mesurer. Et dans une très large mesure, c'est aux entreprises de lutter, par exemple en ordonnant des contrôles médicaux pour tous les arrêts de travail, ou en demandant des contre-expertises dans les cas d'invalidité. Le coût des arrêts de travail a explosé durant ces dix dernières années, et personne ne s'en est ému.


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !