Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Rompre est tout un art
©Flickr/educationdynamics

Bonnes feuilles

L'art de rompre (sans passer pour un connard) : comment la gérer pendant les premières semaines de séparation

Larguée plusieurs fois de manière spectaculaire, Charlotte Monnier n’a vu qu’un remède au calvaire enduré par les femmes : un guide pratique pour apprendre aux hommes à rompre, sans passer pour des connards bien sûr. Extrait de L'art de rompre (sans passer pour un connard), publié chez Albin Michel (2/2).

Charlotte Monnier

Charlotte Monnier

Passionnée par les rapports homme-femme, ayant appris très jeune la subtilité des relations amoureuses, Charlotte Monnier sait tout des hommes. Sa raison de vivre ? En faire des gentlemen accomplis. Elle a 29 ans et est éditrice freelance.

 

Voir la bio »

Les sollicitations

Dans les jours qui suivent la rupture, il se peut très bien qu’elle ne vous recontacte pas, mais c’est assez rare. Normalement elle va revenir vers vous une ou plusieurs fois, soit par habitude de vous raconter ce qu’il se passe dans sa vie, soit pour reparler de la rupture.

Dans la première semaine, vous décrochez quand elle vous appelle, même à 2 heures du matin, vous répondez à ses textos, vous pouvez la revoir si elle en exprime le besoin, mais, attention, rien qu’une fois. Répondez à ses besoins simplement : si elle veut vous faire la conversation, faites-lui la conversation dix minutes, si elle veut de nouveau des explications, réexpliquez-lui, si elle veut juste entendre votre voix, parlez-lui cinq minutes. Soyez indulgent mais sachez poser des limites très claires, car elle peut abuser de votre mansuétude.

Si elle tombe dans l’excès, c’est à vous de mettre le holà pour que ça ne vire pas :

1. à la reconquête complètement à l’ouest parce que vous ne voulez plus d’elle ;

2. au harcèlement pur et simple.

Donc limitez le temps que vous lui consacrez, ne la voyez pas si ce n’est pas absolument nécessaire, faites-lui comprendre que vous êtes là pour elle mais que vous n’êtes plus ensemble.

Attention, ne jamais répondre à une femme agressive. C’est inutile. Si elle veut se défouler, qu’elle le fasse, après elle dormira mieux et finira par vous laisser tranquille. Mais ne répondez pas à des insultes par des insultes. Vous pouvez l’ignorer ou lui répondre tranquillement que vous comprenez qu’elle est fâchée et triste, mais que ce n’est pas une raison pour vous parler comme ça. Non mais oh !

L’erreur de débutant : La consoler. Ce n’est pas à vous de la consoler, puisque c’est de vous que vient le mal (ce genre de technique n’existe que dans les scénarios de torture où le bourreau incarne aussi le sauveur pour mieux briser les défenses de son prisonnier : bref, détendez-vous, on n’est pas dans un épisode de Homeland). Si elle vous appelle pour ça, conseillez-lui de voir telle ou telle copine qui saura quoi lui dire, ou même contactez-en une directement (si vous avez de bons rapports) en lui disant : « J’ai l’impression que ça ferait du bien à Paula de te parler. Moi je ne peux pas lui apporter le réconfort dont elle a besoin. Bisous bisous. »

Rendre les affaires

Bon, vous n’allez pas garder sa crème antirides et son pull tricoté par sa grand-mère éternellement. Et vous aimeriez bien revoir vos BD. Bref, il va falloir vous rendre vos affaires.

Parfois ça vient immédiatement après la rupture, parfois au bout d’un an. Dans tous les cas, on n’a rarement envie d’y arriver.

1. Quand elle n’a laissé qu’une brosse à dents chez vous, vous un déo chez elle, on s’en fiche et on le lui laisse en souvenir. Rien à réclamer, affaire classée.

2. Si elle a laissé quelques affaires chez vous, gardez-les dans un sac rangé : si vous perdez ou jetez une de ses affaires, elle risque de ne pas être contente. Comme vous avez rompu, laissez-la les réclamer. Inutile de remuer le couteau dans la plaie en l’obligeant à repasser chez vous ou à vous revoir si c’est trop tôt pour elle. Inutile aussi de lui donner l’impression que vous trépignez d’impatience de lui rendre ses trucs. Mettez les affaires au fond d’un placard où vous ne les voyez pas et attendez son coup de fil.

3. Si la rupture se passe chez elle, prenez, en partant, le plus important. Ne pinaillez pas sur le reste, vous pouvez bien vous passer de votre paire de chaussettes vertes.

4. Dans le cas où vous avez des choses importantes à récupérer et que la rupture ne s’est pas produite chez elle, c’est plus délicat. Si elle vous appelle rapidement pour vous dire de venir les récupérer, vous avez de la chance. Attention tout de même à l’opération séduction déguisée : quoi qu’il se passe quand vous allez chez elle, prenez toutes vos affaires en partant, même si pendant quelques secondes vous avez entrevu un retour de flamme. Prenez toutes vos affaires, c’est plus sûr, car la flamme peut vite se rééteindre.

5. Si elle n’appelle pas et que la situation est délicate, il faut quand même se lancer. Vous pouvez faire intervenir un ami commun. Attendez une semaine au moins et appelez-la ou envoyez-lui un message de cette teneur : « Je ne veux pas brusquer quoi que ce soit, mais si ça ne t’embête pas, j’aimerais récupérer mon ordi/livre/caleçon fétiche. Si tu n’as pas envie qu’on se voit, je comprendrai, et Untel veut bien servir d’intermédiaire entre nous. Je te remercie. »

On évite bien sûr les : « J’espère que tu vas bien » (qui est une question débile venant de vous) ; de signer (elle sait que c’est vous, ne vous comportez pas comme un inconnu) ; « mon Doudou » (les surnoms sont à bannir dès la rupture consommée).

Le déménagement

Vous vivez ensemble, vous la quittez, donc c’est vous, en gentleman que vous êtes, qui êtes tout de suite parti dormir dans le clic-clac de Jean-Mi (veillez bien à prendre un ami spécifiquement vôtre pour ne pas mettre l’ami en question dans l’embarras) en attendant de savoir ce que vous allez faire de l’appartement.

1. Si c’est votre appartement, laissez-lui un temps raisonnable pour déménager. Ne la laissez pas abuser tout de même de votre hospitalité. Dans certains cas, vous serez tranquille car elle voudra fuir ce qui était le foyer conjugal et vous laissera seul dans votre antre.

2. Si c’est son appartement, déménagez le plus vite possible, quitte à vivre chez un copain ou de la famille le temps de trouver autre chose. La pire des idées est de penser que vous allez pouvoir cohabiter tranquillement pendant les mois parfois nécessaires pour trouver un nouvel appartement…

3. Si c’est votre appartement à tous les deux, il vaudrait mieux que l’un de vous déloge. Si vous tenez à rester tous les deux, pour des raisons économiques, mettez-vous d’accord rapidement sur une manière de cohabiter et demandez-vous : est-ce que l’un de vous veut garder l’appartement ? est-ce que vous pouvez poser le préavis pour le quitter en même temps ? Dans tous les cas, si la cohabitation forcée est inéluctable, évitez de continuer à dormir dans le même lit, car on y reprend bien vite de vieilles habitudes de couple.

4. Si vous avez acheté cet appartement ensemble, idem qu’en 3 sauf qu’il faut envisager la revente de la part de l’un à l’autre, ou la revente à deux, ou la sous-location. Dans tous les cas, ne mêlez pas à ces discussions de l’affectif, ça risque de compliquer drôlement des décisions qui pourraient être prises simplement. Faites intervenir un tiers en cas de gros désaccord.

5 TRUCS QUE VOUS POUVEZ FAIRE MAINTENANT QUE VOUS ÊTES DE NOUVEAU CÉLIBATAIRE

  1. Draguer cette nana géniale à laquelle vous pensez depuis des semaines.
  2. Regarder l’intégralité des saisons de Breaking Bad en un week-end.
  3. Faire l’impasse sur le ménage.
  4. Partir en vacances avec des copains sans avoir à vous justifier.
  5. Revoir cette nana incroyable à laquelle vous aviez renoncé par fidélité.
  6.  
  7. Extrait de L'art de rompre (sans passer pour un connard), de Charlotte Monnier, publié chez Albin Michel, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !