Investissement productif ou non, la "bonne dette" n'existe pas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Une des fausses idées les plus communes sur la dette consiste à affirmer qu'il y aurait une bonne dette, celle qui finance les investissements, et une mauvaise, celle qui finance le fonctionnement.
Une des fausses idées les plus communes sur la dette consiste à affirmer qu'il y aurait une bonne dette, celle qui finance les investissements, et une mauvaise, celle qui finance le fonctionnement.
©Bernadett Szabo / Reuters

Attention !

Investissement productif ou non, la "bonne dette" n'existe pas

Dossier consacré aux ravages causés par la désindustrialisation en France. Réalisé par le site Débat & Co, il est intitulé "Industrie : la France a-t-elle besoin d'un plan ?". Épisode 3/3 : déconstruction du mythe de l'investissement productif public vertueux, qui n'existe pas plus que la bonne dette.

Jean-Marc Daniel

Jean-Marc Daniel

Jean-Marc Daniel est professeur à l'ESCP-Europe, et responsable de l’enseignement de l'économie aux élèves-ingénieurs du Corps des mines. Il est également directeur de la revue Sociétal, la revue de l’Institut de l’entreprise, et auteur de plusieurs ouvrages sur l'économie, en particulier américaine.

Voir la bio »

Cet article est publié en partenariat avec le site Débat&co qui consacre 
un dossier au redressement productif

A lire également :

1981, le remake : faudra-t-il à nouveau 2 ans aux socialistes 
pour passer du dirigisme au réalisme en matière de politique industrielle ?

et

Dans le vif : entre redressement de l'industrie française et préservation des rentiers de la fonction publique, le gouvernement devra trancher

La liste des idées fausses sur la dette publique est longue. Une des plus communes consiste à affirmer qu'il y aurait une bonne dette, celle qui finance les investissements, et une mauvaise, celle qui finance le fonctionnement.

Cette idée repose sur un tropisme courant consistant à vouloir analyser l'Etat comme une entreprise. Elle ignore la substance même de la dépense publique. Les économistes rappellent régulièrement que le salaire d'un chercheur qui prépare la croissance est du fonctionnement, alors que la construction d'un pont sur une route ne menant nulle part est comptabilisée en investissement.

Vouloir identifier l'Etat à une entreprise conduit à une double méprise : d'abord ne pas voir que l'entreprise sait quand elle se trompe dans ses investissements. Elle se trompe quand ses concurrents, par l'adoption de nouveaux procédés de production, lui prennent des parts de marché et l'acculent à la faillite. L'Etat n'est jamais dans cette situation.

L'Etat n'est pas une entreprise

Ensuite, ne pas comprendre que le rôle économique de l'Etat est, comme le rappelait Musgrave qui fut le grand théoricien des finances publiques du siècle dernier, de gérer ce que l'on peut appeler du terme générique d'externalités, c'est-à-dire pour faire simple, tous les mécanismes que les entreprises privées ne sont pas à même d'assumer. Si une activité publique peut rentrer dans une logique de marché, la bonne solution n'est pas d'en calculer la rentabilité pour la financer par des emprunts, mais de la privatiser. Un des derniers avatars de la vision de l'Etat devant chercher modèle dans la gestion des entreprises est la laborieuse opération de rédaction d'un bilan de l'Etat. Déjà, les révolutionnaires de 1789 s'y étaient essayés.

Tout s'est arrêté sur l'ordre de l'équivalent du directeur de cabinet de Clavières, le ministre des Finances de 1792, ce directeur de cabinet ayant considéré que cette opération était un non sens économique. Comme il s'appelait Jean Baptiste Say, cela vaut le coup d'y réfléchir. Say argumentait en insistant sur le fait que chacun a ses spécificités : l'Etat rend un service et est éternel, l'entreprise vend un produit et est susceptible de disparaître. Dans ses conditions, l'Etat ne doit pas copier les entreprises, mais doit améliorer dans l'absolu ses performances.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !