Fédération PS du Pas-de-Calais : quand un élu détourne des fonds publics grâce à une carte bleue professionnelle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Fédération PS du Pas-de-Calais : quand un élu détourne des fonds publics grâce à une carte bleue professionnelle
©

Carte rose

Fédération PS du Pas-de-Calais : quand un élu détourne des fonds publics grâce à une carte bleue professionnelle

Après avoir perdu son fauteuil de député, le député-maire de Liévin, dans le Pas-de-Calais, Jean-Pierre Kucheida, a quitté la présidence de l’Epinorpa (établissement public de rachat du patrimoine minier). Motif : il est suspecté d’avoir utilisé la carte bleue du bailleur social de l’entreprise pour des dépenses personnelles. Gérard Dalongeville revient sur les dépenses du député PS. Extraits de "Rose Mafia" (2/2).

Gérard Dalongeville

Gérard Dalongeville

Gérard Dalongeville est un homme politique français membre du Parti Socialiste. Il a été maire d'Hénin Beaumont jusqu'en 2009.

Voir la bio »

Ces derniers temps, une affaire a fait beaucoup de bruit : les dépenses personnelles de Jean-Pierre Kucheida avec sa carte d’affaires de la Soginorpa. Important bailleur social, la Soginorpa est indirectement dirigée par le député-maire de Liévin, qui n’en est pourtant pas le président officiel. Pour quel motif a t-il en sa possession la carte bancaire de la Soginorpa ? Selon Gérard Dalongeville en tout cas : « Jean-Pierre Kucheida ne se déplace jamais sans les cartes bleues de la Soginorpa ou d’Adévia ».

Les relevés des dépenses de la « carte affaires » de Jean-Pierre Kucheida portent sur des montants de 9 371, 55 euros pour l’année 2007 et 9 654,12 euros pour l’année 2008. Sur ces sommes, la direction des affaires financières de la Soginorpa a pointé du doigt 1200 euros « non justifiés » pour 2007 et 1 300 euros « non justifiés » pour 2008.

Dans les frais de Jean-Pierre Kucheida, on retrouve de nombreuses factures de parking pour l’aéroport et des notes de restaurant, mais aussi des achats réalisés lors de déplacements privés. Mais ce genre de dépenses personnelles avec la carte de la Soginorpa ne date pas de 2007. Antérieurement, on peut notamment retrouver des traces des notes de 1 009 euros en mai 2007 au restaurant Meurin (Busnes), très apprécié des élus socialistes du Pas-de-Calais ; 1 624 euros en août 2005 dans un luxueux restaurant d’Annecy, près de la résidence secondaire du député-maire ; 489 euros dans un restaurant de Lens en novembre 2004 ; ou encore plusieurs retraits ainsi que des achats de 519 euros et 322 euros lors d’un séjour à Malte en août 2005.

[…]

Outre sa carte bleue « professionnelle », Jean-Pierre Kucheida a bénéficié d’au moins une voiture de fonction de la part de la Soginorpa, une laguna bleue. Jean-Pierre Kucheida n’a pas donné suite aux demandes d’entretiens. Face aux accusations portées contre lui, il avait tenté, en décembre 2011, de plaider son bon droit. « Le président que je suis, comme tout administrateur de Soginorpa, ne perçoit aucune indemnité pour ses frais professionnels, comme ses déplacements ou ses repas. Il a donc une carte bancaire à cette fin. [….] Il a pu m’arriver d’utiliser la carte de Soginorpa parce que je n’avais pas la mienne, mais j’ai systématiquement remboursé. » (Nord Éclair du 8 décembre 2011).

Le 10 mai 2012, dans le cadre de l’enquête préliminaire du Parquet de Douai pour « abus de bien social », un expert-comptable et un haut cadre de la Soginorpa ont été auditionnés par la brigade financière de Lille. Au moment où la rédaction de Rose Mafia 2 s’achevait, une audition de Jean-Pierre Kucheida semblait se dessiner dans un avenir proche.

Par ailleurs, après que Gérard Dalongeville l’ait mis en cause, le député-maire de Liévin avait déclaré très peu connaître l’ancien maire d’Hénin-Beaumont : « Je n'ai jamais eu aucun contact particulier avec lui hormis lorsque je l'ai fait entrer au conseil supérieur de l'électricité et du gaz (dont il est le président à la fin des années 90). Sa carrière politique battait de l'aile et Albert Facon (député de la circonscription d’Hénin-Beaumont) m'avait demandé de faire quelque chose pour lui. Je lui ai en quelque sorte sauvé la vie et voilà comment il me remercie ». (Nord Éclair du 8 décembre 2011).

Pourtant, d’après les agendas de Gérard Dalongeville, tous deux se fréquentaient très régulièrement avant le déclenchement de l’affaire d' Hénin-Beaumont. On peut citer les exemples d’un dîner le 5 février 2005 à Liévin avec le président de la Région Daniel Percheron et le député Albert Facon pour discuter de la fusion des sociétés d’économies mixtes pour créer Adévia ; ou encore la cérémonie des voeux d’Hénin-Beaumont, le 14 janvier 2005 à 18h30 dans les salons d’honneur de l’Hôtel de ville, ou Gérard Dalongeville était entouré de Daniel Percheron, Albert Facon et Jean-Pierre Kucheida, comme cela est spécifié sur les invitations de l’époque.

______________________________________

Extrait de "Rose Mafia 2 l'enquête", Éditions Jacob-Duvernet (7 juin 2012)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !