Absurde ! Comment pourrait-on renoncer à la dissuasion nucléaire avec l’instabilité du Moyen Orient ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Absurde ! Comment pourrait-on renoncer à la dissuasion nucléaire avec l’instabilité du Moyen Orient ?
©

Grosse bombe pour dissuader

Absurde ! Comment pourrait-on renoncer à la dissuasion nucléaire avec l’instabilité du Moyen Orient ?

Un Iran doté de l'arme nucléaire pourrait être un facteur de stabilité pour le Moyen-Orient. Cela dissuaderait ses voisins d’entrer en guerre les uns avec les autres.

Jean-Vincent Brisset

Jean-Vincent Brisset

Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique.

Il est l'auteur de Manuel de l'outil militaire, aux éditions Armand Colin (avril 2012)

Voir la bio »

Atlantico : François Hollande n’a pas donné suite à la proposition de Michel Rocard d’abandonner l’arme nucléaire. L’armement nucléaire a-t-il toujours un sens aujourd’hui en France ? 

Jean-Vincent Brisset : Ce que Michel Rocard a omis, c’est que supprimer l’armement nucléaire ne permettrait pas forcément de faire des économies budgétaires. Les sous-marins, avions, etc. seraient affectés à un autre emploi.

Je crois en la dissuasion. Ce que peut remettre en question, c’est la «dissuasion parfaite », qui coûte cher. Un armement nucléaire minimal, à moindre coût permet tout aussi bien la dissuasion. Il suffit qu’elle soit crédible. C’est aussi un attribut de la puissance, puisque finalement les grandes nations possèdent l’armement nucléaire. Cela étant, aujourd’hui, la bombe atomique, n’est plus réservée aux grandes puissances, car elle coûte moins cher. La Corée du Nord n’est pas un bon exemple – je suis extrêmement dubitatif sur la réalité de l’armement nord-coréen. Par contre, un pays avec des ingénieurs de qualité et des moyens financiers, comme l’Iran, Israël, l’Afrique du Sud ou le Brésil, peuvent aujourd’hui avoir un armement nucléaire. Pourtant, ce ne sont pas des « grands pays » sur le plan mondial.

Pourquoi l’arme nucléaire n’a-t-elle jamais servi depuis Hiroshima et Nagasaki en 1945 ? Y compris par des groupes privés ?

C’est une idée plutôt romanesque. L’arme transportée par un terroriste dans une valise, c’est techniquement très difficile, tout comme voler les armements modernes. Pour ce qui est du contexte de la prolifération du terrorisme, évidemment, l’armement nucléaire n’est pas l’armement adapté. Mais il n’est pas non plus adapté pour certaines guérillas, ni pour la Côte d’Ivoire, etc. Il y a un armement pour chaque emploi. 

Dans le contexte actuel, avec un Iran qui s’apprêterait à acquérir la bombe nucléaire, n’est-ce pas dangereux de se désarmer ?

Je ne suis pas convaincu que l’Iran s’apprête à acquérir l’arme nucléaire. D’ailleurs, auraient-ils intérêt à le faire ? On peut se poser la question de savoir si un Iran nucléaire ne serait pas un facteur de stabilité pour le Moyen-Orient. Cela dissuaderait ses voisins d’entrer en guerre les uns avec les autres.

Le désarmement nucléaire est-il de droite ou de gauche ? 

C’est un des rares sujets où, en-dehors des Verts, l’opposition gauche/droite n’existe pas. Tout le monde est d’accord en France, non seulement pour des raisons politiques ou idéologiques, mais aussi du fait du lobbying. Il ne s’agit pas d’un clivage idéologique. Les gens qui s’opposent au désarmement nucléaire le font pour des raisons économiques, parce que le nucléaire, c’est de l’argent, de l’emploi. Le lobbying est très fort. L’arme nucléaire, les sous-marins, les avions, représentent une part importante du budget de la défense. 

Pourquoi, avant la sortie de Michel Rocard, y avait-t-il si peu de débat à ce sujet en France ?

L’armement est quelque chose d’ancré dans la politique française, avec des hauts et des bas, mais de manière générale tout le monde est d’accord. La bombe nucléaire est un héritage du gaullisme de la grandeur. Le seul qui était en mesure de le renier, à un moment où la France l’aurait accepté, était Mitterand, et il ne l’a pas voulu. Probablement parce que renoncer à l’armement nucléaire nous aurait définitivement disqualifiés par rapport à nos alliés. Le fait que la France détienne l’arme nucléaire, personne ne le conteste aujourd’hui. Encore une fois, on peut en revanche se demander si la France a besoin de l’armement nucléaire tel qu’il est.

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !