Égalité homme/femme : quelques conseils pour un mariage équilibré | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Égalité homme/femme : quelques conseils pour un mariage équilibré
©

1+1

Égalité homme/femme : quelques conseils pour un mariage équilibré

La Secrétaire d'Etat à la famille Claude Greff l'a annoncé en fin de semaine dernière, un "kit de préparation au mariage civil" sera bientôt distribué aux maires et jeunes époux. Quelques conseils pour ceux qui vont franchir le pas.

Antoine  de Gabrielli

Antoine de Gabrielli

Antoine de Gabrielli est dirigeant de Companieros, fondateur de l'association Mercredi-c-papa et initiateur du projet Happy Men. Blogueur sur la question de l'égalité professionnelle entre hommes et femmes (www.mercredi-c-papa.com), il est également membre de la Commission égalité professionnelle du Medef, de la Charte de la Diversité, de l'Association Française des Managers de la Diversité (AFMD) et du Club XXIème siècle qui œuvre pour l'intégration républicaine. Suivez Antoine de Gabrielli sur Twitter : @happy_men_fr ou @adegabrielli 

Voir la bio »

Au départ il y a un constat. L’égalité professionnelle entre hommes et femmes ne peut se faire qu’à deux conditions : une nouvelle organisation du travail qui ouvre hommes et femmes à une égale disponibilité sociale et familiale et un partage égalitaire des charges domestiques qui rend durablement possible pour chacun, homme ou femme, un véritable investissement professionnel.

A partir de ce double constat, nous avons, au sein de l’association, mené des réflexions dans ces deux directions. Pour ce qui est de la nouvelle organisation du travail : lutte contre le présentéisme, flexibilité du travail, travail à distance, etc. Pour ce qui est du partage des tâches familiales : lien social autour de la famille, équilibre de vie, congé paternité, etc.

Même si le recours au temps partiel est loin de nous sembler une panacée, nous avons considéré que la capacité pour un père de famille à « prendre son mercredi » était le marqueur peut-être le plus évident d’une implication familiale égalitaire entre homme et femme. D’où le nom de notre association, « Mercredi-c-papa ». Toutefois, nous sommes convaincus que l’extrême diversité des situations personnelles et des choix de couples ne rend pas souhaitable la promotion de modèles de vie normatifs. L’organisation des tâches domestiques n’a pas vocation à se conformer à des marqueurs, mais à permettre un équilibre, par nature fragile et instable, évolutif et sujet à négociation, au sein du couple.

S’agissant d’une situation sociale qui voit encore aujourd’hui les femmes assumer près de 80% des tâches domestiques, nous pensons par ailleurs que l’accent doit être mis sur deux enjeux complémentaires.

Pour les jeunes couples, il nous semble important de sensibiliser très tôt sur l’importance des premières années de vie en commun pour apprendre à fixer ensemble les règles d’un partage équitable des tâches domestiques : l’arrivée du premier enfant viendra sinon dans la plupart des cas structurer durablement un partage inégal des tâches entre parents. Le mariage, qu’il soit religieux ou républicain, pourrait être l’occasion de transmettre un message particulier sur ce sujet, en montrant que la prise en compte par les couples de ce premier enjeu conditionne à terme l’épanouissement personnel et professionnel de chacun.

Dans le cas de situations familiales installées dans un partage inéquitable, ce qui est la règle générale, le pragmatisme impose de ne pas rechercher une révolution à court terme : chaque homme doit en revanche se fixer une voie exigeante de progrès, de manière à mieux contribuer à la prise en charge des tâches domestiques dans le couple.

Chaque pas en avant, fût-il modeste, pavera progressivement la voie à une véritable égalité homme-femme.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !