Comment être super-performant professionnellement sans se faire détester de ses collègues (car c'est prouvé, les succès attirent les mauvais coups) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Comment être super-performant professionnellement sans se faire détester de ses collègues (car c'est prouvé, les succès attirent les mauvais coups)
©Reuters

321

Comment être super-performant professionnellement sans se faire détester de ses collègues (car c'est prouvé, les succès attirent les mauvais coups)

Selon une étude du Scientific American, les employés les plus performants payent une sorte de peine sociale pour leur excellence.

Xavier  Camby

Xavier Camby

Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime également le site Essentiel Management .

Voir la bio »

Atlantico : L'on retrouve ce type d'attitude dans tous contextes allant des salons de coiffure taiwanais aux écoles de commerce américaines. Comment expliquer ce phénomène ?

Xavier Camby : Dans une entreprise où hélas n'existe aucune intelligence collaborative, mais au contraire une exclusive logique de seule performance personnelle, le succès individuel ne peut manquer de créer jalousies, concurrences, ragots et médisances. C'est la rançon que nous payons pour une "éducation", qui de l'enfance à la maturité, de la maternelle au MBA, du premier stage à la retraite, qui ne favorise que la seule réussite personnelle. Carnet de notes, diplômes, objectifs... Rien que de -fausses- mesures de la performance individuelle ! C'est un conditionnement psychique profond, non-conscient mais plein de conséquences... Notamment celle du rejet de tout succès collectif. J'ai des doutes pour ce qui concerne l'Extrême-Orient, mais je confirme pour la pseudo-civilisation nord-américaine : tout est mis en œuvre pour favoriser la compétition-élimination, plutôt que la réussite collective. Et l'Europe, dans son ensemble, continue de penser que l'inhumaine non-pensée nord-américaine, constitue un référentiel universel.

Peut-on être efficace au travail et éviter les railleries de nos collègues ? Quelles pourraient être les techniques qui peuvent aider à minimiser les rivalités inutiles et profiter des fruits de notre travail ?

C'est une évidence ! Si vous vous attachez à entreprendre collectivement, à travailler ensemble et à partager simplement les résultats de chaque action commune ; si en d'autres mots vous cessez d'être un pitoyable solitaire, égotiste et individualiste ; si encore vous emportez votre équipe et vos collègues dans l'action, alors vous éviterez les railleries ou les indignes jalousies ! Mais combien sont vraiment formés à cette simple évidence de l'intelligence contributive autant que collaborative. Les petits chefs mal éduqués, les managers qui se perçoivent comme des censeurs ou des contrôleurs, les dirigeants qui n'acceptent aucun risque et stérilisent toute audace et toute innovation, tous ceux-là ne font que créer ou stimuler ces rivalités qui détruisent la création de valeur ajoutée, c'est à dire le fruit de notre travail !

Quels sont les domaines un employé efficace peut être salué pour sa performance ?  Où culture de l'entreprise favorise les plus méritants plutôt que les jalouser ? Quels sont ceux où ce n'est pas le cas ?

La notion de performance est souvent erronée, réduite à la seule perception de l'efficacité individuelle, péremptoirement mesurable par la réalisation de seuls objectifs idiots (et non pas S.M.A.R.T.), valorisée par ces stupides classements individuels (le salarié du mois), créant toute cette anorexique créative, cette destruction de richesse et cette inacceptable disparition de toute vraie valeur ajoutée. 

Certaines entreprises, de nombreuses start-up, toutes les vraies réussites économiques entreprennent cette fantastique aventure de l'intelligence collaborative et de l'action conjointe et solidaire, pour contribuer et créer. Il n'existe pas en fait de vraie réussite personnelle, et il n'en a jamais existé. De plus en plus d'entreprises et d'organisations le comprennent. Et renouvellent ainsi les comportements de leurs collaborateurs au travail ! C'est aussi l'aspiration profonde, malgré les statistiques mensongères de l'ensemble de ceux qui veulent inventer l'avenir. Et au premier rang, de millions de jeunes gens intelligents et collaboratifs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !