Après le foot et l'athlétisme, le tennis : comment les réseaux mafieux et la démission des autorités gangrènent le monde du sport | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Après le foot et l'athlétisme, le tennis : comment les réseaux mafieux et la démission des autorités gangrènent le monde du sport
©Reuters

Paris truqués

Après le foot et l'athlétisme, le tennis : comment les réseaux mafieux et la démission des autorités gangrènent le monde du sport

Des dizaines de matches ont probablement été truqués, au bénéfice de mafias, et les autorités du sport ont laissé faire.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

D'après la BBC et Buzzfeed, plus de 70 joueurs de tennis, dont certains parmi les 50 meilleurs du monde, sont soupçonnés de tremper dans une vaste affaire de paris truqués. Des vainqueurs de Grands Chelems (simple et double) seraient impliqués. Groupes de parieurs basés au nord de l'Italie, en Sicile et en Russie. Djokoviuc lui-même a avoué ce matin avoir été approché en 2007. 

Les autorités du sport sont accusées d'avoir étouffé l'affaire. En effet elle avait en sa possession des allégations crédibles et n'a rien fait. Nigel Willerton, chef de l'entité responsable de l'intégrité du tennis, explique que toutes les allégations antérieures à 2008 ont dû être enterrées à cause de l'entrée en vigueur d'un nouveau code d'éthique, et qu'on ne pouvait pas poursuivres des faits antérieurs à une nouvelle norme. Et ce, alors que le code antérieur interdisait également ces faits, et que certaines allégations crédibles datent d'après 2008, selon Buzzfeed. 

Ce scandale a tout. Des athlètes peu scrupuleux, des matchs et paris truqués, la mafia sicilienne et russe, et une autorité sportive qui, comme tant d'autres, semble complètement désintéressée par l'honnêteté et le respect des règles, préférant regarder ailleurs plutôt que de risquer un scandale. 

Selon les documents respectés par Buzzfeed, des groupes de joueurs, notamment en Italie et en Russie, ont gagné des centaines de milliers de livres sterling en plaçant des paris suspicieux sur plusieurs dizaines de matches, y compris des matches de Roland Garros. Selon des experts interrogés par Buzzfeed, les autorités du tennis savaient et n'ont rien fait. 

L'ironie est que c'est les bookmakers, dont le cliché est qu'ils sont des personnages peu réputés, qui ont tiré la sonnette d'alarme. Aujourd'hui les principaux bookmakers, notamment Betfair, entreprise cotée au London Stock Exchange, sont des entreprises sérieuses. Le scandale a commencé à poindre lorsque Betfair a annulé tous les paris sur un match de 2007 de Nikolay Davydenko, où il était grand favori et où 3,6 millions de livres, dix fois le montant pour un match de ce niveau, ont été pariés, principalement contre lui. La plus grande partie de l'argent venait de neuf comptes en banque liés, basés à Moscou. Davydenko a déclaré forfait. Les autorités du tennis ont dit avoir enquêté et ont blanchi Davydenko. 

Lorsque les enquêteurs ont appelé les détenteurs des comptes en banque liés aux paris suspects, la plupart des correspondants ont répondu ivres ; certains ont professé des menaces contre les enquêteurs. 

D'après le rapport d'un enquêteur qui a suivi tous les matches suspects, certains comptes en banque qui ont placé des paris "avaient l'air de savoir exactement comment les matches se dérouleraient, et ont parié sur le joeur gagnant à des cotes si drastiquement éloignées de ce qu'elles auraient dû être que les marchés de paris sur les matches étaient une farce complète. Il était évident pour quiconque avec un peu d'expérience d'analyse de paris que le résultat était presque certainement écrit."

Ce n'est évidemment pas le seul scandale sportif dernièrement. On entend énormément parler des scandales de la FIFA, qui ont mis en cause Sepp Blatter et Michel Platini. Il y a également eu, récemment, les scandales de dopage dans l'athlétisme. Selon un rapport, l'IAAF, l'association internationale d'athlétisme, "saviat que le dopage était tellement répandu qu'il y avait des craintes que certains athlètes en mourraient" et pourtant l'affaire a été étouffée. 

Dans ces scandales, il y a un aspect qu'il ne semble pas (pour l'instant) y avoir dans le scandale du tennis : la politique. Le dopage dans l'athlétisme était particulièrement renforcé par la Russie, qui avait un programme étatique de dopage. La FIFA est principalement impliquée dans la corruption pour l'attribution de la Coupe du monde, vue par de nombreux pays comme un badge de prestige international. 

Dans tous les cas, en tous les cas, on semble être face à un problème culturel, qui est le besoin d'éviter le scandale à tout prix, dans le contexte d'une activité, le sport, où la pression médiatique et financière est très importante. Mais les conséquences sont parfois bien réelle, comme l'enrichissement de réseaux de criminalité, ou la mise en danger de la santé d'athlètes. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !