Sony décide de retirer trois chansons contestées de Michael Jackson des plateformes de streaming | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Trois chansons de Michael Jackson ont été retirées des plateformes de streaming.
Trois chansons de Michael Jackson ont été retirées des plateformes de streaming.
©FILES / AFP

Dix ans de polémique

Sony décide de retirer trois chansons contestées de Michael Jackson des plateformes de streaming

Trois chansons du Roi de la pop, au centre d'une polémique sur la véritable identité de leur interprète, ont été retirées des plateformes de streaming, sur décision de la maison de disque Sony et des ayants droit de Michael Jackson.

Trois titres de Michael Jackson ont été retirés de plateformes de streaming, sur décision de la maison de disque Sony et des ayants droit de Michael Jackson, selon des informations de France Info. Breaking News, Monster et Keep Your Head Up étaient au coeur de la compilation Michael, sortie en 2010, un an et demi après la mort de la superstar américaine. 

Certains fans estiment que la voix sur ces morceaux appartient en fait au chanteur américain Jason Malachi et non à Michael Jackson, ce que Sony dément.

La maison de disques et les ayants droit ont indiqué avoir décidé de retirer ces chansons car il s'agissait de "la plus simple et de la meilleure façon de laisser les débats autour de cette chanson derrière nous, pour de bon. Cette décision n'a rien à voir avec l'authenticité de ces titres", selon un communiqué commun.

Michael était présenté comme un album contenant des chansons inédites, sur lesquelles l'icône de la pop aurait travaillé en 2007. 

Certains fans inconditionnels et même des membres de sa famille dont sa mère Katherine Jackson avaient exprimé leurs doutes. Sony avait alors défendu l'authenticité de la voix.

Selon le site américain TMZ, Jason Malachi avait reconnu les faits en 2011 dans une publication Facebook. Son manager avait ensuite affirmé que le message était falsifié. 

Les sept autres titres de la compilation restent eux disponibles sur les plateformes de streaming.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !