YouTube : Moscou accuse Google de "fausses informations" et lui interdit de faire sa publicité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Une photo prise à Toulouse montre le logo de Youtube et un smartphone.
Une photo prise à Toulouse montre le logo de Youtube et un smartphone.
©Lionel BONAVENTURE / AFP

Guerre de l'information

YouTube : Moscou accuse Google de "fausses informations" et lui interdit de faire sa publicité

Le gendarme russe des télécommunications, Roskomnadzor, a reproché à YouTube, la célèbre plateforme de vidéos appartenant à Google, de discréditer les forces armées russes.

Le gendarme russe des télécommunications a annoncé, ce jeudi 7 avril, interdire à Google de faire sa publicité en Russie. Roskomnadzor accuse YouTube, propriété de la célèbre firme américaine, d'être "une plateforme clé pour la diffusion de "fakes" sur l'opération militaire spéciale sur le territoire de l'Ukraine, discréditant les forces armées russes". 

Le gendarme russe des télécommunications a également dénoncé le fait que YouTube (la plateforme de vidéos détenue par Google) publie des contenus d'"extrémistes" ukrainiens et qu'elle censure les médias d'Etat russes, dont les chaînes YouTube ont été fermées. 

Les moteurs de recherche russes devront aussi indiquer que Google et ses filiales violent la loi russe lorsqu'une recherche est effectuée sur leurs noms. 

La Russie a déployé une stratégie médiatique et numérique afin de contrôler les informations sur son invasion de l'Ukraine.

D'autres mesures avaient été prises en Russie contre les réseaux sociaux ces dernières semaines, depuis le début de la guerre en Ukraine.  Facebook, Twitter ou Instagram sont bloqués en Russie. 

Parmi les autres mesures fortes déployées par Vladimir Poutine et le Kremlin, la diffusion d'informations discréditant l'armée russe est notamment passible d'une peine pouvant aller jusqu'à 15 ans de prison.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !