Le festival Solidays bat son record de fréquentation après deux ans d'absence | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
247.000 spectateurs ont assisté au festival Solidays ce week-end.
247.000 spectateurs ont assisté au festival Solidays ce week-end.
©Remy CHANTELOUP / AFP

Musique

Le festival Solidays bat son record de fréquentation après deux ans d'absence

247.000 spectateurs ont assisté au festival Solidays ce week-end pour la 24e édition, battant le record de 2019. Le festival accueille depuis 1999 des concerts dont les bénéfices sont reversés à l'association organisatrice Solidarité Sida.

Après deux ans d'absence pour cause de crise sanitaire et de pandémie de Covid-19, le festival Solidays, qui s'est clôturé dimanche soir, a explosé son record de fréquentation avec plus de 247.000 festivaliers, dont la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, ont annoncé les organisateurs.

Pour cette édition des retrouvailles en 2022, ce sont donc près de 250.000 personnes qui ont été accueillies à l'hippodrome de Longchamp, à l'ouest de Paris, précise le communiqué des organisateurs.

Depuis vendredi, les festivaliers ont pu notamment assister aux concerts des Black Eyed Peas, du rappeur Orelsan ou de Feu! Chatterton.

Cette 24e édition bat officiellement le record datant de 2019, lorsque 228.000 personnes avaient fait le déplacement pour la dernière édition avant la pandémie Covid-19.

Plusieurs personnalités dont l'acteur Kad Merad, l'humoriste Charline Vanhoenacker ou l'animateur Denis Brogniart étaient présents ce week-end comme bénévoles à la boutique Solidays.

Le festival Solidays permet de financer des plans d'action de l'association Solidarité Sida.

Cette 24e édition permettra de financer près de 120 programmes de prévention et d'aide aux personnes vulnérables dans plus de 20 pays, selon le communiqué.

L'été dernier, un évènement gratuit, pour les soignants et leurs accompagnants, avait réuni 12.000 spectateurs.

France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !